Madame Ludosky, discrète depuis la mise en sommeil des , vient de rejoindre le mouvement antiraciste national. On se souvient qu’elle fut le « premier moteur » du mouvement à l’origine des fortes luttes sociales de l’an dernier, porteuses de revendications économiques, mais marquées notamment par l’absence des organisations communautaires dans les manifestations, à l’exception d’une poignée d’individus isolés.

Au cours du mouvement, la question latente de l’immigration, n’a pas été posée ouvertement, grâce à la haute conscience des manifestants qui se sont concentrés sur l’essentiel : l’unité la plus grande sur des objectifs communs. Ces luttes ont brutalement cessé avec le confinement qu’on a pu considérer comme une aubaine pour le pouvoir.

Un virus en chasse un autre

Et c’est au moment où s’annonce une reprise du mouvement que survient opportunément, pour le pouvoir, le virus de la division introduit subitement par l’égérie des gilets jaunes. Sortant de son rôle « historique », elle prône une opération judiciaire contre le polémiste Éric Zemmour, opposé aux flux migratoires et à qui est imputée la propagation d’une idéologie raciste. Serait raciste le refus d’accueillir des centaines de milliers d’immigrés supplémentaires, qui vont grossir les chiffres très élevés du chômage, et porteurs de codes et de mœurs sociaux qui entrent en conflit avec les nôtres ? Il ne fait que critiquer l’importation du communautarisme anglo-saxon qui déclenche, régulièrement, des émeutes outre-Atlantique et une situation anxiogène pour la population française blanche victime d’une violence importée.

Elle se sert de sa notoriété pour dévoyer le mouvement à la veille de sa reprise, à tel point qu’on est en droit de se demander quelles sont ses intentions, quand on connaît les manœuvres de l’ambassade américaine qui multiplie les programmes d’échanges culturels et/ou les dons financiers (des millions de dollars) au profit d’actions en banlieue parisienne. Certaines personnes, à l’image de l’essayiste Rokhaya Diallo, profitent de ces programmes pour passer plusieurs semaines aux États-Unis et s’y constituer un réseau.

Cette prise de position sectaire fracture le mouvement, au risque de mettre en péril sa puissance de feu, et constitue une attaque inouïe contre la liberté d’expression. C’est un amalgame intolérable qui mérite des poursuites judiciaires. La Justice doit frapper très durement ces imputations calomniatrices, faute de quoi elle se rendra complice de ces fauteurs de troubles sociaux. Tous les idiots utiles du multiculturalisme, porteurs de valises des ennemis de la France, ignorent la classe ouvrière, minorité invisible qui, seule, unit au lieu de diviser, sur la base de la communauté d’intérêts des travailleurs sans discriminations raciales, ethniques nationales ou religieuses. Ce sont des agents de la substitution de la lutte des races à la lutte des classes.

26 juin 2020

À lire aussi

Covid-19 : et si on regardait la gestion du Vietnam ?

Le Vietnam, dont personne ne parle en France, n’a pas confiné sa population et enregistre …