Un collège confie ses élèves à une association proche de la mouvance islamiste

voile

« Après Médine sur le service public audiovisuel, Lallab à l’Éducation nationale. » Alerté par un tweet du chroniqueur Fabrice d’Andrea, le Printemps républicain, mouvement citoyen de la gauche laïque, n’a pas tardé à dénoncer la présence de Lallab, association féministe musulmane controversée, au sein d’un établissement scolaire parisien. Une inquiétude partagée par l’eurodéputée Horizons Nathalie Loiseau et de nombreux internautes.

Les faits remontent au mois de janvier dernier. Dans le cadre du projet « Collège pour l’égalité », des membres de l’association Lallab se sont rendus auprès des élèves de 4e d’un collège parisien pour animer différents ateliers. Au programme : sensibilisation à l’égalité entre les filles et les garçons, lutte contre les discriminations et dénonciation des violences sexistes et sexuelles. Ce n’est pas la première fois que les membres de Lallab interviennent en milieu scolaire. Déjà, en novembre 2016, l’association dénonçait auprès de collégiens isérois les préjugés contre les femmes musulmanes. Et, régulièrement, le collectif féministe participe à des formations contre « le sexisme, le racisme et l’islamophobie » dans un collège de Seine-Saint-Denis. L’ennui est que cette association, sous couvert de féminisme, promeut un discours antiraciste peu compatible avec la laïcité, pourtant de mise au sein de l’Éducation nationale.

Voile, Frères musulmans et non-mixité

Premier point sensible : la question du voile. Si l’association assure être « pro-choix » - c’est-à-dire s’engager pour la liberté des femmes à porter ou non le voile -, force est de constater que la réalité est plus complexe. En effet, depuis sa création en 2016, l’association n’a de cesse de dénoncer la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux ostentatoires au sein des établissements scolaires. À en croire les communiqués et autres articles produits par les membres de Lallab, la loi de 2004, en plus d’être « antiféministe », participerait également d'un « acharnement islamophobe » de la France. Faute de pouvoir lutter concrètement contre ce texte déjà promulgué, Lallab œuvre depuis près de sept ans pour défendre le port du voile des accompagnatrices scolaires, la cause des hijabeuses [sportives qui réclament le port du hijab dans les compétitions sportives, NDLR] ou encore le port du burkini dans les piscines municipales. L’association va même jusqu’à faire la promotion de My magical hijab, un livre pour enfants qui défend le port du voile chez les petites filles.

Autre sujet épineux : la proximité de Lallab avec la mouvance islamique. Car si le collectif féministe se défend de toute appartenance ou proximité avec les Frères musulmans, ses accointances parlent d’elles-mêmes. En 2020, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty, l’association publiait un communiqué pour condamner cet « acte affreux ». Seulement, quelques lignes plus loin, elle exprimait « tout son soutien » au Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), dissout par le gouvernement pour son implication indirecte dans la mort du professeur. D’autre part, Lallab appartient au réseau européen de lutte contre le racisme (ENAR). Or, l’ENAR n’est certes pas « un réseau des Frères musulmans en tant que tel », rappelle Florence Bergeaud-Blackler dans son ouvrage Le Frérisme et ses réseaux, cependant, cette coalition d’association est « pilotée par les jeunes générations fréristes » partout en Europe. Une proximité qui s’illustre avec la mise en avant d’Asma Lamrabet, féministe musulmane d’origine marocaine. Présentée comme « une véritable inspiration pour les nouvelles générations », Asma Lamrabet est encensée sur le site de l’association. Pourtant, en 2002, dans Musulmane tout simplement, préfacé par Tariq Ramadan, cette essayiste défend notamment que le mari donne une « tape légère » à sa femme pour calmer son « hystérie » lors d’une dispute conjugale. Pour le féminisme, on repassera…

En somme, Lallab, également adepte des ateliers en non-mixité, va à l’encontre de nombreux principes républicains. Pourtant, l’association continue de bénéficier de nombreux soutiens financiers et moraux. Alors, manque de vigilance ou complicité des pouvoirs publics ?

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

30 commentaires

  1. On ne peut servir 2 dieux à la fois. Or servir son dieu orgueil / pouvoir / argent et j’en passe est bien plus compatible avec le dieu musulman qu’avec le Dieu des Chrétiens. Ou pour m’exprimer autrement, les ennemis de mes ennemis sont mes amis, alors ne nous étonnons plus de ces accointances entre politiques, idéologues, trois points et musulmans contre la Chrétienté.

  2. Ne pas compter sur macron pour s’opposer à ça. L’avenir de la France lui importe peu, il n’a pas d’enfants qui en souffriront. Après lui le déluge, seule sa gloriole présente le préoccupe et la France est grand ouverte à ceux qui veulent la détruire!

  3. En 1999, Youssef al-Qaradawi, le théologien des Frères musulmans, cœur du salafisme revanchard, déclarait :
    « L’islam va retourner en Europe, comme un conquérant et un vainqueur, après en avoir été expulsé à deux reprise. Cette fois-ci, la conquête ne se fera pas par l’épée, mais par le prosélytisme et l’idéologie. »

  4. Action de guerre psychologique d’un ennemi en terre française ! Que fait le ministre des armées ? Que fait le Mac(a)ron ?

  5. Par le nombre , ils nous l ont annoncé, par le nombre ils vont nous submerger et la France sera le premier pays islamique d Europe, avec toutes ses joyeusetés, vous n aurez plus que les yeux pour pleurer, JMLP n a cessé de vous le marteler , il est trop tard et c est bien fait ,vous vous soumettrez ou vous serez esclave ou egorges

  6. Toutes ces « associations » couvertes de subventions, agissent « en douce ».
    Cette propagande qui hurle n’en être pas, mais qui n’usent pas d’autres méthodes, qui rappellent furieusement celles d’un certain parti politique allemand d’avant guerre.
    Monsieur le ministre Pap fermant les yeux.

  7. On instille le poison à petites doses. L’islam c’est l’arsenic d’une société : chaque dose infime s’empile sur la précédente jusqu’à causer la mort.

    • Votre commentaire reflète la réalité mais la société est malvoyante face à cette invasion sournoise qui s’infiltre un peu partout.

  8. L islam est infiltré dans l éducation nationale.
    Les ventres mous de nos gouvernants et technocrates laissent faire,par lâcheté ou complicité ? Même dans l enseignement privé, la soi disante laïcité est mise à mal par l islam.
    La propagande est insidieuse…

    • L’écrivain algérien Boualem Sansal nous l’a dit et écrit; « Le projet stratégique mondial des islamistes est de génocider les chrétiens d’orient et d’effacer en occident toute trace de christianisme. L’islam sait s’adapter, il se fiche de la culture du pays, il veut juste la détruire afin d’imposer la sienne !

      • Hélas , comme vous avez raison ! Mais la plupart ne connaissent même pas la religion ! J’ai lu le Coran, un véritable supplice tant c’était imbuvable et rempli de contradictions !
        Et que dire, de ces femmes iraniennes, qui se battent au péril de leur vie pour ne plus porter de voile et pour leur liberté ! Nos « voilées » sont une insulte faite à ces femmes !

  9. Cette association musulmane devrait être dissoute depuis longtemps au même titre que Génération Identitaire, puisqu’il s’agit visiblement d’un association identitaire et prosélytique à 100%.

  10. « … cette association, sous couvert de féminisme, promeut un discours antiraciste… ». Ce serait parfait si l’on répondait aux questions que je ne cesserai de marteler jusqu’à l’puisement … ou obtention de réponses claires, non ambiguë et argumentées : Qu’est-ce la « race » ? Qu’est-ce le « racisme » ? Qu’est-ce un « raciste » ? Qu’est-ce un « antiraciste » ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois