Les fake news, quand c’est contre les populistes, c’est pas grave

« L’Italie ne veut plus être complice du business de l’immigration clandestine. En ministre et en père, je le fais pour le bien de tous », a écrit Salvini sur sa page Facebook. « En père » ? Une pièce de plus à verser au dossier chargé du président de la Ligue. Le mâle blanc hétérosexuel a encore frappé !

Alors, ça y est, du coup, c’est lancé : il fallait un successeur à Poutine qui, comme l’écrit Hélène Carrère d’Encausse, se détourne d’une Europe hostile et glisse doucement vers l’Asie. Un successeur dans le rôle du méchant. Dans la société orwellienne, le bouc émissaire reste essentiel. Ce sera donc Matteo. Matteo Salvini, qui en est à son troisième refus d’accueillir ces bateaux venus des côtes libyennes. Les Lifeline et Seefuchs, deux bateaux d’ONG allemandes, ont en effet été placés sous séquestre par le ministre des Transports 5 étoiles du nouveau gouvernement italien pour non-conformité au droit international. Les vies ont été sauvées, a déclaré le ministre. Mais ça, on ne le dira pas…

Emmanuel Macron, jeudi en Bretagne, a nommé la maladie : « Le populisme, c’est la lèpre », a-t-il dit. Alors, on entendra tinter la crécelle de tout un pays, puisque 80 % de son peuple est d’accord avec Salvini !

« La paix, c’est la guerre », susurre le novlangue. Fermer ses ports à des bateaux de clandestins parmi lesquels se trouvent potentiellement des guerriers du califat, c’est donc faire la guerre.

Contre Salvini, du coup, tout est permis. Surtout la réductio ad Hitlerum. Ainsi, L’Important a tweeté cette semaine : « Salvini veut une épuration massive. » Mais la vidéo qui illustrait le propos – et où était employé le verbe « nettoyer » (pulire) et non « épurer » – date de… février 2017 !

Car la campagne des élections européennes est lancée, et elle reposera, comme celle de la présidentielle, sur le « pas ça, pas ça, pas ça ! », variante de « le fascisme ne passera pas ».

Et Big Brother traquera, sur les réseaux sociaux et dans la presse, les présumées « fake news » de ces nouveaux lépreux, ces populistes, présumés anti-européens.

Mais, bien sûr, pas celle d’un quotidien en ligne qui accuse Salvini d’« épuration »…

Commentaires fermés sur Les fake news, quand c’est contre les populistes, c’est pas grave

À lire aussi

Face aux actions vegan, les bouchers ne comptent pas se faire tailler en pièces

En France, la résistance s'organise. …