Notre ami Marc Baudriller a parfaitement analysé le paysage fracturé sorti des urnes, dimanche soir, et ce premier tour a eu au moins le mérite de la clarification. Il a aussi pointé la dynamique de la France islamo-gauchiste de Mélenchon. Une dynamique portée par la poursuite de l'immigration en cas de réélection d'Emmanuel Macron, par la démographie de la population d'origine immigrée et par la domination culturelle et institutionnelle de ces deux France sur la troisième, diabolisée et exclue de la décision, toujours en cas de réélection du Président sortant. Rappelons aussi la forte marge de progression électorale dont elle dispose, puisque, si Mélenchon a été plébiscité dans les banlieues, recueillant par exemple 69 % du vote musulman, la participation y est encore relativement faible. Le tripartisme - ou la tripartition - de la France du 10 avril va donc évoluer.

Face à la dynamique de la France créolisée, pour reprendre le terme même revendiqué par Mélenchon, que peuvent devenir les deux autres ? Elles vont, elles aussi, être soumises à des dynamiques contradictoires. La démographie ne jouera pas en leur faveur : on n'y fait guère d'enfant, que ce soit dans la France périphérique paupérisée ou la France bourgeoise urbaine.

En revanche, la France de Macron, qui apparaît dominante avec ses 28 % du 10 avril, est en fait la plus fragile. Sa démographie est vieillissante : on a assez dit, depuis dimanche soir, que si les plus de 65 ans n'avaient pas voté, Macron n'aurait pas été au second tour. Électoralement, malgré sa progression depuis 2017, Macron dispose de beaucoup moins de réserves : l'effondrement total du PS et de LR n'est pas une si bonne nouvelle pour lui. Les -15 de LR et -5 du PS depuis 2017 ne se sont traduits pour lui que par un +4... et la poutre a tellement travaillé qu'il ne reste plus de réserves dans les décombres.

Par ailleurs, ce bloc bourgeois centriste va nécessairement subir d'autres érosions fortes. D'abord, l'attraction et les revendications de la France islamo-gauchiste vont l'obliger à poursuivre les concessions à son égard, ce qui rebutera une partie de ses soutiens, qui basculeront vers la France Le Pen-Zemmour. D'ailleurs, ce phénomène a déjà commencé : on n'a pas assez souligné que derrière la contre-performance d'Éric Zemmour, il a pourtant réalisé certains de ses meilleurs scores dans des quartiers bourgeois (Versailles, Arcachon, Paris XVIe). Et le même Zemmour a fait des scores non négligeables dans la France périphérique aussi : en Lot-et-Garonne ou dans le Tarn-et-Garonne, par exemple, où Marine Le Pen a encore progressé, Éric Zemmour surclasse son score national, à plus de 8 %. Il a, en partie, réussi son pari. Géographiquement et sociologiquement, loin d'affaiblir le RN, il a élargi son potentiel.

Mais l'islamo-gauchisme lui-même éloignera certains de ses électeurs de gauche traditionnels. Un autre micro-phénomène de la carte électorale traduit d'ores et déjà ce « petit remplacement » : en Dordogne, département rural historiquement de gauche, et d'une gauche longtemps hostile au RN, Marine Le Pen a fortement progressé, dépassant Mélenchon pour finir en tête.

En outre, les difficultés économiques et financières du pays vont aussi éroder le centre bourgeois. Déjà inquiété à ses marges par le grand remplacement, il le sera certainement davantage encore par le grand déclassement qui le guette aussi. À terme, ses électeurs seront amenés à choisir leur camp, comme l'ont déjà fait ceux de LR, ceux du PS, et comme commencent aussi à le faire en ce moment ceux de Mélenchon.

La poutre va donc continuer à travailler et le second tour du 24 avril constituera une nouvelle étape de la recomposition politique. Certainement pas la dernière.

2885 vues

13 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

11 commentaires

  1. L’heure n’est plus aux calculs politiciens, si intéressants soient-ils. L’heure va être très rapidement à faire face à notre dette. Je crois que c’est ce qu’ont compris Sarkozy et Woerth. Je ne suis pas sûr que Macron l’ait compris aussi et il va lui falloir assumer son bilan et la dette (et les Français paieront). A qui pouvons-nous faire confiance maintenant ? A personne car la déconstruction a été savamment menée. Nus allons au-devant de lendemains qui chantent fort peu. Courage !

  2. La France de Melanchon est-elle la France ? Pourquoi ces oxymores ? La France Insoumise compte, dans ses 22% de votants , un contingent énorme de musulmans. L’islamogauchisme de ce parti est une réalité, et dans 5 ans, compte tenu de la démographie, il sera encore favorisé par le vote musulman. Et ce parti a toutes les ´´ chances ´´ d’être au second tour, voire au pouvoir. Dimanche passé, le processus a été enclenché. La France est-elle fichue ?

  3. « si les plus de 65 ans n’avaient pas voté »…
    Les 65 ans et plus ne constituent pas un électorat homogène (à 65 ans on s’informe aussi sur internet, pas à 85…). Ne pas oublier que, depuis 5 ans réforme des retraites oblige?), les médias n’ont de cesse d’opposer les retraités et les autres.
    Il est d’ailleurs bien plus pertinent de distinguer l’électorat rural et celui des grandes villes. Irait-on jusqu’à dire: « si les campagnes n’avaient pas voté… ».

  4. Il en restera deux , ou peut être qu une celle qui est prête à submerger le pays avec sa demographie et la foi qu ils ont en leur religion qui leur promet la suprématie

  5. Lorsque le chaos résultant de la libanisation de la France adviendra, les « anywhere » mondialisés pourront toujours se réfugier en Suisse, aux USA ou ailleurs car ils sont diplômés, maîtrisent les langues et bénéficient de réseaux influents. La France périphérique attachée à son sol par nécessité financière devra se soumettre à la France des banlieues dont la démographie dynamique lui assurera à terme la victoire.

  6. Trois France? Il y a une erreur, celle que vous attribuez à Mélenchon est discutable car composée en partie d’une 4ème france avec le vote de l’immigration. C’est un vote indu quand on devine les motivations. Le vrai électorat de Mélenchon c’est une poignée de gauchistes hargneux si on compte son noyau dur. Personnage et parti à oublier et non à nous rabâcher à la une de tous les médias.

  7. Mélenchavez a oublié son B.A BA de vieux gauchiste: le pouvoir est au bout du fusil, pas dans les urnes.

  8. la vraie question face à l’évidence énoncée : ces 2 fractions sauront elles vivre ensemble ou cohabiter façon Liban.
    Moi je vois plutôt un morcellement si on ajoute les revendications autonomistes de certaines provinces .

    1. Aboutissement du « diviser pour régner » sur fond d’abandon du socle que constitue la loi commune

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter