En mai dernier, Emmanuel Macron offrait avec largesse un passe culture aux jeunes de 18 ans. Aujourd’hui, il est question d’imposer un passe sanitaire pour convaincre, notamment, cette génération de se faire vacciner. Pour-se-protéger-et-protéger-les-autres, comme ils disent.

Puisque le mot est à la mode, quel dommage qu’on ne déploie pas la même énergie volontariste pour leur offrir un passe sécuritaire.

Car ce n’est pas du Covid qu’est mort Théo, jeune bachelier de 18 ans, qui avait semble-t-il décidé de consacrer ses loisirs à un job d'été dans un magasin de téléphonie mobile à Claye-Souilly, mais de l’impéritie devenue mode de gouvernement ordinaire en France.

Son assassin est un Sénégalais de 62 ans dont on s’est empressé de préciser qu’il était en situation régulière. On a un peu moins insisté sur le fait qu’il était « défavorablement connu des services de police » depuis 1993, qu’il avait « un passé de délinquant multiréciviste [témoignant] de sa violence potentielle » (Le Figaro)… sans doute pour éviter de répondre une fois de plus - confer l’assassin de Samuel Paty - à cette lancinante question : quelle sorte de fonctionnaires criminellement inconscients accordent des titres de séjour à ce genre d’individu ?

Théo est « mort pour une facture de téléphone », commentent certains, comme s’ils ne voyaient que dans ce motif dérisoire la raison de se lamenter. Mais s’il arrive à tout le monde d’être en bute, avec son portable, à une situation aussi kafkaïenne qu'injuste, qui retourne dans la boutique poignarder le vendeur ?

Tué pour « une facture », comme d’autres, guère plus âgés, l’ont été pour un « mauvais regard » ou « une cigarette ». Mais pas plus que le mauvais regard ni la cigarette la facture n'est responsable.

Le prénom, forcément, fait parler. Nombreux sont ceux à faire remarquer qu’il n’y a pas si longtemps, un hashtag Justice pour Théo montait sur les réseaux sociaux. Des manifestations étaient organisées à travers toute la France, des stars, des personnalités - Patrick Bruel, Hugues Auffray, Josiane Balasko, Mathilda May, Nils Tavernier, Olivier Py, Anne Roumanoff - signaient une tribune véhémente et indignée dans Libération, un président de la République accourait à son chevet sans même que l'on soit fixé sur les faits.

Curieusement, cet autre Théo qui, lui, a pourtant trouvé la mort ne suscite pas d’autre réaction qu’un silence gêné. Dans les médias, certains font un choix éditorial qui ne s’embarrasse pas de pincettes : évoquant la fuite du tueur, FranceTVInfo explique que « dans sa course folle, il est arrêté par deux fonctionnaires de police et deux passants, dont Mohammed ». Comment s’appellent les trois autres ? Nul ne le saura, ils resteront dans l’anonymat. Il faut sauver le soldat immigration.

Alors que les fractures se multiplient, il en est une que l’on évoque peu : celle des générations.

Après les avoir enfermés et avec force arguments culpabilisateurs, les boomers, sur les plateaux télé, exigent des jeunes qu’ils se fassent vacciner pour les protéger. Mais qu’ont-ils fait, ces boumers (avec un u), après avoir tout reçu et tout dilapidé, faisant exploser, dans un grand boum, tout notre pays ? Qu'ont-ils fait pour protéger - c’était pourtant leur devoir ! - leurs enfants et petits-enfants d’une société que, depuis des dizaines d’années, élection après élection, ils travaillent à ouvrir à tous vents, déréguler, déverrouiller, transformer en ZAD et livrer à l’ensauvagement ?

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 15/07/2021 à 10:10.

8904 vues

12 juillet 2021 à 21:02

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.