Différents échecs de l’État invitent à rechercher leurs points communs pour éviter leur réitération : Notre-Dame-des-Landes, écotaxe version Hollande, taxe carbone version Macron. Mettons des mots sur les maux : incapacité à définir avec robustesse l’intérêt général et absence d’autorité pour la mise en œuvre des décisions qui en découlent. Bref, une crise de la décision publique lorsqu’elle s’appuie, comme en l’espèce, sur des mensonges d’État et/ou une maladresse dans l’exécution.

Voilà les vérités cachées de ces trois décisions : un second aéroport à Nantes n’était pas nécessaire techniquement et il était désastreux sur le plan environnemental ; la première version de l’écotaxe (celle des bonnets rouges) visait à taxer les seuls camions étrangers, mais les règles européennes obligeaient à taxer aussi les déplacements locaux ; la seconde écotaxe n’a rien d’éco, c’était juste une taxe. Autrefois, l’État aurait réussi à imposer ces mensonges et à les transformer en vérités d’État. Son échec patent sur le plan économique et la crise d’autorité qui en découle ont permis à des fractions populaires de reprendre la main dans les trois cas, mais non sans dégâts !

Le prochain fiasco annoncé s’appelle retenue à la source. Quel est le mensonge sous-jacent ? Avec une complexité insensée pour un simple gain de trésorerie pour l’État – gain, d’ailleurs, incertain. Prochains sur la liste ? Regardez du côté du Grand Paris…

Un simple conseil, pour terminer, à nos décideurs publics : cessez de mentir !

2 janvier 2019

À lire aussi

Voir Thouars et mourir !

Combien de Thouars, en France, à relever ? Fasse le ciel que le prochain Président soit né…