Editoriaux - Justice - Politique - 24 octobre 2019

Une note lierait résultats électoraux et suppression de postes de juges d’instruction !

Une note des services de Mme Belloubet dévoilée, le 23 octobre par Le Canard enchaîné a provoqué, à jute titre, un tollé chez les syndicats de magistrats et crée un profond malaise dans l’opinion. Selon ce document, la chancellerie a sollicité une réunion avec l’un des conseillers du Premier ministre et des experts électoraux de LREM afin de déterminer les villes pouvant être gagnées par les fidèles de M. Macron et de différer, pour celles-ci, les annonces de suppression de postes de juges d’instruction. Il s’agirait de ne pas mécontenter l’opinion publique locale.

En effet, la réforme de la carte judiciaire promulguée en mars permet de telles modifications dans les départements où plusieurs villes sont pourvues de juges d’instruction. Cette mesure peut se comprendre : est-ce utile de conserver dans une agglomération un poste de magistrat instructeur et tout son cabinet pour moins de cinquante dossiers par an ? Alors que notre pays étouffe sous l’hydre d’un déficit structurel, chercher à économiser sans trop nuire à l’administration de la est logique et guère contestable.

Mais le contenu de la note interne provoque avec raison la fureur des syndicats, car des postes de juges d’instruction seraient provisoirement sauvés pour permettre à un candidat LREM de s’imposer ! C’est le cas à Montluçon, où le magistrat instructeur a traité 22 dossiers en 2018 (deux par mois !) et qui serait maintenu, car la ville serait « gagnable », la population locale ayant voté plus que la moyenne pour M. Macron aux présidentielles. Apparemment, le juge d’instruction de Montluçon finira par sauter, mais sans doute dans une période de creux électoral, loin de toute échéance.

Mme Belloubet se défend mollement ; elle ne nie pas l’existence de cette note, juste son interprétation. Elle ne souhaite pas, évidemment, assumer le cynisme total que ce document implique.

Dans le nouveau monde macronien, qui devait tant différer de l’ancien, recevra-t-on des avantages si on vote bien. En revanche, si on choisit des candidats d’opposition, sera-t-on sévèrement sanctionné ? Un des ténors de LREM n’avait-il pas annoncé que les maires qui seraient élus sans le soutien de M. Macron seraient considérés comme des ennemis ? Avons-nous l’illustration de ces propos qui ont fait scandale lorsqu’ils ont été émis ? En 1860, MM. Erckmann et Chatrian, les chantres de l’Alsace française, démontaient les mécanismes qui permettaient à Napoléon III de gagner, sans bourrer les urnes, les différents plébiscites qu’il soumettait aux Français : les villages qui votaient bien avaient droit à de menus avantages comme laisser paître leurs cochons dans les bois de l’État. Sommes-nous revenus à cette époque peu démocratique ? Peut-être.

Le malaise est en tout cas profond. Les gouvernements précédents n’étaient pas plus vertueux, leurs pratiques s’approchaient de celles qui sont reprochées à Mme Belloubet. Mais elles n’étaient pas revendiquées et assumées sans complexes par un pouvoir qui se pose en modèle de vertu. La première mesure votée par la majorité de M. Macron ne portait-elle pas sur une illusoire moralisation de la vie politique ? Que reste-t-il, au bout de trois ans, de cette prétendue volonté ? Pas grand-chose !

À lire aussi

Retraites : les fausses concessions du Premier ministre

Le système mixte dévoilé par M. Philippe est bien trop compliqué pour être effectivement m…