Au pays du Soleil levant, des cerisiers en fleurs, de la cérémonie du thé et des échanges de courbettes à n’en plus finir, les nobles visiteurs étrangers ont intérêt à marcher comme sur des œufs. Un impair est si vite arrivé. On pouvait redouter que François Hollande y déployât les grâces d’un éléphant socialiste dans un magasin de porcelaine. Dieu merci, tout s’est bien passé. Le président français n’a pas renouvelé l’exploit de George Bush senior, restituant avant l’heure son déjeuner sur l’épaule du nippon de l’époque. La compagne du président n’a pas fait parler d’elle, on ne lui en demande pas davantage, et l’on sera indulgent sur le lapsus, effet de la fatigue ou de la distraction, dont s’est rendu coupable l’honorable invité de Sa Majesté Akihito en présentant ses condoléances « au peuple chinois » (sic) pour les victimes japonaises de la tuerie d’In Amenas.

C’est dans un registre où on ne l’attendait pas que François Hollande a prononcé des paroles étonnantes, et qui devraient laisser quelques traces. Félicitant le nouveau Premier ministre du Japon, M. Shinzō Abe, pour les résultats spectaculaires de sa récente offensive de relance par la baisse du yen, le président de la République n’a pas hésité à observer que le Japon « peut décider souverainement de sa monétaire ». Sur sa lancée, il a ajouté que cet heureux pays n’est pas soumis aux ukases d’une quelconque « Commission asiatique » qui déciderait à la place des États des voies par lesquelles il leur est permis de retrouver les chemins de la croissance.

Un psychanalyste déduirait de ces propos que l’inconscient du chef de l’État a parlé plus fort que lui. En croyant prendre la route des Indes, Christophe Colomb a découvert l’Amérique. C’est au Japon que François Hollande semble découvrir les liens dans lesquels la politique « européenne » qu’il soutient depuis trente ans a enserré et étouffé la et les délices de l’autonomie, les avantages de la souveraineté, les bienfaits de l’indépendance perdue.

87 vues

8 juin 2013

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.