De la gravité, du régalien, de l’engagement mais pas d’affolement. En pleine période électorale, pas question de laisser les Français s’imaginer que leur Président, qui assume également la présidence du Conseil de l’Union européenne, les entraîne dans une aventure militaire des plus dangereuses sans consultation ni débats.

Les mots sont donc soigneusement choisis et on euphémise à tout va.

Le 6 mars dernier, le ministre des Armées, Florence Parly, était en déplacement sur une base militaire de l’OTAN en Roumanie. Sa déclaration se voulait ferme mais rassurante : « Cet engagement n’est pas offensif, il est défensif. L’Alliance ne menace pas la Russie. L’Europe ne menace pas la Russie. Personne ne menace la Russie. » À qui s’adressait-elle ? Pas aux Russes, qui n’en croient probablement pas un mot, mais bien plus sûrement aux Français par médias interposés. Le 7 mars, c’était au tour de Macron, sur LCI. Le Président disait vouloir « stopper cette guerre sans devenir nous-mêmes des belligérants » et réaffirmait : « La France n’est pas en guerre contre la Russie. » Que faisons-nous, alors ? Pour Florence Parly, « l’Europe est présente pour soutenir la résistance du peuple ukrainien ».

Au même moment, des discussions étaient en cours pour fournir des avions de combat à l’Ukraine. La question se posait également de savoir si des avions ukrainiens avaient trouvé refuge en Roumanie ou dans d’autres pays.

Le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konachenkov, lançait un avertissement : « L’utilisation du réseau d’aérodromes de ces pays pour servir de base à des avions militaires ukrainiens et leur utilisation subséquente contre les forces armées russes pourraient être considérées comme une implication de ces pays dans un conflit armé. » Les Russes semblent donc assez peu sensibles au « en même temps » macronien du « pas belligérant mais un peu quand même » que les Européens tentent de leur faire avaler pour éviter de déclencher une troisième guerre mondiale.

Pour comprendre ce qui se joue vraiment, il faut se rendre de l'autre côté de l'Atlantique.

Dans un article du 6 mars dernier, le New York Times évoque le fait que les États-Unis et l’OTAN se rapprochent d’une confrontation directe avec la Russie. Il y a, bien sûr, les transferts massifs d’armes à partir de la avec, notamment, les fameux missiles Stinger que les Américains avaient livré aux Afghans pour lutter contre les Soviétiques. Mais il y a aussi la coopération entre Allemands et Américains pour géolocaliser, à l’aide de photographies satellites et d’interceptions électroniques, les déplacements de l’armée russe et transmettre aussitôt les informations aux unités militaires ukrainiennes.

Comme le New York Times le reconnaît, le risque ne cesse de grandir : « À mesure que les armes arrivent et si les tentatives d'ingérence dans les communications et les réseaux informatiques russes s'intensifient, certains responsables de la sécurité nationale américaine disent qu'ils ont le pressentiment qu'un tel conflit est de plus en plus probable. » Car le plan, anticipé par les Américains bien avant l’entrée des Russes en Ukraine, est celui du « piège afghan » qui supposerait de faire des pays européens membres de l’OTAN la base arrière d’une guérilla menée par une résistance ukrainienne sur le modèle afghan.

« Les États-Unis et leurs alliés se préparent discrètement à un gouvernement ukrainien en exil et à une longue insurrection », indiquait le Washington Post, le 5 mars dernier. Tout en mesurant le risque que cette situation « n'entraîne les pays membres de l'OTAN dans un conflit direct avec la Russie ». Cependant, par-delà les craintes, il y a surtout la tentation de faire de l’Ukraine le « prochain Afghanistan » de la Russie comme l’évoquait, en décembre dernier, le sénateur démocrate Chris Murphy. Avec l’idée qu’un enlisement sanglant, associé aux sanctions économiques, pourrait, à terme, provoquer la chute de Poutine comme la défaite en Afghanistan avait annoncé la fin de l’URSS. Évoquant cette idée sur le site de la Brookings Institution, Bruce Riedel, ancien analyste de la CIA, reconnaissait cependant, en février dernier, les risques qu’avaient fait courir, à l’époque, cette stratégie au Pakistan qui servait de refuge à l’insurrection : « Être l'État de première ligne derrière les moudjahidines entraînait des risques et des dangers considérables. »

La stratégie du « piège afghan » entraînera les Européens dans une position équivalente. À l’inverse d’un Emmanuel Macron, adepte des faux-semblants, les médias américains ont l’honnêteté de nous prévenir.

