Gilets jaunes, il faut dénoncer le pacte de Marrakech !

Les gilets jaunes incarnent le peuple solidaire contre un pouvoir nomenklaturiste en perte de sens qui criminalise ses adversaires pour mieux les discréditer.

Ce pouvoir déréalisé cherche, aujourd’hui, à instaurer la stratégie du chaos. L’auteur de ces lignes a raconté, dans un précédent article, ce qu’il vit, le 24 novembre : la charge policière menée sur la foule assemblée pacifiquement, l’arrivée des casseurs et l’impunité dont ils bénéficiaient, certains d’entre eux décrochant même du front des émeutiers pour se réfugier étrangement derrière les lignes policières.

Car le chaos est préférable à la négociation pour un pouvoir macronien qui prépare aujourd’hui, par le pacte de Marrakech, la submersion du pays par l’« armée de réserve du Capital » qu’est l’immigration massive et permanente que finance le peuple français en se serrant toujours plus la ceinture.

À terme, par l’effet cumulé des migrations et de la pression fiscale, un « nouveau peuple », plus docile, et dont le niveau de vie sera aligné sur celui dont disposent les populations des pays émergents, s’imposera en France. Quant à la transition écologique qui justifierait la hausse des taxes, elle n’est qu’un leurre, ces prélèvement nouveaux servant à l’installation des millions d’hommes qui déferleront prochainement sur le pays.

Le pacte, qui n’est rien d’autre que l’acte de décès programmé de la France, sera signé, le 10 décembre prochain, à Marrakech, réalisant ainsi le projet onusien découvert, il y a près de vingt ans, par l’universitaire Jacques Dupâquier, qui fut membre de l’Institut et spécialiste des mouvements de population. En avril 2000, l’honorable chercheur révélait, dans Le Spectacle du monde, l’existence d’un projet intitulé Migrations de remplacement : une solution aux populations en déclin et vieillissantes. Ce texte, écrivait-il, qui est « seulement disponible en anglais est passé inaperçu. Il s’agit pourtant de la programmation d’une substitution de population en Europe » car les experts estiment que « pour maintenir l’équilibre actuel de quatre ou cinq actifs pour un retraité, l’Union européenne devrait ouvrir ses portes, d’ici à 2025, à 159 millions de travailleurs immigrés. »

Et Dupâquier concluait que la France « aurait besoin de 920.000 immigrés par an, jusqu’en 2025 ». Ce projet, qui aurait aujourd’hui pris du retard, serait, selon d’autres chercheurs, désormais étalé jusqu’à 2040. Ainsi, signer le pacte de Marrakech relève d’une trahison pure et simple du peuple français condamné à disparaître.

C’est donc une guerre à mort qui est menée aux Français par les puissants réseaux financiers internationaux – promoteurs de ces migrations – dont monsieur Macron est le fidéicommis servile. En conséquence, il ne reste, aujourd’hui, qu’une seule solution pour le peuple dont les gilets jaunes incarnent l’avant-garde : la destitution du Président comme la prévoit notre Constitution et la reprise en main de son destin par la Nation assemblée.

Dans ce but, il est fondamental de renoncer aux fausses divisions qu’entretiennent les partis politiques qui font partie du problème et de se méfier des délégués gilets jaunes autoproclamés, plus jaunes que gilets et, de ce fait, complices du pouvoir. Face au danger, c’est, aujourd’hui, l’union sans faille de tous les Français, qu’ils soient de la gauche sociale ou de la droite patriote, qui s’impose pour susciter pacifiquement le sursaut salvateur.

L’acte IV des manifestations de gilets jaunes, le 8 décembre, doit donc impérativement cibler le funeste projet de Marrakech qu’un Président déconnecté, assisté des « bras cassés » qui constituent sa majorité parlementaire, mettra peut-être bientôt en œuvre contre le peuple de France.

Car s’il était signé, ce pacte de Marrakech pourrait bien être, symboliquement, l’équivalent du traité de Troyes de 1420 sans que nous soyons assurés, cette fois-ci, de l’intervention miraculeuse d’une Jeanne d’Arc.

Commentaires fermés sur Gilets jaunes, il faut dénoncer le pacte de Marrakech !

À lire aussi

Samedi, sur les Champs, j’ai pensé à la Pologne du général Jaruzelski

C’était d’abord le cri d’un peuple soucieux de sauvegarder sa liberté sacrée, alors qu’un …