Il faut le reconnaître, ils savent y faire. Ils ? Les Britanniques, of course ! Le royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord ne gouverne peut-être plus les flots de la Terre, comme le proclame orgueilleusement le chant patriotique « Rule Britannia », mais avouons qu’en ce 6 mai 2023, nos voisins d'outre-Manche nous ont offert un spectacle extraordinaire : le couronnement et le sacre d’un roi. La vieille Europe foisonne encore de monarchies : Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Norvège, Luxembourg, Espagne, Monaco, Liechtenstein. Dans ces pays, on n’y couronne plus beaucoup et on y sacre encore moins. Le roi d’Espagne – un Bourbon et, donc, un Capétien, ce qui n’est pas rien, tout de même – n’est même pas couronné. Tout juste investi comme un vulgaire président de la République.

Pas de ça, au Royaume-Uni. Charles a été sacré, comme autrefois les rois de France. Comme les rois d'Israël aux temps bibliques. « Sadoq le prêtre et Nathan le prophète oignirent Salomon pour le faire roi. Et tout le peuple se réjouissait et le disait : Dieu sauve le Roi, longue vie au Roi, que le Roi vive pour l’éternité ! Amen Alléluia ! » Ces paroles, inspirées de la Bible, sous les accents de Haendel, ont donc retenti sous les voûtes de Westminster. Comme pour la reine Élisabeth. Comme pour son père le roi George VI. Comme pour tous les souverains anglais depuis le roi George II, lors de son couronnement, en 1727.

Certes, tout n'était pas tout à fait comme pour le couronnement et le sacre d'Élisabeth, en 1953, il y a soixante-dix ans. Certes, le roi ne portait pas des bas de soie et des culottes à la française. Certes, l'épée était portée par une femme et l'Église anglicane est plus que jamais féminisée. Certes, sous les manteaux des ordres de la Jarretière, du Bain et de Victoria, il y avait moins d'aristocratie « old England » et plus de diversité, voire de diversités, issues du monde entier, et plus particulièrement des anciennes possessions de l'Empire britannique. Certes, la cérémonie religieuse prit parfois quelques airs quelque peu hétéroclites : entre gospel et opéra. L'air du temps. La concession à la modernité, à la diversité. Certes...

Mais sous ce qui pouvait parfois ressembler à un bric-à-brac insolite, l'essentiel était là : Charles III, revêtu d'une simple chemise de lin, après avoir entonné, agenouillé, le « Veni Creator », a été oint, selon la tradition, à l'abri des vues du public, comme pour marquer le caractère intemporel de ce moment. Charles a ensuite été revêtu de la chape et de l'étole dorées, réservées aux prêtres. Le roi sacré est prêtre. En cela, aucune concession à la modernité. Il faut l'avouer, la Grande-Bretagne sait encore surprendre par son attachement à la tradition. Une tradition millénaire.

Mais tout ceci, me direz-vous, c'est du cinéma, du folklore, de belles images pour faire rêver les vieilles dames qui attendent leur tour chez le coiffeur en lisant des magazines people. Peut-être. Mais en tout cas, ça avait quand même de la gueule et rappelait qu'une nation n'est pas qu'un amalgame horizontal, affublé de « valeurs », qu'on peine, du reste, à définir, et qu'elle peut être aussi un appel à plus de verticalité et de beauté.

 

7100 vues

06 mai 2023 à 15:04

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Contrairement a quelques commentaires venant vraisemblablement de petits bourgeois aigris je comprend parfaitemenent l’amour que reçoit le roi de gens qui sans doute l’ont critiqué à la suite des erreurs qu’il a pu commettre à la suite d’un mariage imposé mais néanmoins qui l’ont vu naître,grandir, apprendre son métier de roi ,celuici en contre partie devant justifier son rang par la qualité des services rendus au pays, notamment aux jeunes qu’il a aidé..Sur un plan plus général..Le chef de l’Etat débarrassé grâce à l’hérédité des intrigues , des luttes,des perversions electoralistes,et des alea démocratiques occasionnées par les changements de majorité a l’assurance de la continuité,gage de sérénité et de liberté Ce qui a permis la formation de l’unité française comme celle de la Grande Bretagne grâce au temps, vieil adversaire de l’ homme mais dans le cas présent son allié le plus sûr.

  2. Cela aurait eu quand même + de charme ( je dis entre amis + de gueule) si E. II avait démissionné et passé la couronne à son jeune fils, nous aurions eu alors un jeune roi accompagné de sa jeune et charmante épouse-reine ainsi que des drames en moins…sachant que dans les monarchies nordiques les reines passent la main lorsque le termps de la retraite est venu

  3. Très beau l’hommage du prince William. Nous avons besoin de sacré besoin de continuité besoin de durée nous avons besoin de croire qu’il existe quelque chose qui nous dépasse et qui s’appelle l’âme. Notre âme et celle d’une nation d’un pays qui nous ressemble et ne ressemble pas à tous les autres, et en cela l’Angleterre a gagné.
    Malgré la république et ses valeurs il subsiste une sorte de tristesse mêlée de regrets pour une époque révolue où tout un peuple vibrait vivait et mourait pour une religion une cause une patrie un roi.

Les commentaires sont fermés.