Editoriaux - Justice - Politique - 22 juillet 2018

Emmanuel Macron lâché par le « Parti médiatique » ?

L’imposture de l’élection d’Emmanuel Macron est en partie due à un unanimisme de la presse qui n’a pas hésité à matraquer son audience sans retenue, tel un Alexandre Benalla dans une manifestation, que le supposé deus ex machina allait tout changer à la politique. Et quinze mois plus tard, l’organe d’agit-prop qui se prévaut du titre de quotidien de référence de France lâche son poulain en déclenchant la curée, avec un scandale bien sidérant qui dégénère en mode feuilleton.

L’effet de meute est normal : dès lors qu’une information croustillante et vérifiée sort, chaque titre doit rattraper le retard et se ruer à l’hallali. Le Figaro qui occultait le traitement judiciaire des affaires de Serge Dassault, ça écorne forcément l’image de sa rédaction dont la cécité sélective est mise en évidence. Le « Parti médiatique » lâche donc Emmanuel Macron par mimétisme, parce que l’un d’entre eux, Le Monde, entraîne les autres dans une espèce de non-choix.

Deux questions se posent dès lors.

Le lâchage – si l’on part de l’hypothèse que ce lynchage est un indice de lâchage – des oligarques qui détiennent les médias est-il définitif ? La République sait trouver des fusibles, ces boucs émissaires des temps modernes qui ne seront pas exécutés, mais seulement renvoyés dans une scène de carnaval aux effets prétendument cathartiques. Un talentueux acteur comme notre Président saura s’y attribuer le beau rôle. Après, les Français ont la mémoire courte, disait un maréchal lors des heures les plus sombres de notre histoire. Alors conjecturons que ces oligarques, qui peut-être ne souhaitaient pas abandonner la créature qu’ils ont imposée au pays, tenteront de sauver un soldat Macron qui pourrait leur servir à nouveau.

Pourquoi Le Monde a-t-il pris cette décision ? C’est la question que se posait, dès le 19 juillet, Christian Combaz dans un tweet. Le tandem Pigasse–Niel pourrait être déçu du macronisme, il y en a d’autres, et pour plein de raisons. Il est vrai que la « communication maîtrisée » voulue par l’Élysée peut faire grincer des dents et regretter les connivences passées, comme celles ayant permis à deux journalistes de divulguer le contenu de documents « secret défense » transmis par l’hôte de l’Élysée de l’époque. Ou bien s’est imposé le constat objectif qu’Emmanuel Macron va trébucher du fait de sa pratique très autocratique du pouvoir. Dés lors, la prise de distance la plus anticipée possible devient une espèce de joker, et le croche-patte un atout maître. Ou encore le changement de poulain est possible : un qui voudrait croire à un retour possible et qui, trahi par son successeur, souhaiterait se venger, libérer la place et qui dispose des réseaux pour le faire.

Il y a bien, aussi, l’hypothèse que des journalistes et une rédaction « mainstream » soient vertueux, aient lu la Charte de Munich, aient décidé de l’appliquer. Fin de la blague.

Commentaires fermés sur Emmanuel Macron lâché par le « Parti médiatique » ?

À lire aussi

Belle France

Il y a le pèlerin et le touriste : tous deux bougent, pas pour les mêmes raisons, pas touj…