Clôturant son discours du 8 mai dont les « chercheurs » disent déjà qu’il entrera dans l’Histoire, Volodymyr Zelinsky a prononcé ces paroles prophétiques : « J'ai oublié l'essentiel : tout mal se termine toujours de la même manière – il se termine. »

Sa propre histoire, j’en prends ici le pari, se terminera à Los Angeles, dans les studios de Netflix, ou peut-être dans ceux que la firme vient d’acquérir à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. C’est juste une question de temps. Quand « le mal » sera terminé, ça ira vite, très vite, puisque tout est déjà scénarisé.

Zelinsky est un excellent acteur entouré d’excellents communicants. Certes, cela ne fait pas tout face aux chars et aux missiles, mais ça fait beaucoup dans l’opinion internationale. Et cette opinion, Volodymyr sait la façonner comme personne. Les cibles sont parfaitement ciblées, les discours adaptés à chacun, c’est de la dentelle. Ainsi n’a-t-il oublié personne dans son allocution du 8 mai où, sans citer nommément l’agresseur contre lequel il se bat, il l’a désigné d’un mot : « le mal ».

« Le mal est revenu. À nouveau ! », a-t-il dit. C’est une adresse appuyée aux Américains et leur lutte contre « l’axe du mal », pourtant porteuse des désastres qui ont ensanglanté les rives de la Méditerranée ces dernières décennies.

Pour les voisins européens, Zelensky s’est penché sur l’histoire locale et les horreurs de la dernière guerre. À l’attention des Polonais, d’abord, rappelant que c’est chez eux que « les nazis ont commencé leur marche et ont tiré le premier coup de feu de la Seconde mondiale ». Puis il a rappelé aux Britanniques Coventry, « anéanti », aux Tchèques « Lidice détruit », aux Hollandais Rotterdam, « première ville complètement détruite ». Il a demandé aux Français de se souvenir d’Oradour-sur-Glane, de Tulle et d’Ascq avant de plaquer comme un calque le drame que vit l’Ukraine sur les spectres de la dernière guerre. Deux mois de conflit comme quatre années. À l’heure du numérique, des réseaux et de la en direct, il faut aller vite.

Les jeunes générations sont gavées d’images. Le risque est qu’elles se lassent : deux mois de en jeu vidéo, c’est déjà trop. Comment les captiver ? En s’adressant directement à elles, avec une stratégie à la Greta Thunberg. Alors a demandé à s’adresser aux étudiants français. Avant ou après les étudiants allemands, britanniques, néerlandais, espagnols… on ne sait plus, tant cet homme en guerre fait de discours.

Et qui a-t-il choisi ? Sciences Po, bien sûr. C’est pour ce mercredi 11 mai, de 13 à 14 heures. Selon Le Figaro Étudiant (9 mai), l'ambassade d’Ukraine a contacté plusieurs institutions françaises dont l’École polytechnique, Sciences Po et la Sorbonne pour préparer cette intervention, et c’est Sciences Po qui a remporté la queue du Mickey. Que les autres se rassurent : un lien YouTube « permettra de suivre l'événement en direct ».

Le planning est figé : le président ukrainien fera d’abord un discours d’un quart d’heure, puis les étudiants en sciences politiques poseront leurs questions. Des questions qui, assurément, iront dans le sens de la doxa officielle. Volodymyr va leur dire que c’est à eux de peser sur les gouvernements comme ils le font pour le climat. Que s’il en est besoin, il faudra descendre dans la rue, manifester pour l’éradication du mal – pas pour la paix. Mettre la pression. Réclamer la guerre totale, en somme, celle que les Américains semblent appeler de leurs vœux.

2371 vues

10 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. On espère que, pour affûter le jugement de ces jeunes, on va leur passer aussi un discours de Poutine…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter