, née Lucile Randon, doyenne de l’humanité, nous a donc quittés cette semaine. Sa vie est évidemment un record. Née le 11 février 1904, elle a été la contemporaine de tous les présidents de la République française, d’Émile Loubet à Emmanuel Macron. De quoi choper le vertige.

1904 : Édouard VII, arrière-grand-père d’Élisabeth II, régnait sur la Grande-Bretagne, l’Empire des Indes, le Canada, l’Australie, etc., François-Joseph sur l’Autriche-Hongrie, Nicolas II sur la Russie et Guillaume II sur l’. Deux mois après la naissance de Lucile Randon, la France et le Royaume-Uni signaient l’Entente cordiale, jetant la rancune dans le Nil après l’affaire de Fachoda. De la vieille histoire, tout ça. Depuis, il y en a eu d’autres, jusqu’à 2022 où un certain Gérald Darmanin vit des Anglais partout autour du Stade de France.

1904, c’est l’époque où les livres de géographie dessinaient alors à grands traits de vastes empires coloniaux avec de jolies couleurs qui font aujourd’hui pâlir de rage les congrégations de la Repentance.

1904, c’est aussi l’année où Mistral obtint le prix Nobel de littérature pour son œuvre poétique Mireille (Mirèio). Sœur André : de Frédéric Mistral à Annie Ernaux. Le vertige, on vous dit ! Mais qu’a donc fait au Bon Dieu pour en arriver là ? Une sœur André née un an avant la loi de séparation des Églises et de l’État. Puisque c'est d'actualité, soulignons que notre doyenne aurait pu faire valoir ses droits à la retraite en 1969. Il y a plus d’un demi-siècle, sous de Gaulle. À l’époque, il fallait avoir atteint 65 ans pour bénéficier d'une pension à taux plein.

Et maintenant, remontons un peu l’arbre généalogique de sœur André. Tout aussi vertigineux que sa longue vie. En effet, ses parents, Paul Randon et Alphonsine Soutoul, naquirent respectivement en 1866 et 1869. C’est-à-dire sous Napoléon III, empereur des Français. Vous savez, « Lundi matin, l’empereur, sa femme et le petit prince ». Les grands-parents paternels de Lucile Randon, Casimir Randon et Léa Gibert, eux, avaient vu le jour en 1822, un an après la mort de Napoléon Ier, sous le règne de Louis XVIII, avant-dernier roi de France. Cette année-là, Champollion déchiffrait les hiéroglyphes et les quatre sergents de La Rochelle étaient exécutés. De la naissance des grands-parents de Lucile Randon à sa mort, deux siècles tout juste. Des grands-parents morts respectivement en 1908 et 1904 et qui portèrent peut-être leur petite-fille sur leurs genoux. Lui avaient-ils raconté leurs souvenirs « du temps des rois » ?

Évoquons, pour achever cette petite ascension généalogique, les arrière-grands-parents paternels de sœur André. Louis Randon et Suzanne Monna virent le jour en 1777, c'est-à-dire au début du règne de Louis XVI. De nos jours, il n’est pas rare que quatre générations d’une même lignée, voire cinq, se rassemblent autour d’une table à l'occasion d'une fête familiale. Il suffit, pour cela, que ces générations se succèdent à coups de quart de siècle, l’allongement de la vie faisant le reste. Dans le cas de la famille Randon, les quatre générations chevauchent quatre siècles sur près de 250 ans. Mais tout cela n’est que fadaises : tout le monde sait ça, la France est née en 1789…

NDLR : renseignements généalogiques tirés du site Geneanet.

5905 vues

21 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

17 commentaires

  1. Sauf votre respect mon Colonel, la France est morte en 1789. Depuis, et même si son cadavre bouge encore, c’est la descente aux enfers. Je plaisante bien sur, je sais très bien que vous n’êtes pas dupe. Merci pour ce récit.

  2. A propos de l’histoire « réécrite » par des imbéciles patentés (surtout de gauche), même si mon commentaire est décalé par rapport à l’article :
    En 1989 un prof d’histoire apprenait au collège qu’avant 1789 la France était régie par la noblesse qui réduisait la population à l’esclavage et que la révolution avait lancé l’industrie…. On a plutôt l’impression que la gueuse née en 1793 est cet esclavagiste… Ce pauvre prof a fait une crise de rage lorsque je lui ai fait demander par un élève (j’étais alors prof) ce qu’étaient les gobelins, Sèvres, Aubusson, etc et rappelé que même si Mr Watt était contemporain de la révolution celle industrielle est venu plus tard mais que les 1eres études sur la vapeur remontent à…l’antiquité donc bien avant « sa »révolution.

  3. Vous en avez oublié mon Colonel …

    « 1904 … 17-19 juillet : canicule exceptionnelle ; les températures atteignent 37 à 39° en Région parisienne, dans la Nièvre, le Centre et les Pays de la Loire, et jusqu’à 43° à Montpellier ».

    Purée il y avait déjà tant de voitures et de camions que cela ???

    On peut continuer en 1910, à 6 ans ses parents pouvaient l’emmener voir des meetings aériens car de nombreux aérodrome poussaient un peu partout. En 2022, même pas en rêve !!! selon certains écologistes.

  4. Excellente biographie historique ! Merci Georges Michel! Mais vous savez, les français actuels sont tellement incultes et asservis au pseudo progressisme mentalement récessif de gauche entretenu par les USA, que je redoute qu’ils ne comprennent rien à l’esprit lumineux de votre conclusion !

    1. L’ancien régime était voué à disparaître ,malheureusement cette mutation s’est réalisée avec une violence sans nom,dans cette affaire personne n’a joué honnêtement le jeu,l’élimination du roi était prévue dès 89 par les jacobins ,pour sa part Louis XVI n’était pas préparé à devenir un monarque constitutionnel ,sa correspondance découverte dans l’armoire de fer des Tuileries le prouve.
      J’éprouve de la sympathie pour la monarchie constitutionnelle ,à la condition que le souverain joue un véritable rôle politique,et non politicien, un garant des droits et libertés,des valeurs nationales, sans soumission à un parti particulier.
      Le Second Empire a sans doute été le régime politique le plus stable et le plus prometteur du XIX° siècle sur le plan intérieur,le suffrage universel y trouva sa place et en mars 1870 l’Empire était encore largement plébiscité,malheureusement la dynastie était encore trop fragile.

  5. Ce n’est qu’au XIIIe siècle que l’on a cessé de parler de Gaule (Gallia) pour France (Francia) à partir de Philippe Auguste. Et encore le sud était-il  »partibus occitaniae ». La Gaule elle (dans le Massif Central on le sait bien mieux qu’à Paris) commence vers – 121 av. JC.

Laisser un commentaire