Editoriaux - Société - 27 juin 2019

Sondage : l’homosexualité largement acceptée, sauf par une catégorie. Devinez laquelle…

En plein débat sur la PMA, et avant la Gay Pride de samedi à Paris, est publié, ce mercredi, un sondage IFOP commandé par la fondation Jasmin-Roy-Sophie-Desmarais et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH). Il enregistre – rien d’étonnant – des progrès dans l’acceptation de l’homosexualité par la société française. Ainsi, nous sommes 85 % à trouver que c’est « une manière acceptable de vivre sa vie », contre 24 % en 1975. Le sondage portait aussi sur l’homoparentalité et, là encore, 83 % des Français s’y disent favorables, avec une augmentation de 16 points depuis 2005. Ces chiffres seront habilement exploités pour défendre PMA et GPA, mais ce n’était pas ces questions précises-là qui étaient posées. Nuance.

Il n’y a donc plus que 8 % des Français à considérer l’homosexualité comme une « perversion ou une maladie dont on doit guérir ». Tout va pour le mieux dans la meilleure des France tolérantes.

Tout ? Non, de mystérieuses « poches d’homophobie [subsistent] dans certains pans de la société ».

8 % ? Vite ! Où sont ces poches ? Qui sont ces mystérieux « pans » ? Ces villages d’irréductibles ? Des noms ? Des latitudes ? 8 %… Hum, ça ne vous rappelle rien ? Ce score n’est-il pas signé ? La droite Bellamy ? Les irréductibles de la Manif pour tous ? Certes, ce sondage nous apprend que, chez les catholiques pratiquants, on est moins homophile qu’ailleurs, mais tout de même très majoritairement tolérant, à 80 %. Et, si on ne l’est pas encore, on le deviendra. La pente est forte.

Mais il y a une très très grosse poche qui, elle, n’est pas du tout en voie de réduction, ni en termes quantitatifs ni en termes d’évolution idéologique. Vous avez deviné, malgré la canicule ? Ben oui : 65 % des musulmans jugent l’homosexualité comme « une maladie ».

Alors, pour lutter contre l’homophobie, faudrait-il devenir islamophobe ?

À lire aussi

Les radars tourelles déjà en feu : Macron, Philippe et Castaner n’ont décidément rien compris !

Certes Christophe Castaner avait donné aux préfets des consignes d'extrême discrétion… …