Un match de foot en Premier League anglaise (l’équivalent de notre Ligue 1) entre Leicester et Crystal Palace a été interrompu, ce lundi, pour permettre à un joueur de se désaltérer au moment de la rupture du jeûne du ramadan. Le joueur concerné a remercié le gardien de but d’avoir conservé le ballon le temps nécessaire ; fit un signe, pouce levé, à l’arbitre qui laissa faire ; et s’empressa de saluer ce geste via les réseaux sociaux.

On est, bien sûr, choqué ! Imagine-t-on Pavarotti s’interrompre sur scène car un choriste est resté gosier sec depuis le lever du soleil ? Sans compter les représentations en matinée qui deviendraient impossibles… Imagine-t-on un prof interrompre son cours magistral dans un amphi mal climatisé de la Sorbonne parque qu’un élève meurt de soif ? Un chef de service suspendre une opération à cœur ouvert au motif qu’une panseuse trop stressée ne peut attendre pour aller boire ? Un chef d’État mettre fin à une conférence au sommet car Erdoğan réclame sa tasse de thé ?

Tout cela ni ne se peut ni ne se doit. On reste donc, d’une part, perplexe devant cette immixtion du religieux dans ce qui n’en relève pas, d’autre part, abasourdi par la connivence montrée par les autres joueurs et par l’arbitre lui-même.

L’introduction du respect d’un commandement musulman dans un domaine laïc est le signe d’une poursuite de l’exigence que nos vies et tout de l’activité des humains soient rythmés par une religion que la majorité d’entre eux ne pratiquent pas et dont ils ne veulent pas. Il n’y a rien de nouveau en cela, que nous ne connaissons que trop bien. Mais accepter de s’y soumettre, une nouvelle fois, hors de la sphère religieuse publique ou privée, est un très mauvais signe.

D’autant plus que l’on ne saurait ici accuser un quelconque autrui de nous l’imposer. Il ne s’agit pas d’un ministre qui bavasse sur le ou d’une qui autorise des horaires réservés aux femmes dans les piscines ou du maire de Paris qui impose des fêtes nocturnes pour célébrer la fin du ramadan. Non ! Il s’agit, ici, d’une simple exigence de personnes privées à laquelle d’autres acceptent de se soumettre lors d’une activité publique.

Mais que le corps arbitral anglais ait laissé faire cela m’apparaît comme une monstruosité. Et si d’aucuns réclament des sanctions contre un appel de généraux à la , c’est auprès de la fédération anglaise de , de l’UEFA et de la FIFA que nous les réclamons.

À quand, l’interruption des 24 Heures du Mans ou du marathon des prochains Jeux olympiques à la tombée de la nuit ?

Le sport s’est laissé gangrener, ces dernières années, par des exigences extrinsèques : se mettre à genoux avant le départ en F1 suite au mouvement , affirmer durant les cérémonies vouloir rejeter hors du champ des compétitions toute forme de , etc. Il ferait bien d’affirmer vouloir exclure toute ingérence religieuse dans ses activités !

D’autant plus que la pratique d’un jeûne strict n’est pas une obligation dans l’ et qu’il peut être reporté dans le temps. On peut même en faire abstraction et des passages du Coran peuvent y être opposées : « Allah veut pour vous la facilité » (Coran 2/185) ; « Allah veut vous alléger [les obligations] » (Coran 4/28) ; « Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion » (Coran 22/78).

1 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4.6 8 votes
Votre avis ?
80 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Le Vatican II de l’islam en France

Les esprits forts diront que ce Vatican II de l’islam est trop beau pour être vrai… …