Nouveau rebondissement dans l’affaire des SMS échangés entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, et le PDG de Pfizer-BioNTech, le Grec Albert Bourla. Dans un communiqué publié ce 12 septembre, la Cour des comptes européenne pointe du doigt l’opacité des échanges entre les deux personnalités, lorsque celles-ci avaient négocié les termes d’un contrat d’une certaine envergure, entrainant la commande d’1,8 milliard de doses de vaccins, facturés à 35 milliards d’euros.

Étonnamment - ou pas -, il semblerait que certains ne se satisfassent pas de régler cette facture plutôt salée sans en connaître les tenants et les aboutissants. C’est un journaliste du New York Times, tout d’abord, qui s’était penché sur la question en avril 2021. Celui-ci avait demandé à la Commission européenne l’accès public aux SMS et autres textes relatifs à l’échange conclu entre les deux compères. Vœu qui n’avait été qu’à moitié exaucé, puisque la Commission avait déclaré n’avoir identifié aucun SMS. Le Médiateur européen s’était alors saisi de l’affaire et les conclusions de l’enquête avaient révélé que la Commission n'avait pas explicitement demandé au bureau personnel du président de rechercher les SMS. En janvier 2022, le Médiateur avait conclu à un cas de « mauvaise administration », déclarant que « l'accès aux documents de l'UE est un droit fondamental. Bien qu'il s'agisse d'une question complexe pour de nombreuses raisons, les pratiques administratives de l'UE doivent évoluer et se développer avec l'époque dans laquelle nous vivons et les méthodes modernes que nous utilisons pour communiquer. » Rebelote, donc, pour la Commission européenne, sommée de repartir en chasse pour dénicher les précieux messages de sa présidente. Le 27 juin 2022, l’institution daigne enfin se fendre d’un communiqué pour justifier ses agissements. Si elle se défend de toute mauvaise administration, l’institution reconnait tout de même les difficultés rencontrées pour récupérer les messages de la présidente, du fait de leur durée de vie limitée. Et de promettre que, désormais, ils mettront tout en œuvre pour adapter leurs techniques aux nouvelles technologies.

En juillet 2022, un nouveau rapport du Médiateur tire la sonnette d’alarme : « Un an après la demande initiale d'un journaliste, la Commission n'a toujours pas précisé s'il existe des messages signalés comme concernant d'importantes transactions d'achat de vaccins et si le public a le droit de les voir », précise le communiqué. Un flottement que le Médiateur analyse comme « un signal d’alarme pour toutes les institutions de l’UE », et pour cause : une procédure dont les délais sont plus qu’indéfinis, pour un contrat d’une ampleur telle… il y a de quoi se poser des questions sur le fonctionnement de ces institutions et sur leur véritable utilité.

Près de trois mois plus tard, rien de nouveau sous le soleil. Un délai qui n’est pas pour plaire à la Cour des comptes européenne – après tout, on parle d’argent -, qui hausse le ton à son tour dans un communiqué publié ce 12 septembre. L’instance regrette ainsi « que la Commission [n’ait] pas encore procédé à un examen approfondi ni à une analyse comparative de ce processus afin d'en tirer des enseignements pour l'avenir ». Faisant écho à cette semonce Michèle Rivasi, députée verte européenne, sort du silence et dénonce le manque de transparence des relations entre la présidente et le PDG, alors même qu’il s’agit du « plus gros contrat d’achats de vaccins d’Europe ». « D’ordinaire, la Commission européenne donne toujours accès à l’information demandée par la Cour des comptes, même lorsque les autres institutions n’y ont pas droit. Dans cette affaire des SMS, c’est la première fois qu’elle refuse de transmettre à la Cour les rapports demandés. » L’élue enjoint, de plus, le parquet européen à se saisir de l’affaire ; il y va, selon elle, de la « confiance des citoyens dans les institutions européennes ».

