Editoriaux - Société - 17 février 2019

Antisémitisme : cessons le catéchisme médiatique

Les signalements et les plaintes pour les actes et les propos antisémites ont augmenté de 74 % au cours de l’année 2018. Ce qui, avant même la discussion sur leurs ressorts, leurs terrifiants effets et la honte démocratique qu’ils suscitent, montre l’échec de ce qui, jusqu’à aujourd’hui, a cherché à les éradiquer, voire seulement à les atténuer.

On ne peut plus continuer, comme seule politique plausible, à cultiver un verbe humaniste, les leçons de morale et le catéchisme médiatique. On ne peut plus continuer à déplorer les torrents de haine et de violence déversés sur Internet. Pour résumer, on ne peut plus se contenter d’opposer au fumier de la parole et de l’écrit les indignations et les mots les plus estimables qui soient. Dont il est clair, à constater les résultats de cette lutte, qu’ils permettent à ceux qui les éprouvent et les profèrent de se gratifier éthiquement plus que de vaincre toutes ces nuisances de l’esprit et ces offenses insupportables à l’universel républicain.

Il me semble déjà qu’il serait urgent de déterminer, par des statistiques précises, qui sont ces antisémites même si, depuis des années, on peut soutenir, sans risque de se tromper, que l’antisémitisme islamiste, parfois meurtrier, dévastateur dans nos banlieues, l’emporte largement sur l’antisémitisme identitaire d’extrême droite. Chez certains analystes et contempteurs, on perçoit comme un regret à l’idée de devoir changer leur registre habituel et la difficulté qu’ils ont à changer de cible.

Ensuite, il me paraîtrait de la plus élémentaire prudence et salubrité de mettre fin à la médiatisation forcenée de cet antisémitisme, qu’il se traduise par des graffitis, des tags, des injures, des comportements agressifs, délictuels ou, pire, criminels. Il faut accepter ce triste constat qu’un “juden” sur un commerce ou un visage relève d’une odieuse singularité ou d’une incroyable bêtise mais que, médiatisé au-delà de toute mesure, il va tenter une multitude d’imbéciles sans connaissance du passé et seulement inspirés par la contagion irrésistible de la perversion sur des esprits faibles.

Je pense – même si c’est utopique dans l’état de notre société – qu’un minimalisme de l’information, sa réduction à la seule annonce de la transgression antisémite (et encore !) sans se répandre en considérations globales et sociologiques constituerait une sorte de prévention efficace. Il convient de sortir de la naïveté : le mal amplifié par les médias n’incite pas au bien mais, sur certains groupes, agit comme une incitation.

Cette médiatisation à réduire, voire à supprimer, serait d’autant plus nécessaire qu’elle est probablement l’une des armes qu’on s’imaginait la plus efficace contre ce fléau à la fois personnel et démocratique.

Pour peu qu’on veuille bien se pencher avec lucidité sur l’analyse de cette très préoccupante augmentation de l’antisémitisme ou du racisme, on ne pourra pas échapper à cette certitude accablante que les personnalités admirées et respectables – non seulement Simone Veil mais, par exemple, notre prodige heureusement vivant Kylian Mbappé – offrent à des malades haineux l’occasion de les salir et de les dégrader. Les arbres sciés plantés en hommage à Ilan Halimi, victime de l’assassin Youssouf Fofana, ont récemment constitué la scandaleuse illustration d’une ignominie au quotidien. Rien n’est plus contre-productif, pour une lie humaine et intellectuelle, que de lui proposer des modèles ou des compassions obligatoires et légitimes : elle n’a que l’envie de les déboulonner salement.

Simone Veil qui deviendrait notre Marianne, idée généreuse, certes. On rajouterait un hommage à des hommages déjà multiples, culminant au Panthéon. Au regard de ce qui précède, ce serait une très mauvaise initiative, tel un chiffon rouge, qui ferait s’accroître le pire qu’on prétendrait entraver. Elle-même n’était pas dupe, selon l’un de ses fils : elle ne se faisait aucune illusion sur l’exemple qu’on tirerait de sa vie.

Ce n’est pas rien que l’antisémitisme. Quantitativement, la communauté juive, qui représente 1 % de la population, est victime de 30 % des propos et actes qui se rapportent au registre de la parole et de l’action dévoyées.

Sans m’abandonner au paradoxe qui ne serait pas décent en une telle matière, je me résume. Ne pas constituer chaque transgression comme une généralité. Éliminer autant qu’on peut toute médiatisation, véritable tentation pour les malfaisants et perçue tel un hommage pervers par l’auteur concerné.

Il n’est pas nécessaire d’allonger les délais de prescription ou de rendre plus sévères les sanctions. Ce sont des solutions confortables et paresseuses qui détournent de l’essentiel : interpeller, poursuivre et condamner à la hauteur de l’infraction et de sa nature.

Sauf à être indifférent à l’égard des conséquences d’une politique vertueusement humaniste et admirablement inefficace, il faut en changer.

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Tous innocents ou tous coupables ?

Comment ne pas s'inquiéter de cette propension législative à ne pas laisser le moindre cha…