Soyons clairs : loin de nous l’idée d’approuver ou de défendre la stratégie française et européenne du tout-vaccin. L’aberration qu’a constituée la quasi-interdiction de prescrire et de soigner faite aux médecins de ville est une insulte au bon sens en même temps qu’une faute grave à l’égard de la population française, confinée plus souvent qu’à son tour.

Même si Olivier Véran, dans son intervention du 1 dernier, reconnaissait, au bout d’un an, le regard fuyant et du bout des lèvres, la possibilité de soigner le Covid-19 avec de simples antibiotiques (l’azythromicyne), des anticoagulants et de l’oxygène même à domicile, il n’en reste pas moins que, bizarrement, la France et plus largement l’ ont misé exclusivement sur la vaccination de la population pour un hypothétique retour à la vie normale.

La puissance de l’industrie pharmaceutique se montre égale à celle des GAFA, et leur influence, tant en termes de politique de santé publique que d’orientation géopolitique, ne laisse pas d’inquiéter : peu ont cependant relevé à quel point elle empiétait sur les souverainetés nationales.

On connaît la faillite de l’Union européenne dans les commandes groupées de vaccins, les défaillances criantes de l’administration française dans la logistique d’approvisionnement et d’administration des vaccins. Le d’un tiers de la population française, mais aussi d’une partie de la population italienne ou allemande, ou plutôt son encerclement liberticide, en est une des nombreuses preuves : un cuisant aveu d’échec, « pour ne pas dire une honte », comme l’explique Anne Rosencher dans L’Express. Elle poursuit : « Quand le brouhaha de l’urgence, de l’angoisse et du mécontentement se sera atténué, il nous faudra, politiquement, tirer les leçons structurelles de la pandémie. »

La confusion autour du vaccin d’AstraZeneca a alimenté la polémique sur le cafouillage européen, polémique qui d’ailleurs n’est pas encore éteinte : aux dernières nouvelles, la mort suspecte d’un étudiant en médecine de 24 ans, tout juste vacciné, vient rappeler que ces vaccins sont encore en phase d’expérimentation.

Alors, quand Thierry Breton, commissaire européen à l’Industrie, vient affirmer que « l’Union européenne n’a pas besoin du vaccin russe Spoutnik V contre le Covid-19 et pourra atteindre une immunité collective d’ici le 14 juillet avec les vaccins disponibles, si leurs calendriers de livraison sont respectés », on se demande s’il ne vit pas dans un monde parallèle.

Là encore, cacophonie européenne : l’Allemagne d’Angela Merkel commandera sans hésiter le vaccin russe Spoutnik V si la commande groupée européenne n’a pas lieu. Et l’ va implanter sur son sol, près de Rome, une usine fabriquant le vaccin russe : on peut imaginer que Mario Draghi, qui a déjà bloqué une livraison d’AstraZeneca produite sur le sol italien mais destinée à l’export hors Union européenne, n’hésitera pas non plus à se servir. Ce qui est ici en jeu, et cet épisode du vaccin Spoutnik V méprisé par l’Union européenne le montre clairement, c’est l’opposition entre la gestion maîtrisée et souveraine des politiques de santé nationales et la paralysie d’une gestion à 27.

Alors, quand l’Agence européenne du médicament traîne pour accorder l’autorisation temporaire d’utilisation au vaccin russe reconnu pourtant comme efficace à 91 % par la revue The Lancet, et que Thierry Breton, dans l’esprit même des politiques de sanctions envers la Russie, provoque et méprise Vladimir , on ne peut que déplorer que, même en matière de stratégie vaccinale, l’Union européenne arc-boutée à son idéologie, ivre de son impuissance, pousse un peu plus la Russie hors d’.

23 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Loi contre le séparatisme : la foire aux amendements d’une loi faible et mal ficelée

L’ennemi n’est pas désigné, la loi est ainsi privée de son objet premier. …