6047 vues

9 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

44 commentaires

  1. Et bien sûr, Poutine et les stratèges russes n’y voient que du feu et vont s’enfermer dans une guerre longue et coûteuse.
    Les Russes apprennent très bien des coups durs, en quelques années ils ont remonter une agriculture contre l’embargo européen.
    Il y a de grande chance que Poutine ensevelisse l’Ukraine sous les missiles jusqu’à ce qu’il ne reste plus une pierre sur l’autre et après moi le déluge.

  2. 2,37 euros le gaz oil à la pompe! Les verts ont gagné la guerre, on va décroitre à grande vitesse. Ans lers rues des villes, peu de voitures, peu de personnes, sur les routes, fini les bouchons: Très bien!! Mais aussi les marges des entreprises déjà au mieux voisines de 5% vont devenir inexistantes. Elle mettront la clef sous la porte en 1 mois. Les salariés? Un nouveau train de chomeurs! Mais l’état de réjouit des taxes sur l’essence! En ce moment c’est le jackpot. Pleurez Français!

  3. que les gringos partent en guerre contre la Russie, c’est leur problème, aberrant mais qui leur est propre, par contre que l’OTAN voir l’Europe se lancent contre l’ours russe doit être rejeté de toutes nos forces par nos dirigeants.

  4. Soyons justes. Les USA (gouvernement) sont entrés en guerre en 1917 parce que les sous marins allemands attaquaient leurs navires et aussi parce les Allemands promettaient au Mexique de lui rendre les états US du Sud. En 1941 sans Pearl Harbour auraient-ils débarqués en Normandie ? On voit bien que lorsqu’ils viennent nous aider c’est pour s’aider en faisant tuer des GI’s ignorant tout de l’Europe. Les Américains sont vraiment Américains first of all

  5. Ne pas avoir confiance dans les USA n’oblige pas à avoir confiance en Saint Poutine…

  6. Plus l’Europe et… l’Amérique, fourniront des armes à l’Ukraine, plus le risque de guerre totale s’accroîtra. Et j’ai l’impression que dans l’émotion du moment la plupart des européens ne sont pas conscients de l’imminence et de la gravité de ce danger…

  7. Je me demande si nous finirons l’année sans être « atomisés », au sens propre. Je ne décolère pas en pensant que l’OTAN arrive à ses fins : l’Europe contre la Russie, avec pour objectif de tirer tous les marrons du feu… Mais le feu nucléaire pourrait priver l’Amérique de clients potentiels… Les Américains devraient y penser, sans oublier qu’ils pourraient, aussi, être des cibles…

    1. Tant qu’à bombarder nucléaire, autant éliminer les vrais sources du problème en Ukraine: les promoteurs et organisateurs du Maidan. Les nouveaux missiles visent plus loin que l’Europe.

  8. L’hypocrisie américaine qui consiste à faire semblant d’épauler l’Europe avec un poignard dans le dos.
    Niet aux russes, mais également niet aux américains.

  9. Il est clair et ce pauvre Corbieres a vendu la mèche que Macron joue avec le feu et avec nos vies.
    A quoi sert de prolonger la guerre et les souffrances en saupoudrant à droite et à gauche des armes dont on ne sait pas dans quelles mains elle tombent. cele ne fait que prolonger le conflit….c’est une stratégie imbécile…

    1. Qu’importe dans quelles mains tombent les armes. Le principal c’est de les vendre. Pour notre plus grand malheur.

      1. Je pense que je me suis fait mal comprendre. Vendre des armes à tout prix est la règle US. Pas la mienne. Les US n’ont aucun scrupule, seul l’argent compte.

