Le Covid rend fou, cela a été dit cent fois. Mais on assiste, ces jours-ci, à d’étranges renversements de la part des oppositions à la stratégie du gouvernement français.

D’abord, sur le et les mesures de contrôle de la population. Alors que beaucoup déploraient leur caractère liberticide, généralisé, excessif, leur effet délétère sur l’économie, le lien social et le moral du pays, on voit s’élever, depuis une semaine, un mouvement, initié par des élus du Grand Est, en faveur de mesures plus strictes, d’un reconfinement après Noël. Plus tôt, plus drastique. Même le nouveau couvre-feu ramené à 18 heures a été jugé tardif et insuffisant par certains. Ces mêmes (les mêmes ? Pas les mêmes ?) élus de terrain qui pestaient contre l’absurdité et la lourdeur de ces mesures en redemandent !

Mais on a aussi constaté ce contre-pied pour les vaccins. Accusé, dans un premier temps, de vouloir vacciner de façon autoritaire, de vouloir ficher, stigmatiser, priver de certaines libertés les non-vaccinés, le gouvernement est, depuis mercredi, vivement critiqué de ne pas vacciner… davantage. On aligne les « performances » de l’Allemagne, du , d’Israël. On oppose les centaines de milliers de vaccinés ailleurs à nos 100 vaccinés en 24 heures. Bruno Retailleau : « L’Allemagne est déjà à plus de 42.000 vaccinés, le Royaume-Uni à 900.000 et la France à moins de 200 ! »

Il est clair que le gouvernement semble tanguer et hésiter dans ses choix, ses stratégies et sa communication. Mais il est frappant de constater que cela induit des comportements tout aussi étonnants en face, et dans la population. Comme si l’indécision, la schizophrénie de ce même gouvernement, contagieuses, avaient gagné les oppositions, et une partie de l’opinion.

Est-ce le but ? Une sorte de stratégie Parmentier consistant à raréfier l’offre de façon à exciter la demande ? Ma femme me dit que je vais chercher trop loin et les prends pour plus intelligents qu’ils ne sont. Donc, oui, ils sont fous, et nous aussi.

31 décembre 2020

À lire aussi

Sondage choc : Macron est lâché par les électeurs de gauche et vraiment menacé par Marine Le Pen au second tour !

Quatre ans après, pour beaucoup, l'opération a viré à l'arnaque. …