Editoriaux - Histoire - Médias - Politique - Religion - Sport - Table - 16 juillet 2018

« On » a gagné : si la France retrouve quelque couleur aux yeux du monde !

Ceux qui se passionnent, ne serait-ce qu’une fois tous les quatre ans, pour le football ont explosé de joie à la fin du dernier match dans des mouvements de foule qui confinaient parfois à l’hystérie. On ne peut déplorer que des Français couvrent les rues de tricolore ou chantent « La Marseillaise » au lendemain d’un 14 Juillet. Peu importe la raison du patriotisme. L’important est qu’il se manifeste. « Faites les gestes de la foi et vous croirez », disait Pascal, qui justifiait ce conseil en rappelant que l’homme est « automate » autant qu’esprit, en anticipant la distinction entre le réflexe et l’intelligence. La foule a donc accompli le rite de cette religion contemporaine qu’est le football.

« On a gagné » ! Qu’un peuple regagne confiance en soi à cette occasion ne peut qu’être bénéfique. Si la France retrouve quelque couleur aux yeux du monde, si les touristes y viennent plus nombreux et si nos produits séduisent davantage, il faut s’en féliciter. Que le patriotisme soit délivré des complexes de culpabilité névrotique que l’idéologie de la repentance lui oppose est une bénédiction. Le problème naît du « on ». L’identification d’une nation à 11 joueurs sur le terrain et aux 23 sélectionnés n’a évidemment aucun sens. Elle donne lieu à des commentaires grotesques tels que « C’est la France qui est représentée dans toute sa diversité ». L’équipe de France de football n’est nullement représentative. Le football, comme tous les sports, sélectionne les aptitudes, et il le fait à partir d’une offre que la sociologie détermine. À cela s’ajoute une dimension qui lui est particulière et qui est, pour le coup, tout à fait étrangère à la nation : son immersion totale dans le monde de l’argent! Celui des clubs et de leur recrutement, ces employeurs de « nos » joueurs qui sont majoritairement étrangers ; celui des médias qui mobilisent les foules autour de cet événement qui offre une autoroute à la publicité ; celui de ces riches États qui jouent un rôle considérable dans le fonctionnement de la FIFA au point de lui imposer un « Mondial » en hiver. Le football est le sport préféré des Français. C’est loin d’être le plus français des sports ! Le mot « mercato » cache à peine le marché humain qui est la clef du fonctionnement du football professionnel.

La liesse populaire est sympathique. Elle ne doit pas voiler la réalité du pays : des casseurs ont créé des incidents dans plusieurs villes dont Paris et Lyon. 845 voitures ont été brûlées. L’arbre du joueur issu d’un quartier défavorisé et d’origine immigrée, par ailleurs plein de talent, et d’un excellent esprit, ne doit pas cacher la forêt des banlieues qui vivent du trafic de drogue et où la police se trouve en terrain ennemi. L’utilisation, comme en 1998, du succès de l’équipe de France pour sacraliser la France multicolore et la richesse apportée par une immigration sans frein relève soit de la bêtise la plus crasse soit de la haute trahison ! Des joueurs professionnels parvenus très jeunes au sommet de leur discipline, et dont le niveau intellectuel, et parfois le comportement, laissent à désirer ne sont pas les meilleurs exemples de réussite pour les jeunes Français. Il y a des admirations plus légitimes, mais on se demande parfois s’il n’y a pas dans la mondialisation un gigantesque effort d’abêtissement des peuples, particulièrement efficace, semble-t-il, en France. Un coup de pied talentueux n’a rien de génial. Une découverte scientifique, oui ! Quant à « l’entrée dans l’Histoire », c’est le comble de la stupidité. L’histoire est un fleuve, une suite continue de causes et d’effets. Les compétitions sportives sont une suite discontinue sans le moindre rapport avec l’histoire des peuples, sauf lorsque les politiques tentent de récupérer le sport. Le totalitarisme en a fait sa spécialité. L’Italie a été championne du monde en 1934 et 1938, sous Mussolini. On connaît la suite…

Tout en goûtant le succès national qui désinhibe notre fierté nationale, sachons raison garder en nous mobilisant pour de vraies victoires dans l’histoire véritable.

Commentaires fermés sur « On » a gagné : si la France retrouve quelque couleur aux yeux du monde !

À lire aussi

Remaniement : le Maître des horloges se fait remettre les pendules à l’heure

On ne se bouscule donc plus au portillon du pouvoir. Cinq ministres pressentis auraient dé…