Le mouvement #saccageparis pour dénoncer la maltraitance à la ville bimillénaire me procure un sentiment ambigu.

Cela fait plus de treize ans que je dénonce, dans des milliers d’articles et plusieurs livres, ce qui est aujourd’hui conspué. Depuis 2008, mon site Internet Delanopolis a fait un recensement de toutes les démagogies, massacres et aberrations, architecturales, urbanistiques, financières et sociales de Bertrand Delanoë puis d’. Où étaient, alors, les pourfendeurs d’aujourd’hui ? Ils étaient tétanisés par le marchand de sable qui régnait à l’hôtel de ville. Qui, pour contester les aberrantes pistes cyclables et teufs à neuneu ? Pas grand monde. Et encore moins pour s’opposer à la destruction de la place de la ou du boulevard de Magenta que l’association Vigilance République que je présidais fut seule à combattre.

Ce qui est plus gênant, c’est que je ne suis pas sûr que ces néo-opposants à Mme Hidalgo aient compris la véritable nature du problème. Un système clientéliste et prédateur s’est emparé de la ville en 2001. C’est une sangsue qui n’arrêtera de nuire que lorsque la ville sera ruinée ou lorsque l’État s’opposera au délabrement financier et physique de sa capitale.

Observez les résultats des dernières régionales, municipales et législative partielle à Paris. Anne Hidalgo se moque de #saccageparis tant que les populations logées en HLM et encadrées par des associations subventionnées vont voter, le jour J, pour elle ou ses alliés écolos. Du reste, la plus grand menace qui plane sur le maire de Paris, ce sont les écolos qui réclament encore plus de destruction de chaussées, de , d’accueil de , etc.

Ce système peut durer tant qu’il y a de l’argent pour le financer. Et, hélas, Paris est riche et continue de bénéficier d’entreprises multinationales ou des transferts de l’État qui entretiennent une partie de la ville et y paient un nombre important de hauts qui y vivent.

Quand Anne Hidalgo devra augmenter durement la taxe foncière, les dents vont grincer, sachant qu’elle se refusera à faire de même avec la taxe d’habitation pour ne pas faire de mal à ses électeurs. Quand elle ne pourra plus rénover le moindre logement de sociétés HLM dont les comptes auront été siphonnés, le problème se posera aussi.

En réalité, il faudrait que la préfecture et la Cour des comptes mettent la ville sous tutelle en anticipant le plus possible sur sa faillite. Car ne vous faites aucune illusion : les électeurs d’Hidalgo se moquent pas mal de Notre-Dame, de la Sainte Chapelle ou de l’esthétique haussmanienne. Ce n’est pas leur culture et souvent pas leur religion non plus.

Le problème est donc éminemment . J’avais tenté, avec « Aimer Paris », d’unir les oppositions et d’arrêter le massacre lors des dernières municipales.

Je terminerai néanmoins sur une note optimiste. Paris en a vu d’autres et des bien pires : occupations étrangères, pestes, hordes barbares passant à proximité, ligues, révolutions, famines.

Quand le cauchemar socialiste sera dissipé, nous retrouverons une chose simple et merveilleuse : le spectacle de la plus belle ville du monde où tous les styles architecturaux ou presque sont représentés depuis l’Antiquité jusqu’au XXIe siècle, dans une harmonie voulue par les rois, les empereurs et même certains présidents, les plus décadents et ignorants étant ,hélas, les plus récents. Détruire les pistes cyclables, bitoniaux et mobilier urbain déshonorants sera aisé. Anne Hidalgo sera renvoyée dans les poubelles de l’, comme disent ses amis marxistes.

Vive Paris !

23 juin 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.

5 4 votes
Votre avis ?
35 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires