Le rétablissement sondagier est spectaculaire. En quelques jours et sans tambour ni trompette, Marine Le Pen s’est réinstallée au sommet des sondages des opposants à Emmanuel Macron. Un temps dominée puis au coude à coude avec la candidate LR Valérie Pécresse, elle a repris de la hauteur. Dans le sondage Challenges-Harris Interactive du 2 février, Marie Le Pen reste stable à 17 %, derrière Emmanuel Macron lui aussi stable à 24 %, mais devant Pécresse (15 %) talonnée par Éric Zemmour (14 %). Le match est loin d’être plié. Du côté de Zemmour, les militants sont convaincus que les sondages se trompent et évaluent mal ce nouveau venu dans le paysage politique qui ne s’est jamais présenté aux suffrages et n’a donc jamais été « corrigé » : cette correction recouvre les opérations d'ajustage des points de sondage en fonction des écarts observés sur les scrutins passés.

Appuyée sur un socle électoral en granit, Marine Le Pen a donc retrouvé son ticket pour le second tour. Mais cette fidélité des électeurs contraste, du coup, de manière éclatante avec… l’infidélité des nombreux élus RN qui passent le Rubicon pour rejoindre le candidat Zemmour. Paradoxe : le RN broie du noir au moment où il devrait être gagné par l'euphorie, tandis que les zémmouristes euphoriques pourraient s'inquiéter de leur retard dans les sondages... Il y a donc, dans cette fuite éperdue des cadres RN vers Zemmour, quelque chose d’assez nouveau. Bruno Mégret et Florian Philippot, en leur temps, ne quittaient pas un parti donné au deuxième tour de l’élection présidentielle à deux mois de l’échéance. Les dissidents se rallient généralement au vainqueur possible ou se lancent dans des aventures individuelles. Les cadres du RN, eux, quittent la candidate challenger de la course à l’Élysée pour rejoindre le numéro quatre… Le tout sans que les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen en soient pour l’instant le moins du monde affectées. Et pour cause. « Marine Le Pen dispose d’un socle électoral populaire, cette France malmenée par la mondialisation qui se sent méprisée, abandonnée et lâchée, comme Marine Le Pen est elle aussi lâchée, méprisée et humiliée : cette France-là se reconnaît dans la candidate du RN », explique à Boulevard Voltaire le politologue Guillaume Bigot, auteur de La Populophobie (Plon). Une population nombreuse mais qui a ses limites : elle est très touchée par l’abstentionnisme. Et si elle se reconnaît dans Marine Le Pen, c’est aussi parce qu’elle y voit une figure de défaite, avance Guillaume Bigot. « On pourrait en dire autant de Taubira, Mélenchon ou Jadot : ils ne parviennent pas à convaincre qu’il y a un au-delà du modèle actuel où la France viendrait mourir aux pieds de Bruxelles et de l’Allemagne. » Pour lui, Zemmour doit encore gagner en crédibilité sur des thématiques autres que l’immigration et la sécurité.

Cette hésitation se dissipera-t-elle au deuxième tour ? « Ca peut bouger, estime Guillaume Bigot. Une grande partie des Français ont envie que cela change mais il n’y a pas de solution entraînante et positive. Je ne vois pas d’équivalent au souffle gagnant qui a porté la campagne de Johnson au Royaume-Uni ou celle de Trump aux États-Unis. » A-t-on encore le droit de rêver de l’alliance entre les convictions d’un Ciotti, la solidité du socle populaire d’une Marine Le Pen et l’incroyable souffle de la campagne d’Éric Zemmour ? Peut-on encore parler d’avenir, de développement, de réindustrialisation, de prestige de la France, de conquêtes ? Et éviter les coups de griffe inutiles ? Les Français se sont fait voler jusqu’à leurs rêves de grandeur. Ils doivent exiger qu’on les leur rende, sous peine de souffrir cinq années de macronisme supplémentaires.

5030 vues

4 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. je l’ai déjà dit et je le répète encore: pas de sondage.
    Car ils influencent les citoyens, sans trop de conviction, qui vont voter, comme la majorité que le choix des sondages aux ordres du pouvoir en place les incite à faire !!!!

  2. Ce commentaire déplaiera à plusieurs. Rêves de grandeur, personne ne nous les a volés, nous les avons marchandés pour notre  »pouvoir d’achat ». On ne pense qu’au court terme. On a acheté le message mediatique mondialiste pour notre portefeuille se fichant de ses effets pervers sur notre pays. Notre classe politique n’a pas le désir ni la compétence pour tracer un nouveau chemin pour notre pays.

  3. C’est très curieux ce coup de « baguette magique  » sondagiere qui subrepticement, alors que Marine Le Pen ne fait pas une campagne extraordinaire, réinstalle le duel Le Pen / Macron au 2 ème tour, alors que ce pronostic était rejeté par les Français. Quelle valeur faut il accorder à ces sondages ? Peuvent ils étayer un argumentaire sérieux au point, dans un futur proche, peut être, d’éliminer les urnes ?

  4. Devant l’apparition spectaculaire de Zemmour, il semble évident que le pouvoir a intérêt à booster Marine…D’où les sondages auxquels croient encore trop de bisounours!

  5. C’est Zemmour qui devrait être en tête des sondages il est bien meilleur que la Marine et lui seul est capable de sauver notre pays .

  6. serge barnoud
    Encore et toujours un journaliste qui s’en tient au sondage et qui va nous dire que Macron va gagner parce qu’il est en haut de l’affiche depuis le début, son gonflant et prise de tête à force

  7. le problème principal est a mon sens : quelle est la raison qui peut conduire a voter marine le pen qui a abandonné les fondamentaux de son parti : la sortie de l euro et la suppression de la double nationalité . quand on ajoute a cela ses déclarations méprisantes sur les catholiques et que l on se souvient de son débat de 2017 on peut penser que le dilemme n est pas: peut elle gagner mais a quoi peut servir qu elle gagne ?

  8. Bien sûr que les sondages sont tronqués, Macron caracole avec 24% sans se présenter, déjà c est un indice, ensuite pecresse est largement surcotee , la seule qui pense être au second tour est MLP ,effectivement si elle passait elle serait éternellement seconde dans tous les cas , donc elle devrait s effacer elle n a pas la possibilité de dépasser 45% contre macron, le seul qui peut renverser la table c est Zemmour , ils le savent , voter MLP c est faire gagner macron dans tous les cas

  9. Le site canadien d’intelligence artificielle, QOTMII, qui depuis 2005 ne s’est jamais trompé dans ses prévisions présidentielles internationales donne depuis 5 semaines Zemmour au 2ème tour. Ce matin Macron 21,1-Zemmour 17,9-MLP 15,5-Pecresse 9,9.

  10. Les sondages ne sont que des organes de propagande au service des mondialistes. Il serait urgent que Bld Voltaire cesse de les commenter et ainsi d’apporter de l’eau au moulin de nos adversaires.

  11. Attendons de voir les différents meetings !! Là nous pourrons comparer car c’est réel et du concret et pas du « tripotage » de chiffres !!

  12. J’ai du mal à croire que M. Le Pen soit encore, ou puisse se maintenir, aussi haut dans les sondages. Ses consternantes dernières déclarations vont lui faire mal. Si elle croit récupérer des voix de gauche, je crois qu’elle se trompe, surtout pour le premier tour.
    Elle est très decevante.

  13. Tout cela montre bien que les sondages c est de la flute de Pan ; on a toujours des surprises …

  14. MLP a humilié ses électeurs lors du débat de 2017. Maintenant elle insulte les catholiques qui la soutenaient malgré l’avis des évêques. Quelle tristesse.
    Il faut quand même sauver la France et pour cela il faut que les électeurs de MLP et EZ se rejoignent. Comment faire ?

  15. votre conclusion est assez juste, l’ennui, c’est qu’elle n’est que verbiage dans la mesure où les LR visent l’Assemblée Nationale et la Territorialité (Ciotti veut Nice), tandis que Zemmour n’est là que pour empêcher MLP d’être au second tour.

  16. Bla bla bla de journalistes parisiens qui nous rabattent les oreilles sur tous les médias de commentaires oiseux sur des sondages bidons. Rappelez vous Juppé donné dans un fauteuil, les régions qui devaient basculer RN que de fadaises nous avons entendues. Dire que Zemmour n’a pas de programme c’est colporter la « bonne parole » mainstream , faites au moins l’effort de visiter son site ou d’écouter ses meeting a thème.

  17. Ils ont tous, sauf Z, « Peur de devoir Gouverner vraiment »! Voilà La Chance Nulle de La France; et les Français incapables de voter pour leur Nation et non pas leurs délires partisans et personnels. Tant pis pour tous!
    Il n’y a de toutes façons, pas de Démocratie en France depuis des Lustres… !

  18. ZEMMOUR étant le petit nouveau dans la course ,nos brillants sondeurs ne possèdent aucune base de référence pour faire leur « tambouille » !! Donc c’est peut être au « Pif » car il faut dire quelque chose !! Nous verrons bien

  19. Cette « grande partie des français » à combien pouvons-nous les évaluer, ici et maintenant, qui s’inscriront pour distribuer, avec des passable, assez-bien, bien, et transcendant…. dans un classement « à la taubira »……si vous voyez mon allusion à un procédé auquel il va falloir succomber !
    Sans ce correctif, ou complément, aux sondages, les anathèmes vont pleuvoir, l’énervement gagner devant l’indécision du sortant et l’affaire des parrainages !

Les commentaires sont fermés.