À plusieurs reprises depuis le début du confinement, l’adhan (appel à la prière pour les musulmans) a retenti sur la voie publique, dans plusieurs villes de France, et notamment à Marseille.

Au micro de Boulevard Voltaire, Stéphane Ravier dénonce un « épisode de conquête » et réclame « des mesures fermes » de la part du ministre de l’Intérieur.

Plusieurs témoignages et une vidéo amateur font état d’une prière islamique qui aurait retenti dans les rues de Marseille. Cette information est à mettre au conditionnel, car aucune source officielle n’a confirmé cette information. Néanmoins, cette prière a retenti dans plusieurs villes de France depuis le début du confinement. Elle vous a fait réagir. Cela vous pose-t-il problème ?

Vous avez parfaitement résumé la situation. Ce n’est pas moi qui l’ai tournée, mais il semblerait qu’elle soit authentique. Si elle ne l’était pas, d’autres avant elle auraient été authentifiées. Cela montre qu’il y a une offensive. Dès qu’il y a une faille, des militants islamiques voire islamistes s’engouffrent, profitant, une fois de plus, de l’inertie des pouvoirs publics, et notamment du ministère de l’Intérieur et des Cultes. M. Castaner est plus préoccupé par les masques et les arrêtés municipaux que par l’avancée des islamistes dans notre pays.

Christophe Castaner a déclaré, ce jeudi, qu’il redoutait une montée du communautarisme en France. Partagez-vous cette crainte ?

Contrairement à M. Castaner, je n’ai peur de rien. Si notre ministre de l’Intérieur a peur, cela fait peur. On ne lui demande pas de redouter mais de tout faire pour que cela ne se produise pas. Il est en silence radio, si ce n’est de s’attaquer à des arrêtés municipaux concernant les fameux masques. Il ne s’exprime pas sur le fond quant à ce que nous constatons depuis quelques semaines. Il ne fait que redouter et n’agit toujours pas. On a raison, une fois de plus, sur le fait que ce gouvernement est en dessous de tout.

Que révèlent ces appels à la prière ?

C’est de la conquête. Quand on lance l’appel à la prière le plus loin possible jusqu’à ce qu’on soit entendu dans les rues, c’est que l’on sort du lieu de culte. Ils se sentent chez eux. Certains considèrent que la France est terre d’islam et qu’ils peuvent lancer les appels à la prière. C’est strictement interdit en France, mais les pouvoirs publics le tolèrent. Ils prennent cela comme une avancée supplémentaire. Il est temps de prendre des mesures fermes.

Partager

À lire aussi

Stéphane Ravier : « Des CRS qui viennent lutter contre l’insécurité ? Non, pour faire respecter le port du masque ! »

« J'ai cru, un moment, qu’il s’agissait d’une blague… » …