Droit dans ses bottes, le Président l’a dit : il ne capitulera pas devant les 100.000 manifestants qui ont défilé, ce week-end, en réclamant la « liberté ». Rien qu’une poignée de factieux. Des abrutis, des égoïstes, des inconséquents. La preuve : il paraît que les récalcitrants se recrutent parmi les personnels les moins diplômés et les électeurs du et de LFI. Et toc ! Soit « une frange capricieuse et défaitiste très minoritaire », a dit le porte-parole du gouvernement . Dorénavant, assène cet insupportable gommeux, c’est « soit la vaccination générale, soit le tsunami viral ».

Conclusion : il faut sévir. À genoux, les mains sur la tête, un coup de règle sur les doigts. Auweis, bitte!

Donc, résumons : pour le restaurateur qui acceptera des pesteux non vaccinés dans son établissement : 45.000 euros d’amende et un an de prison. Pour le fraudeur qui soudoie les personnels des « vaccinodromes » et s’achète ou se fabrique un faux : 45.000 euros d’amende et trois ans de prison, éventuellement cinq ans pour « manœuvre frauduleuse ».

Rappel : pour Lydie Troadec (épouse complice d’Hubert Caouissin, tortionnaire et assassin de la famille Troadec), reconnue coupable d’« atteinte à l’intégrité de leurs cadavres et modification de scène de crime » : trois ans de prison, dont un an de sursis probatoire pour « altération du discernement ». Pour Kobili Traoré, tortionnaire et assassin de aux cris de Hallah akbar : rien du tout. Pour Damien Tarel, qui a giflé Emmanuel macron : 4 mois fermes. Etc.

Alors, il y a ceux qui défilent, refusant l’instauration de mesures hautement liberticides, et puis il y a ceux qui tentent de contourner le machin. En effet, malgré l’épée de Macron qui se balance au-dessus de leur tête, la fraude à la vaccination prospère depuis les annonces de lundi dernier. C’est « un marché noir de faux certificats de vaccination qui fonctionne via les réseaux sociaux, le Darknet et le bouche-à-oreille », nous dit-on. « La société israélienne de cybersécurité Check Point a noté, depuis le début de semaine, une augmentation d’au moins 5.000 % des utilisateurs inscrits dans les groupes proposant ces faux passes sanitaires », précise Le Figaro.

Pour 350 euros, un Marseillais propose aussi des créneaux sur Doctolib et la complicité d’un médecin qui remplira toutes les fausses attestations. Les enquêteurs de la brigade de lutte contre la cybercriminalité ont ainsi appréhendé six personnes, le 13 juillet, dans la région de , les Yvelines et le Val-de-Marne. On aurait identifié 400 acheteurs de faux/vrais certificats, mais leur nombre serait « deux à trois fois plus important », soulignent les policiers. Le Monde précise que l’une des personnes interpellées est « fortement soupçonnée d’avoir entretenu une florissante entreprise de contrefaçon, produisant et procurant à une vaste clientèle – y compris étrangère, des Britanniques et des Espagnols figurant parmi ses acheteurs – des certificats de grossesse falsifiés, des diplômes usurpés et de faux PCR : négatifs pour pouvoir se déplacer sans avoir à en effectuer d’authentiques, ou positifs pour obtenir des arrêts-maladie ».

C’est certes scandaleux, mais à qui la faute dans ce monde où, à longueur d’antenne, on prétend convaincre les population à coups de démonstrations ineptes et de syllogismes foireux ? Ainsi France Info, ce lundi matin, qui prétend dénoncer ainsi le  : « Pour mettre en doute l’efficacité du vaccin, les gens prennent Israël en exemple où 40 % des malades sont des vaccinés. C’est juste une question de statistiques : si, demain, Israël vaccinait toute sa population, eh bien, on aurait 100 % de vaccinés parmi les malades. » Raisonnement juste mais néanmoins absurde, car il ne dit rien de l’efficacité du vaccin. Comme dit la Française des jeux : 100 % des gagnants ont tenté leur chance…

19 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
41 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires