Aujourd’hui, les Français sont déconfinés ! Mais les restaurateurs, les barmans, les stations de ski et les salles de spectacle restent fermés. Et le couvre-feu est de mise à partir de 20 h. Pourtant, hier, lors de l’inauguration du prolongement de la ligne 14 à Paris, la foule était nombreuse…

Réaction de Stéphane Manigold, porte-parole du collectif Restons ouverts, qui regroupe professionnels des bars et . L’occasion d’évoquer avec lui la tenue d’un référendum pour inscrire la question de l’écologie dans la française.

 

La se déconfine sauf les restaurateurs, les barmans, de la culture et les stations de ski. Ce déconfinement est tempéré par un couvre-feu. On vous devine un peu amer.

 

On est toujours dans cette incompréhension. Lors de son dernier discours, le Premier ministre a fait état d’études scientifiques en indiquant que les bars et les restaurants resteront fermés. Toutes les études scientifiques montrent que nous sommes des clusters ! Nous attendons toujours ces fameuses études scientifiques… On attend une étude scientifique française. Force est de constater que nos amis scientifiques français sont plutôt de notre côté et considèrent que nous ne sommes pas des clusters, que les protocoles sanitaires que nous avons mis en place sont suffisants. Il y a donc de l’incompréhension.

 

 

Énormément d’internautes ont fait part de leur indignation en voyant l’inauguration du prolongement de la ligne 14 par le gouvernement. Il y avait une foule amassée autour de la nouvelle rame, dont le Premier ministre en tête. Partagez-vous cette indignation ?

 

On peut évidemment faire un parallèle avec les télésièges fermés dans les stations de ski. C’est un moyen de transport, alors que vous êtes à l’air. Je trouve normal que certains soient à cette inauguration. Ce que je ne trouve pas normal, c’est que nous soyons fermés.

Il est normal que le de l’Assemblée nationale et le restaurant du soient ouverts, mais ce n’est pas normal que nous soyons fermés.

 

 

Emmanuel Macron a annoncé que le fait de placer l’écologie dans la Constitution va a priori faire l’objet d’un référendum sur une question qui ne paraît absolument pas prioritaire en cette période de pandémie.

 

Est-ce un sujet de prioritaire ? Je ne le pense pas. Dans la restauration, cela fait longtemps que nous sommes soucieux de l’ en travaillant avec nos artisans français, des maraîchers, des éleveurs de proximité et des vignerons qui respectent la nature. Sur nos cartes des vins, nous avons uniquement des vignerons respectueux de la nature. C’est tester une forme de popularité sur un sujet via un consensus absolu. Il y a une vraie démarche citoyenne de longue date. Dans la profession, nous n’avons pas attendu pour considérer, surveiller et protéger notre nature.

 

15 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Stéphane Manigold : « Pour l’instant, le “quoi qu’il en coûte” est un discours : avec nos charges fixes, on n’y est pas ! »

Stéphane Manigold, porte-parole du collectif Restons ouverts, réagit au deuxième confineme…