C’est une polémique qui enfle : , illustrateur de presse et bien connu des lecteurs du Monde pour ses dessins humoristiques mettant en scène des pingouins, ne travaillera plus pour le journal. Hier, les célèbres animaux ont créé une polémique avec cette légende : « Si j’ai été abusée par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un ? »

Un dessin jugé « déplacé vis-à-vis des victimes d’inceste et des personnes transgenres », notamment par le député Aurélien Taché et la militante Rokhaya Diallo. Quelques heures plus tard, annonçait retirer le dessin et présentait des excuses « auprès des lectrices et lecteurs qui ont pu en être choqués ».

Ce matin, Vincent Gorce annonce cesser de travailler pour Le Monde qui, selon lui, a « plié sous la pression des réseaux sociaux ». Il s’est confié au Point : « Je rappelle, à travers ce dessin, que si les structures familiales contemporaines peuvent, certes, brouiller la notion d’inceste, les violences sexuelles et la pédocriminalité restent indiscutablement un crime. C’est un contresens total que d’imaginer que mon dessin serait une quelconque légitimation de ces crimes… » et refuse de parler de censure. Mais maintient sa « décision personnelle, unilatérale et définitive. La liberté ne se négocie pas. Mes dessins continueront… »

20 janvier 2021

À lire aussi

Mieux vaut en rire (ou pas) : densité présidentielle, maternité, intersectionnalité, sécurité…

Chaque semaine, Boulevard Voltaire sélectionne dans l’actualité des infos insolites et ext…