Présidentielle autrichienne : Norbert Hofer battu !

Collaborateur parlementaire belge
Son blog
 

La révolution en marche, partout dans le monde, connaît un temps d’arrêt : Norbert Hofer n’est pas parvenu, en effet, à accéder à la présidence autrichienne dans le match retour l’ayant opposé au « candidat du système », l’écologiste Alexander Van der Bellen, après l’invalidation de l’élection de mai dernier pour vice de procédure.

Le résultat du scrutin est limpide puisque le candidat Vert a obtenu, à ce stade, un peu plus de 53 % des suffrages. Le représentant du FPÖ a, d’ailleurs, assez vite reconnu sa défaite en fin d’après-midi.

Norbert Hofer est, néanmoins, devenu une des figures de proue de la contestation croissante des peuples. Né en mars 1971, il fut biberonné à la politique puisque son père était lui-même élu municipal. Le rejeton apprendra vite et devient, en 1996, responsable régional du FPÖ.

En 2005, Hofer suit la ligne dure incarnée par Heinz-Christian Strache face au leader historique du parti, Jörg Haider.

Norbert Hofer insistera auprès de son mentor pour adoucir le discours de son parti. La stratégie se révélera gagnante puisque le FPÖ ne cessera de progresser et l’homme de l’ombre de prendre la lumière. Pour le monde entier, ce responsable réputé honnête, compétent et sympathique aura su incarner le renouveau politique à l’heure de la crise des migrants.

Particularité qui ne manque pas de détonner dans un « monde » où Dieu est de moins en moins présent : Hofer a appelé l’aide du Tout-Puissant et en a fait un slogan de campagne.

La présidence, en Autriche, est essentiellement protocolaire et ne confère pas de pouvoir étendu. L’élection du candidat du FPÖ aurait, néanmoins, été symbolique.

Après le Brexit et la victoire de Donald Trump, le camp des insoumis aurait pu arracher une nouvelle victoire en faisant tomber un domino supplémentaire. Ce n’est que partie remise.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.