semble avoir été victime d’une tentative d’empoisonnement. Il mérite le soutien qu’on doit aux malades et l’inquiétude éprouvée par tout démocrate quand une personnalité politique est mise en danger.

Toutefois, à force d’ériger la lutte contre le complotisme, les « » et Vladimir en credo de la presse européenne, les médias ont interdit tout examen critique des informations concernant l’opposition russe. En ces matières, le doute n’est pas permis. Au pays de Descartes, c’est la foi qui doit présider à la réception de l’information par le public.

Le 21 août dernier, François Croquette, ambassadeur français « pour les droits de l’homme », affirmait : « Nous savons qui est le coupable. » Une affirmation bien peu diplomatique pour un diplomate qui dépasse de très loin les éléments communiqués par l’État. Devin ? Cartomancien ? Croquette ne mesure pas l’importance et la dignité nécessaires à la parole de la France.

Le 27 août, Jean Yves Le Drian, ministres des Affaires étrangères, déclarait, quant à lui : « Elle [la Russie] serait bien inspirée de mener une enquête transparente et, lorsqu’on a trouvé les coupables, de les juger pour que la leçon soit faite, parce que ce n’est pas la première fois qu’il y a un empoisonnement. » Une parole, certes ferme, mais qui n’a rien à voir avec les excès de son ambassadeur. Comment François Croquette peut-il encore être en poste après un comportement militant et qui met en danger la respectabilité de la parole internationale de la France ?

Navalny a été d’abord soigné dans un hôpital russe, qui n’avait pas trouvé de trace de poison, puis transporté en où l’équipe médicale juge qu’il a été volontairement intoxiqué. Son transfert a été orchestré par une ONG, Cinema for Peace, qui était déjà intervenue pour secourir les Pussy Riot, le groupe qui considérait que mimer un dans une église constitue une performance artistique.

Je crois volontiers que bien des consciences s’interrogent de bonne foi sur le sort de monsieur Navalny. Je crois aussi que des relais d’influence puissants sont à l’œuvre pour aviver les tensions entre Moscou et l’. C’est avec recul et raison que nous devons lire et analyser la politique intérieure russe. Pas en reprenant les accents belliqueux des pays de l’est de l’Europe dont le passé douloureux, notamment du fait des horreurs du communisme, et la situation géographique ont construit un rapport à la Russie qui ne peut pas être celui de la France.

La puissance américaine est déclinante. Partout dans le monde, la , l’Inde, le Brésil font émerger un monde où les puissances sont multiples et les antagonismes diversifiés. Ces pays entretiennent tous des relations apaisées avec la Russie. Qu’avons-nous à gagner dans un rejet pavlovien de la puissance russe ? Qu’avons-nous à gagner à grimer les Russes en démons et les Américains en chérubins ? Rien, si ce n’est à maintenir la France dans une situation de suivisme international qui affaiblit et notre aura et nos intérêts.

[1] https://www.ouest-france.fr/europe/russie/affaire-navalny-moscou-ne-joue-pas-la-transparence-deplore-jean-yves-le-drian-6949803

2 septembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Thierry Mariani : « C’est la première étape vers la création d’un véritable impôt européen »

Un weekend de négociations à Bruxelles sur le plan de relance à 750 milliards… …