En souvenir de la libération d'Orléans le 8 mai 1429, le deuxième dimanche de mai a été institué par la loi du 10 juillet 1920 comme fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme. Deux mois auparavant, le 16 mai, le pape Benoît XV avait canonisé la Pucelle d'Orléans. Depuis lors, sa fête religieuse est fixée au 30 mai. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la figure héroïque de la patrie viendra unir sous un même drapeau ceux qui croient au Ciel et ceux qui n'y croient pas, dépassant les clivages de la laïcité agressive de 1905. Aujourd'hui, Jeanne d'Arc peut-elle encore dépasser les chapelles, les clivages et les partis ? Réponses avec l'abbé Jacques Olivier*, auteur du livre Le Prophétisme politique et ecclésial de Jeanne d’Arc (Cerf).

Iris Bridier. En quoi le message de Jeanne d’Arc, que vous présentez dans votre ouvrage comme un prophète, s’adressait non seulement à son époque, mais aussi à toutes les époques et donc à la nôtre ?

Abbé Jacques Olivier. Les paroles du Christ dans l’Évangile sont intemporelles : quand Dieu parle aux hommes, il manifeste la vérité avec une grande lumière. Le message prophétique de Jeanne d’Arc, reçu de Dieu pour être transmis à ses contemporains du XVe siècle, reste aussi vrai que jadis. Il est toujours à recevoir, comme toute vérité.

L’époque de Jeanne, avec ses crises et ses remises en cause, correspond à la charnière entre la chrétienté médiévale et les temps modernes, avec l’apparition des idées sur lesquelles est construit notre monde. Le message de Jeanne met en garde contre certaines dérives de l’époque qui sont très similaires à celles d’aujourd’hui. Sa canonisation, il y a juste un siècle, en 1920, et sa grande popularité contemporaine manifestent la fascination de notre époque pour sainte Jeanne d’Arc et une soif de se mettre à sa suite et de suivre son exemple.

I. B. Que dirait Jeanne d’Arc à l’Église aujourd’hui, d’une part, et à Emmanuel Macron, d’autre part ?

 A. J. O. Le grand message de Jeanne à l’Église de son temps se résume dans sa magnifique parole dite aux clercs qui la jugent à Rouen : « Dieu premier servi. » Aujourd’hui encore, il reste un appel pour l’Église à accomplir par-dessus tout sa mission d’enseignement de la foi, de sanctification des âmes et de recherche du salut éternel, sans se laisser tenter par des compromissions de son message ou une soumission dans ces domaines aux régimes temporels et aux aléas politiques du temps.

Le message au roi Charles VII est celui du sacre de Reims, qui rappelle que tout pouvoir temporel vient « de par le roi du Ciel ». La France, fille aînée de l’Église, selon les paroles du pape Pie XI ou, plus récemment, de Jean-Paul II au Bourget, est appelée à montrer l’exemple d’une nation chrétienne à la face du monde. Jeanne d’Arc, par sa mission, montre à tout gouvernant qui cherche en vérité le Bien Commun, aujourd’hui comme jadis, non seulement les racines chrétiennes de la France, mais surtout que la grandeur actuelle de ce pays et son rayonnement sont à la hauteur de sa fidélité aux promesses de son baptême.

I. B. Il y a aujourd’hui encore grande pitié au royaume de France, nous faut-il une nouvelle Jeanne d’Arc ?

 A. J. O. La situation actuelle de la France est bien connue. Comme au temps de sainte Jeanne d’Arc, elle souffre et espère. Et Dieu sauve toujours son peuple. Jeanne d’Arc est arrivée par la prière du peuple de France, écrasé par la guerre, l’insécurité, la pauvreté, la maladie ou la faim. La prière confiante du même peuple peut obtenir le même salut.

Mais la question se pose : attendons-nous passivement une nouvelle Jeanne d’Arc qui nous sauve pour nous redonner le confort matériel, la richesse, la paix humaine ou la gloire devant les peuples ? Ou prions-nous avec foi, espérance et charité pour un vrai miracle qui nous remette davantage sur le chemin du Ciel, en étant prêts à s’engager à le suivre avec courage et fidélité ? Et que tout le reste, plus matériel, nous soit donné par surcroît, car Dieu, Père qui aime chacun des ses enfants, connaît nos besoins ?

I. B. Emmanuel Macron a assisté au sacre de Charles III, quel enseignement peut-il en tirer face aux fragilités de nos institutions ?

A. J. O. À notre époque, la légitimité du pouvoir en France, comme dans de nombreux pays, est fondée officiellement sur la loi du suffrage universel ; en Angleterre sur celle de la succession dynastique. Au-delà des apparences, c’est assez similaire : c’est la loi qui fait le roi, le président ou le gouvernant.

Pour sainte Jeanne d’Arc, selon la conception antique, qui englobe et surélève les dimensions légales, dynastiques ou le simple droit du plus fort, c’est le sacre qui fait le roi : on est au-delà de la conception de la loi seule, alors même que le sacre avait perdu de son importance symbolique au XVe siècle et commençait à tomber en désuétude. Le résultat est là : l’onction divine, faite par les mains de l’Église, donne ou redonne une légitimité forte à un roi contesté et le fait passer du statut de dauphin à celui de roi. Les tentatives de son adversaire pour se faire sacrer aussi ou pour discréditer le sacre de son rival en accusant Jeanne d’Arc d’actions en dehors de ce qui est bien et bon n’y ont rien changé : le peuple a suivi celui qui apparaissait clairement comme voulu par Dieu, même s’il était loin d’être aussi saint et parfait que celle qui l’avait conduit sur le trône.

*Prêtre depuis 2003, l’abbé Jacques Olivier exerce son ministère au sanctuaire de Notre-Dame de Bermont, près de Domrémy, où sainte Jeanne d’Arc venait prier chaque semaine.

5549 vues

08 mai 2023 à 10:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Depuis quelque temps et même davantage, je voyais Marion Maréchal en réserve de la nation, une potentielle Jeanne d’Arc contemporaine, à même de par ses valeurs et convictions, sa maturité et sa foi chrétienne, de rallumer la flamme , relever la France et lui rendre son âme … et puis déception,.. que diable est-elle allé faire dans cette galère ?

  2. Mais la question se pose : attendons-nous passivement une nouvelle Jeanne d’Arc qui nous sauve pour nous redonner le confort matériel, la richesse,, la paix humaine ou la gloire de la France devant les peuples ? Ou prions-nous avec foi, espérance et charité pour un vrai miracle qui nous remette davantage sur le chemin du Ciel, en étant prêts à s’engager à le suivre avec courage et fidélité ? Et que tout le reste, plus matériel, nous soit donné par surcroît, car Dieu, Père qui aime chacun des ses enfants, connaît nos besoins ?
    Décidément, hier le Général, aujourd’hui l’Abbé noud disent que l’honneur et la foi sont les clefs du salut et de la grandeur de la France. Le pouvoir d’achat et la retraite à 60 ans ….. c’est par surcroît ! En aucun cas premier.

  3. Les analogies ne manquent pas entre la situation de la France à l’époque de Jeanne et l’actuelle. La France avait été livrée aux Anglais et abdiqué sa souveraineté avec le traité de Troyes; de la même façon nos gouvernants successifs ont livré le pays à l’UE, elle même vassale des USA et abdiqué toute souveraineté nationale. Le crime est même pire car ils n’y étaient pas contraint par une défaite militaire. Pas de Pucelle en vue pour le moment mais sait-on jamais ? Qui pouvait prévoir le surgissement de Jeanne à l’époque ?

  4. Ce que je trouve intéressant est que Dieu a demandé à Jeanne de bouter les envahisseurs de France par les armes.
    Donc, nous devrions pouvoir suivre quelqu’un qui veuille à notre époque ressemblant fort à celle de Jeanne, bouter hors de nos frontières nos envahisseurs, hormis que les envahisseurs ne sont pas les mêmes, ne venant pas des mêmes contrées.

  5. Sainte Jeanne d’Arc doit se retourner dans sa tombe en voyant tous ces lâche fossoyeurs de la France à l’oeuvre …. Et comment se fait-il que nos féministes, sincères et honnêtes, oublient dans leur grande probité d’honorer cette femme, précurseur de l’égalité des sexes, mais qui, elle, plutôt que d’aboyer dans tous les sens a préféré agir concrètement et positivement.

  6. Pauvre Jeanne d’Arc, elle devrait déjà si elle revenait, convertir le Pape François au Catholicisme, ce qui n’est pas gagné, vaste combat contre l’immigrationisme débridé de françois, ce serait difficile de bouter l’étranger hors du Royaume de France.

  7. Quand on se rend à Domrémy on est frappé par le quasi desertion (malgré un musée creux) du site, très peu fréquenté hors évènements particuliers. Des soldats français y sont morts en voulant empêcher les Allemsnds de franchir la Meuse et souiller la maison de Jeannette. Qui les honore encore ?

  8. La laïcité a remplacé l’église catholique et le clergé est devenu socialiste c’est aussi la ligne du christianisme être charitable envers les plus pauvres et l’accueil chez nous de la misère du monde . Seulement voilà ceux qui paient impôts et taxes diverses font œuvre de bienfaisance que l’on soit pratiquants ou non
    Charité commence par soit même . Faudra t il tendre l’autre joue ? Faire de repentance ? Se mortifier . Cela est révélateur d’une soumission qui inhibe la joie d’être chrétien .

    1. par soi-même ou par ceux qu’on aime . Je vous approuve; marre d’être contraints de subventionner la misère , la crasse et le vice..

  9. « Emmanuel Macron a assisté au sacre de Charles III, quel enseignement peut-il en tirer face aux fragilités de nos institutions ? » Oser poser une question telle que celle là fait de vous madame BRIDIER une « collaboratrice » de ceux qui participent de loin ou de près à la manipulation intellectuelle qui veut nous faire croire que macron a une once de « capacité à être capable de quelque chose de positif pour la FRANCE et les français … »
    Absolument tout son passif et ce qu’il fait depuis mai 2017 ont fait de lui le pire des coucous politicards que la FRANCE a subit depuis sa création en tant que « nation » ! … La destruction insidieuse de tous les pans de ce que fait la FRANCE est démantelée méthodiquement depuis la mise en place de la macronie en France ! …
    Le principe de machiavel et l’hypocrisie sont activées dans les proportions exponentielles jamais vues ! … Mais les médias continuent à participer à cette manipulation de masse …
    Qui aurait pu dire qu’en FRANCE, les « petites culottes » auraient été interdites de vente dans le cadre d’une loi pour soit disant « protéger contre un virus » ? … Qui aurait pu croire qu’on réduirait des gens à « RIEN » en les suspendant sans aucune aide au simple motif qu’ils refusaient de se faire injecter un « produit » qui a prouver sa plus que « faible efficacité » ? … Aurait-on pu croire qu’au 21ème siècle, un professeur se fasse décapité en pleine rue à la sortie de son collège en FRANCE ? … Que se passe t-il depuis ? …
    La FRANCE est en déliquescence depuis longtemps § …

    1. Malfaisant bien avant 2017 , il a déjà sévit au ministère des finances et flirté dans d’autres ,il est à la France ce que le pape est à l’église : un fossoyeur !

Les commentaires sont fermés.