  10. Certes comparaison n’est pas raison mais …Imaginons la Catalogne indépendante, l’Espagne perdant son accès à la Méditerranée. Imaginons les Flamands belges décrétant leur indépendance et demander leur rattachement à la Chine, le port d’Anvers appartiendrait à la Chine et l’UE perdrait de fait son accès à la Manche. Imaginons la même chose pour Marseille. Hé bien vous voyez l’intérêt de la Russie pour Marioupol et Odessa.
    La neutralité de l’Ukraine est la seule solution

    1. Entre La Flandre Belge et la Chine, il me semble que la distance est différente (un « peu » plus grande, disons) qu’entre l’Ukraine et la Russie…..

    2. pourquoi, l’UE n’a pas d’autre accès à la Manche que le port d’Anvers? la russie n’a pas d’autre accès à la mer que celle d’Azov et la mer noire? De toute façon, son souhait d’avoir un débouché sur ces mers ne justifie absolument pas l’invasion de toute l’Ukraine et sa tutelle sur celle ci. L’Ukraine n’a pas de bons souvenirs de la russie: holodomor et ses millions de morts de faim, la gestion soviétique de l’explosion de Tchernobyl etc.. qui peut vouloir qu’un voisin pareil dirige chez vous?

  11. Comment peut-on vouloir asphyxier économiquement la Russie sans déclencher une guerre ? Si on comprend bien , les «  bons «  veulent créer le chaos chez les «  méchants «  avec comme objectif la destitution ou l élimination de Poutine , comme les occidentaux font en Afrique où au moyen orient avec les résultats que l’on connaît
    Les USA bien à l’abri ( sauf des missiles intercontinentaux ) sont les rois de la mise à sac d’autres pays . J’en arrive à leur souhaiter bien du malheur à ces cowboys

  12. La Finlandisation de l’Ukraine est une demande russe tout à fait raisonnable. On note que la Finlande est en tête du classement mondial du bonheur dans le monde (le World Happiness Report). Les livraisons d’armes aux Ukrainiens font durer la guerre et augmentent le nombre de morts, il faut cesser cela. Les sanctions ont pour but de faire tomber Poutine, anti-progressiste et anti-mondialiste. Ces sanctions étaient prévues dans un rapport de la Rand Corporation remis au Congrès américain en 2019.

    1. La Finlande a battu militairement les Soviets : et l’Ukraine est en train de battre les Russes ( 1 million de soldats contre 200 000 )

      1. Les armes livrées aux Ukrainiens ne font qu’ajouter au malheur, ceux qui livrent des armes sont des criminels.

    2. La Finlandisation, c’est fini depuis 30 ans ! Les jeunes Finlandais qui font leur service militaire ont le même Sisu que leurs arrière-grand-pères de la « Guerre-d’Hiver » 1939-40 ou ils avaient tués plus de 400000 agresseurs RusSoviets en ne perdant que 22000 hommes. Si Poutine insiste, la Finlande se prépare à entrer dans l’OTAN. Son armement est compatible avec celui de l’OTAN, en particulier de la Norvège.

  13. Les USA, l’ennemi déclaré des peuples européens depuis leur échec en 1945 ! Les USA avec leur allié de l’UE cherchent à faire entrer les pays européens dans ce conflit qui ne nous regarde pas. Dernière preuve en date la proposition des affairistes biden dans l’embargo des énergies russes, pour mieux imposer à l’UE leur gaz de shiste et leur pétrole au prix qu’ils dicteront. Reprenont notre indépendance vis à vis de tous les belligérants et décidont qui sont nos amis !

    1. Vous rêvez…Comment reprendre notre indépendance alors que nous sommes englués dans l’Union Européenne, oeuvre des américains ? Notre seule certitude, c’est le programme démoniaque qu’ils ont élaboré pour le monde, et dont ils ne se cachent pas même pas !

  14. Le problème, c’est que les francais sont à fond dans l’anti Russe et quelque part, sont derrière le poudré. Ce dernier, d’ailleurs, grimpe dans les sondages
    Trouvez moi un peuple aussi débile que le peuple francais ? Ah bah, il faut bien chercher ma bonne dame, car des idiots pareils, ça ne court la planète !
    Le plus extraordinaire, ces bobozécologôchistes, ces Trotskistes en herbe, ça ne devraient pas avoir un penchant naturel de se tourner vers la Russie ?
    Allez comprendre !

    1. 25 et maintenant 30% pour Macron, cela ne tiens pas la route. Il va falloir surveiller de très près les dépouillements. Cela pue l’arnaque.

    2. Il y a six ans ils étaient tous « charlie », maintenant ils sont tous « jaunes et bleus » !

    3. j’hallucine, ou les sondages sont pipés ou comme vous le dites les français sont devenus de grosses larves

  15. C’est pourtant clair, un coup de pied au cul aux Hollande, BHL, Lemaire et tutti quanti qui ont joué les pousse au crime, retrait unilatéral immédiat de l’Otan et commerçons avec tout le monde. Après tout, dans un sens, n’est-ce pas ce qu’a fait l’Allemagne depuis des années surtout les années euro? Lituanie, Pologne ne sont pas nos frontières.

  16. Plus je m’informe, plus je perçois que ceux qui menacent la Russie et ses frontières sont exactement les mêmes que la caste qui entend instaurer le mondialisme. Les maîtres de Davos et du Bilderberg ont lancé leurs young leaders européens pour jeter sans cesse de l’huile sur le feu.
    Les marionnettistes américains sont prêts, eux, à se battre jusqu’au dernier européen, mais certainement pas au-delà. Idem pour ce qui est économique.

    1. C’est totalement du perdant-perdant pour nous. La merveilleuse Van der Layen fourni en armes américaines l’Ukraine au lieu de se fournir en Europe. Alors , la défense européenne, le réarmement de l’Europe …on peut toujours rêver.

      1. Il faut faire virer Ursula von der Leyen, et nous remettre J-C Juncker et son whisky au petit déjeuner. et ses « dirigeants d’autres planètes, sinon on va tous finir vitrifiés. Cordialement.

    2. Très juste d’ailleurs ils n’ont jamais été pour une UE. Seul les intérêts de ces gens là compte et les guerres ont toujours enrichi certains. Peut-être faut-il essayer une guerre nucléaire loin de chez eux mais force est de penser qu’ils n’y échapperont pas. Le monde ne changera jamais et les US seront toujours en guerre quelque part.

  17. On marche comme des moutons dans les pas des américains qui cherchent à mettre le bordel chez les Européens. Poutine est là et pour longtemps encore, arrêtons de rêver. Il y a 25 guerres en cours sur ce globe, je n’entends pas beaucoup les moralistes là dessus. Macron est en train de se ridiculiser face à Poutine qui préfère négocier avec d’autres, ces autres qui ne disent pas tout et son contraire.

    1. Et qui sont comme les israeliens en train de négocier avec Moscou les contrats de reconstruction de l’ukraine, pendant qu’un petit despote français s’agite, mais qui convoque à Versailles sa cour avec caviard et homard alors que les français vont bientot bouffer des rutabagas et encore ! !

    2. C’est qui « on » il faut préciser les vrais donneur d’ordre, à savoir notre armée de guignols qu’on à à l’Elysée qui vont si ca trouve nous amener vers une guerre en Europe..

    3. Ne pas avoir confiance dans les USA n’oblige pas à avoir confiance en Saint Poutine…malade est qui est là pour peu de temps. Il a bien défendu la Russie mais à présent après 22 ans (!) il est mauvais

      1. Poutine ou un autre … vous croyez que la Russie va changer sa politique doux rêveur ??

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter