[Tribune] Agressions : peut-on avoir confiance dans son livreur à domicile ?

Livraison-de-colis-entre-particulier-bon-plan-gagner-argent

Vendredi dernier, un jeune homme de 28 ans a commandé un repas à domicile. Mais ce jeune homme a un tort : il est policier. Une fois à sa porte, le livreur s’en prend à lui : « Je sais que tu es un condé. Je connais ton adresse, on va revenir avec des potes pour te "kalacher". » Outre la nouvelle illustration du fait qu’un policier, aujourd’hui, ne peut plus vivre normalement, cette affaire pose la question de la fiabilité des livreurs. Si un d’entre eux se permet de menacer de mort un policier, alors que risquez-vous en commandant un repas ou un colis Amazon ?

Des livreurs partout

Amazon, Deliveroo, Carrefour : les livraisons à domicile explosent et, donc, le nombre de livreurs. Environ 20 % des 25-34 ans auraient ainsi recours à une livraison à domicile chaque semaine.

Mais qui sont ces livreurs ? Une étude de l’université Gustave-Eiffel nous en donne un aperçu : à Paris, 90 % des livreurs ne posséderaient pas la nationalité française et près de 40 % n’ont absolument aucune qualification et aucun diplôme. Les premières nationalités sont les Algériens, les Sénégalais et les Guinéens.

La grande majorité de ces livreurs sont des auto-entrepreneurs, ce qui suppose donc une faible sécurité de l’emploi, mais qui permet une grande autonomie. Difficile, donc, pour l’entreprise qui les emploie de suivre ces travailleurs. S’ils commettent une agression, ils ne perdent donc pas potentiellement leur emploi, puisqu’ils ne sont pas employés.

Une autre particularité des livreurs est la proportion de sans-papiers. Théoriquement, il ne peut y en avoir car les sans-papiers ne peuvent être ni salariés ni auto-entrepreneurs. Mais en pratique, ces règles sont faciles à détourner. Les mêmes profils de travailleurs réguliers tournent entre de nombreuses personnes et la régularisation se fait ensuite en espèces.

Par définition difficile à comptabiliser, TF1 cite toutefois le chiffre stratosphérique d’un livreur sur deux (sur 180.000 livreurs) qui seraient en situation irrégulière… France Info cite un livreur sans papiers : contre une commission de 30 % par mois, « vous pouvez louer le compte Uber d'une autre personne. Ce n'est pas mon identité, mais celle de quelqu'un d'autre... »

Vrais livreurs, vraies agressions

Toujours à Marseille, mercredi dernier, un homme de 80 ans devait recevoir des courses commandées par Internet. Le livreur Carrefour s’est donc rendu au domicile de son client. Mais une fois sur place, pour une raison encore mystérieuse, cet octogénaire en fauteuil roulant a cru - à tort - à un braquage. Il a donc sorti une arme de poing et a menacé le livreur. Celui-ci a naturellement pris la fuite, avant de déposer plainte…

Cet octogénaire avait peut-être entendu parler de l’agression sauvage d’une nounou dans le XVIe arrondissement de Paris par trois faux livreurs. Ou de la violente attaque qu’un client Uber Eats a subi après s’être plaint que sa commande était en retard à Montpellier.

Mais ces attaques ne doivent pas pour autant faire oublier celles qui existent aussi en sens inverse. En effet, dans une France ensauvagée, livreur, comme n’importe quel métier au contact du public, est devenu un métier à risque. Des livreurs sont ainsi agressés régulièrement, y compris en vidéo. Souvent rendus vulnérables par leur situation précaire, ils n’osent pas toujours porter plainte. Et par le mécanisme bien connu de l’impunité, il y a fort à parier que cette impunité des agresseurs accentue ensuite les violences à leur encontre...

En réalité, la seule chose, aujourd’hui, dont tout résident en France peut être certain, c'est l’inefficacité de la Justice, celle de l’État et, donc, l’augmentation des violences dans les années qui viennent.

Pierre-Marie Sève
Pierre-Marie Sève
Directeur de l'Institut pour la Justice

Vos commentaires

19 commentaires

  1. L’esclavage du 21 ème siècle , lequel est soutenu par la macronie et l’islamo-écolo-gauchisme de connivence avec les mondialistes en vue d’un monde meilleur … !!!

    • OUI. Les Français sont devenus des assistés (pas tous heureusement) à commander et manger de la m…e comme disait le cuisinier Coffe…aujourd’hui disparu. Idem pour les vêtements, on n’essaie plus, on ne vérifie plus rien, on ne parle plus à personne. C’est bien, l’ère de la communication!…Dans quel monde nous force t-on à vivre?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois