Dix ans après la loi Taubira : « Notre détermination est absolument intacte »

photo-output_720-1

À l'occasion des dix ans de la loi autorisant le mariage pour les couples de même sexe, Ludovine de La Rochère, présidente du Syndicat de la famille, anciennement Manif pour tous, revient, pour BV, sur le combat mené ces dernières années. La présidente réaffirme sa détermination à lutter contre cette loi qu'elle qualifie d'« aberration » et contre toutes les conséquences qui en découleront.

Marc Eynaud. Les forces du progrès célèbrent, aujourd’hui, les dix ans de l’adoption du mariage pour les couples de même sexe. Votre détermination à lutter contre cette loi est-elle intacte ?

Ludovine de La Rochère. Notre détermination est absolument intacte. Cette loi est inacceptable et les faits, depuis, nous ont donné raison. En soi, ce mariage est une aberration, un non-sens eu égard à ce qu’implique le mariage pour un couple : fonder une famille dans la mesure où on a la joie de pouvoir accueillir des enfants, ce qui n’est pas le cas d’un couple de personnes de même sexe. De facto, cela a ouvert le droit à l’adoption, ce qui est infiniment injuste, puisque cela revient à priver des enfants, déjà orphelins de père et de mère, une deuxième fois de père ou de mère.

De plus, cette loi est fondée sur l’idée que notre identité sexuelle n’a pas d’importance, pas de sens, pas de signification. Donc, prétendument, on peut être deux personnes de même sexe et fonder une famille, ce qui est faux. Cela signifie que le fondement de cette loi Taubira est l’idéologie du genre. On en voit toutes les conséquences au-delà même du mariage.

M. E. Dix ans après, on voit nombre de vos anciens compagnons de route, des LR ou du RN, retourner leur veste. Comment interprétez-vous ces revirements politiques ?

L. d. L. R. Du côté de LR, on peut observer à quel point ils deviennent un groupe de plus en plus réduit. Nicolas Sarkozy avait retourné sa veste de longue date, il a échoué aux primaires en 2016. En revanche François Fillon, qui avait annoncé qu’il reverrait la loi Taubira, a gagné. On voit aussi Valérie Pécresse qui a fait 4,78 % à la présidentielle 2022. Autrement dit, les LR, qui ont retourné leur veste pour se mettre dans le sens du vent et se plient à la pression, médiatique et idéologique, en payent les frais.

Du côté du Rassemblement national, c’est plus contrasté. Tout d’abord, il n’y a jamais eu un soutien en tant que tel mais des soutiens personnels qui se sont faits discrets ou sont restés sur la même ligne. Je n’ai pas d’exemple de retournement de veste de ces personnes qui ont manifesté en 2013.

M. E. Au RN, des députés ont célébré ces dix ans…

L. d. L. R. Des élus, y compris au Rassemblement national, n’ont pas eu le courage d’assumer leurs opinions et, face au déni de leur liberté de conscience, au lieu de s’y refuser quoi qu’il arrive, s’y sont pliés. Sur les sujets de société, le Rassemblement national est divisé. Sur ce sujet, Marine Le Pen est très politicienne : comme elle considère que son électorat est divisé, elle ne veut pas s’engager dans un sens ou dans l’autre.

M. E. Avez-vous eu raison trop tôt ?

L. d. L. R. Nous regrettons de ne pas avoir créé la Manif pour tous plus tôt car nous aurions pu avoir un travail d’influence en profondeur sur un plan culturel, intellectuel et en termes de relations publiques et de pressions. Les grandes manifestations de 2013 et celles qui ont suivi sont arrivées dans un contexte qui n’était pas préparé à une action très forte et n’ont pas été suffisamment anticipées. Il y a tout un ensemble d’actions qui sont nécessaires, outre l’action militante. La loi Taubira est la conséquence de l’idéologie du genre auxquels beaucoup ne croyaient pas avant 2012, car elle paraissait tellement aberrante que certaines personnalités ne pensaient pas qu’elle puisse être mise en œuvre en France. Elle a pour conséquence la PMA sans père, la PMA pour les personnes trans que nous avons pu empêcher, tout comme la réception des ovocytes de la partenaire revendiquée par les couples de femmes. Concernant la gestation pour autrui, les politiques n’osent plus revendiquer la légalisation. Néanmoins, nous sommes en pleine bataille sur ces sujets comme la question de la fluidité d’identité de genre supposée qui devrait prendre la place au détriment de la disparition de la reconnaissance des identités sexuelles homme et femme.

Ce prosélytisme n’est pas nouveau mais on voit très bien qu’il se diffuse partout, et en particulier chez les enfants, les adolescents et les jeunes. Nous le voyons davantage maintenant car les voix se multiplient pour s’opposer à cette propagande dont nos enfants sont victimes.

Aux États-Unis, l’opinion publique et les intellectuels sont très divisés et, petit à petit, la France s’américanise : tous les faits que l’on peut constater, comme le prosélytisme dans l’école ou dans les crèches, est de plus en plus dénoncé. Le débat est vif, le combat est toujours aussi rude. Nos enfants sont les premiers ciblés, comme ils ont été les premières victimes de toutes les mesures sociétales qui sont revendiquées par les progressistes. Or, ce sont des régressions terribles sur le plan anthropologique et civilisationnel. Dans ce contexte, j’appelle nos auditeurs à aller sur le site du Syndicat de la famille afin de nous donner le plus de force possible pour combattre, intervenir, dénoncer et influencer sur ces questions. Je suis convaincue que nous y arriverons. C’est un combat urgent, mais aussi de moyen et long terme, il est absolument nécessaire de nous rejoindre en se syndiquant.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

35 commentaires

  1. Je suis contre le mariage homosexuel, car c’est la porte ouverte à tout et n’importe quoi : pourquoi pas alors le mariage à 3 ? à 30 ? incestueux ? etc. Les arguments seraient les mêmes que pour le mariage homosexuel. – – – En outre, la question prioritaire du bien-être psychologique des enfants n’a pas de réponse sure et définitive, me semble-t-il.

  2. Les choux et les navets sont tous deux des légumes mais ils sont différents cependant. C’est pareil pour les humains. Les uns préfèrent la petite porte, les autres la voie royale qui engendre. Quand on a parlé du mariage entre même sexe, j’ai pensé à une blague. Hélas, c’est arrivé

  3. Ma détermination aussi est totale ! Jai participé à toutes les manifestations depuis 2012 (première manif à Bordeaux fin 2012), quelles que soient les attaques verbales entendues en 10 ans. Chapeau à Ludovine de la Rochère d’avoir maintenu le cap. La France et tout l’occident s’effondrent dans la bêtise et la haine. Des lois iniques contre le genre humain sont votées et « avalées « par nos concitoyens sans qu’ils en prennent conscience. Les cerveaux sont sur « arrêt », noyés par l’hédonisme et l’individualisme. Le combat continuera…

  4. Le mariage pour tous et l’idéologie du genre sont une aberration. Cela ne veut pas dire qu’une union civile entre personne de même sexe n’était pas nécessaire : les guerres avaient multiplié les groupes du type « dames au chapeau vert » et il existait la tontine, qui n’était même pas limitée à deux personnes et indépendante du sexe. Les nouveautés étaient la volonté de « jouir sans entrave » (libération sexuelle) de Mai 68 et la libération de l’avortement (loi Veil). Le PaCS permettait déjà les unions homosexuelles. La revendication d’un faire un « mariage », détruisait complètement la famille traditionnelle et même Simone Veil et son mari y étaient totalement opposés. Cette loi fait totalement fi de la liberté de conscience de toute une partie de la population Française (maires, personnels municipaux, juges, forces de l’ordre…) obligés d’appliquer des lois contre nature, récusées par toutes les grandes religions et aboutissant directement aux aberrations de Mère 2 et à la négation du genre. On peut garder l’enregistrement en mairie de ces unions fallacieuses, mais en ne gardant que le terme d’union civile, la dénomination « mariage », étant complètement attentatoire à la véritable famille.

  5. Le mariage homo est une aberration contre la nature, la civilisation, la société,
    la famille, et même les enfants, si les couples homos s’estiment avoir droit à
    l’adoption.

  6. Il me semble que je ne peux apprécier cette personne quant à sa réponse sur les responsabilités des pays ayant pratiqués esclavagisme quant on lui faisait remarquer quelle ignorait que le plus grand esclavagisme à été fait par les pays arabo-musulmans et de puis bien plus longtemps. Encore une atteinte contre l’occident qu’elle en profite fort bien.

  7. merci pour cet interview .
    Il est important de s’inscrire au Syndicat de la famille pour mieux lutter ..

  8. Lorsque « la manif pour tous » a vu le jour, les participants se sont vus taxés de tous les noms … les médias leurs ont « tailler un costume » inqualifiable et les coucous politicards ont crié « au loup » pour dénoncer un comportement rétrograde ! …
    Ca y est on y est ! … Après l’obtention du mariage, alors qu’il y avait le PACS, il y a eu la PMA et certaines associations s’auto proclamant « progressistes » veulent la GPA en FRANCE …
    J’ai souvenir d’un reportage sur trois femmes qui demandaient « une intervention immédiate des plus hautes instances françaises » pour leurs permettre de revenir en FRANCE car elles étaient bloquées en Ukraine avec leurs enfants … »
    La vérité: elles étaient venues acheter et récupérer leur achat effectué dans « une ferme à bébés » dans ce pays ! …
    Tous les délires sociétaux qui se sont accélérés en FRANCE depuis quelques années s’expliquent facilement … Encore faudrait-il que les « dirigeants » soient d’accord pour « défendre ce qui fait sens pour une Nation »: La Famille et l’enfant ! …
    Mais ce n’est absolument pas le cas ! …

  9. J’avoue que personnellement je suis très partagé, si non tiraillé, sur le sujet.
    Un pacte officiel entre couple du même genre me semblait utile ne serait-ce qu’en cas d’héritage.
    J’ai vécu plusieurs cas où le départ pour l’au-delà de l’un/e d’entre eux/elles créèrent des situations extrêmement difficiles venant s’ajouter au deuil.
    Quand à l’adoption, elle m’a toujours laissé plys qu’indécis.
    Il y a les cas où des couples où des enfants sont nés (normalement) d’unions précédentes, qui peuvent se comprendre.
    En revanche adopter un enfant par des couples du même sexe, alors que tant de familles mère et père sont dans l’attente d’une adoption souvent longue et pénible, causée par des services publiques froids et sans cœur.
    Ceux-ci pourraient réaliser leur rêve d’élever un, deux, voire trois enfants, parce qu’ils en ont le moyens matériels et financiers.
    Tout ça est vraiment difficile, chaque cas étant pratiquement différent.
    Mais je déteste ces « couple vedettes de même sexe » qui adoptent parce que « ça fait bien pour l’image ». En Grande-Bretagne le cas du chanteur (très) célèbre et de son ami, qui ont les moyens de payer trois nannies, une toutes les huit heures, et NE posent avec leurs enfants QUE pour des photos de magazines people, toujours parce que « ça fait bien », ça je ne supporte pas.
    Je ne demande à personne de partager mon point de vue, il est le mien, et prouve justement que chaque cas est différent.
    J’ai crains simplement l’avenir.

    • Effectivement, de quel droit prive t’on délibérément un enfant d’un père ET d’une mère si nécessaires à son équilibre.

    • Eh oui, il ne s’agit de « réaliser SON rêve », mais de savoir si cela est bon ou néfaste pour les enfants de tels couples. L’envie personnelle n’a aucune valeur face à la protection de l’enfance.

  10. On en reparlera quand le grand remplacement sera effectif car cette idéologie sera simplement interdite.

  11. Entretien très digne et vrai.
    Une remarque respectueuses : concernant la politique en cause, liée à l’implosion idéologique et à la résilience d’idées destructrices que doivent digérer une gauche tout comme une droite (pensons au « giscardisme »…) malades d’elles-mêmes et de leurs propres transgressions, ne vaudrait-il pas mieux parler de « régressisme » que de « progressisme » ?

    • Bonjour Michel Berges,
      C’est probable ! Et cela doit nous rappeler que nous sommes désormais, officieusement mais effectivement de plein pied dans le cadre de la novlangue d’Orwell .
      La régression c’est le progrès, la guerre c’est la paix, la servitude c’est la liberté, Etc.
      Immoralité : « La divergence doit librement devenir la convergence  » !!!

  12. Dans la nature où l’espèce humaine est devenue folle, les animaux, les insectes et même les végétaux ne se posent pas la question de savoir s’ils ont envie de changer de sexe. Et mis à part quelques spécimens dans les espèces qui sont hermaphrodites, comme les escargots ou certains poissons, les autres naissent et meurent mâle ou femelle. Alors, de l’homme ou de l’animal, qui est le plus lucide ? That is the question, comme dirait Macron qui parle la langue de Shakespeare comme monsieur Jourdain fait de la prose.

  13. « Les forces du progrès célèbrent, aujourd’hui, les dix ans de l’adoption du mariage pour les couples de même sexe » : les « forces du progrès » ? De quels progrès parlez-vous ? Où sont les « progrès » dans cette matière comme dans tous les autres.

  14. Merci, madame, de mener ce combat difficile mais essentiel.
    C’est une bonne idée d’avoir changé le nom du mouvement en « Syndicat de la famille « . Soutien total.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois