Le gouvernement a donc annoncé une reprise progressive des écoles à compter du 11 mai mais il ne prévoit pas de reprise des cultes avant le mois de juin. Quelle est la situation pour les catholiques de France ?

Réaction de l’abbé Loiseau, fondateur des Missionnaires de la Miséricorde divine.

 

Le gouvernement d’Édouard Philippe a été très clair. Il n’y aura pas de reprise du culte avant le 2 juin. Cette décision a fait grincer des dents jusqu’à ce que la conférence des évêques de France ait pris acte, tout en manifestant une certaine désapprobation. Quel est votre point de vue ? Est-il raisonnable de maintenir ce confinement envers les lieux de culte ?

Ce n’était pas raisonnable. Beaucoup de prêtres et d’évêques le regrettent. Nous pensons que cette mesure du gouvernement n’est pas cohérente. On ne peut pas autoriser les enfants à reprendre l’école, permettre aux musées d’ouvrir, alors qu’il aurait été possible d’organiser des messes avec une grande prudence. On aurait utilisé tous les moyens pour éviter la propagation du virus. C’est un public raisonnable. Nous aurions pu faire des messes suivant la grandeur des églises avec au moins un mètre de distance entre chaque personne. On regrette que cette mesure ait été prise à un moment où les gens ont une vraie soif spirituelle. Il faut que le gouvernement comprenne que notre foi n’est pas secondaire et qu’elle est essentielle pour garder le moral.

On serait tenté de vous répondre qu’on est un pays laïc et que si on autorisait les catholiques à reprendre leur culte, il pourrait y avoir une inégalité avec les autres religions, d’autant que le ramadan a commencé.

Vous mettez le doigt sur une question importante. Les bruits courent que le refus de ce déconfinement serait dû au ramadan. Si on permettait aux catholiques, les musulmans se seraient complètement lâchés. La manière dont est géré l’islam pose un vrai problème. Cette laïcité qui se voulait justement égale vis-à-vis de tous, ne l’est pas et ne prend pas les vraies mesures. Nous le voyons bien que des mesures ne sont pas prises dans les quartiers depuis l’ouverture du ramadan. Cette laïcité qui voulait traiter à égalité ne le fait pas. La raison principale de ce refus de déconfinement serait la question de l’islam. C’est lamentable et c’est un aveu d’impuissance de la part du gouvernement pour gérer cette question-là. La laïcité devrait permettre une plus grande liberté du culte se transforme en forme d’oppression.

La conférence des évêques de France a acté et va obéir aux directives du gouvernement. Toutefois, est-ce qu’un évêque dans ce pays a les capacités légales et juridiques d’autoriser malgré tout la tenue des messes dans les églises ?

Dans les églises, ce sera très difficile. Je pense qu’il faudrait que les évêques continuent de se battre au nom du principe de liberté religieuse et montrer la contradiction du gouvernement.
Maintenant, je pense que le bras de fer juridique va être difficile et compliqué. Beaucoup d’évêques souhaitent permettre aux prêtres de pouvoir célébrer des messes en étant prudent, dans des familles et en faisant attention.
D’un point de vue moral, il est difficile de résister.

Vous avez fondé la communauté des missionnaires de la miséricorde divine. Vous êtes très présent auprès des populations notamment à Toulon. Quelle est l’ambiance parmi vos prêtres ? Ont-ils le moral et hâte de retourner sur le terrain ?

Ils ont hâte, attendent avec impatience et ont le moral. L’avantage d’une communauté c’est qu’il y a un lien fraternel très fort. Il ont le moral du fait de leur vie de prière et de vie fraternelle. Les fidèles ont une soif de recevoir les sacrements. Nous avons bien sûr hâte de reprendre nos activités. Il y a un point d’interrogation au sujet de nos camps d’été, nos camps de mission sur les plages. On ne sait pas encore comment nous allons nous organiser.

29 avril 2020

Partager

À lire aussi

Abbé Fabrice Loiseau : « Prière musulmane à Saint-Louis-des-Invalides : c’est une erreur théologique et diplomatique »

Le 22 mai dernier, l’appel à la prière des musulmans lancé dans la cathédrale Saint-Louis-…