Contactée par Boulevard Voltaire, la députée RN Virginie Joron, de son côté, abonde : « Il y a suspicion sur cet achat massif de doses avec un laboratoire Pfizer, qu’on voit aujourd’hui devenir le numéro un dans l’accès aux vaccins. On se retrouve avec une espèce de monopole qui nous oblige à nous tourner vers Pfizer pour nous faire vacciner, avec des tarifs exponentiels. C’est de l’argent public, lorsqu’on dit à tous les États membres de faire des nettoyages contre la corruption, la première règle, c’est de se l’appliquer à soi-même : on parle de milliards d’euros. » Et de poursuivre : « Elle n’a pas appliqué la procédure, c’est le seul contrat et c’est le plus gros, c’est un scandale. Avec les députés, on va continuer à demander à ce qu’elle rende des comptes. » La députée rappelle, en outre, que la présidente de la Commission européenne jouit d’une légitimité toute relative : élue avec 383 voix pour et 327 contre, Ursula von de Leyen a été nommée de justesse.

De quoi fragiliser encore davantage le lien de confiance entre les Français et ces institutions européennes, dont le fonctionnement opaque n’est pas pour rassurer.

12819 vues

15 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. alors c’est pas bien le monopole de marché pour EDF, en revanche pour Pfizer-BioNTech c’est permis et organisé

  2. Si je comprends bien les explications de l’article les SMS ont une durée de vie limitée qui devraient conduire à les considérer au même titre que les paroles.
    Si une communication est importante au point de devoir enregistrer des paroles échangées, il devrait en être de même pour des SMS échangés. Cependant, il serait étonnant que des échanges labiles puissent avoir la moindre valeur légale en regard des clauses des contrats. Ils n’ont d’intérêt que dans le cadre d’une enquête, par exemple sur des soupçons de corruption.

  3. Je trouve que vous auriez du choisir une autre photo. Il existe un photo où l’on voit Ursula embrasser le PDG de Pfizer (à l’époque de la signature du contrat) avec tant de chaleur que c’en est honteux.

  4. Content de savoir qu’il existe une Cour des Comptes européenne. J’espère simplement que son action ne se limite pas à pondre de gros rapports qui finissent dans une poubelle, comme son homologue francaise.

  5. La « confiance des citoyens dans les institutions européennes » est depuis longtemps éteinte ! Les citoyens subissent ce « machin EU » dirigé par Madame 30.000 euros par mois et qui se crois tout permis ! Ces apparatchiks sur payés ne sont plus en connexion avec les réalités vécues par les citoyens, il faut suivre les anglais et quitter l’EU avant d’être entrainé dans un naufrage de plus en plus annoncé !

  6. Cette « usine opaque » de l’UE nous coûte un bras !… Comment se fait-il que personne ne puisse obliger Ursula à rendre des comptes ?

  7. Corruption, quel vilain mot concernant une femme si admirable. En France nous avons une telle habitude de la magouille et de la corruption que cela nous semble bien banale.

  8. A combien s’élèvent les rétrocommissions sur les marchés avec Pfizer ? le pourcentage ne doit pas être négligeable !

    1. Le gâteau est bon… les parts doivent être belles en retour et ils ne s’en privent pas ?
      Qui se gène devient bossu….

    1. « ça sent le cramé » … NON c’est en putréfaction « démocratique », c’est de la dictature en comparaison des autres nations du monde qui ne sont pas soumises à une « commission extra territoriale »
      Il n’y a plus rien à attendre de cette « va en guerre » permanente et il faut la supprimer elle et cette « commission européenne » qui sont des pompes à fric sans fin.

  9. Il n’est qu’à se pencher sur l’emploi du mari d’Ursula Von der Leyen pour avoir un début d’éclairage.

  10. Cette vandermachin s’arroge tous les pouvoirs quelle n’a pas et personne ne dit mot !
    Insensé de constater que cette femme a traité unilatéralement avec Pfizer tout en ayant un mari dans la sphère du dit Pfizer
    Sûr que les fioles livrées sentent le conflit d’intérêt ce qui n’empêche pas ursula de vouloir décider des campagnes « vaccinales » à venir…
    Maintenant qu’elle porte un tailleur aux couleurs de l’Ukraine elle se prend pour l’impératrice de l’EU !

  11. Est-il encore nécessaire de soulever ce scandale en perspective pour « fragiliser le lien de confiance entre les Européens et les institutions ?!? Quand à cette va-t’en guerre, il serait bon de lui rappeler qu’elle ne décide pas pour tous les Etats, à distribuer sanctions à l’un et blanc-seing à d’autres souvent très discutables. Qu’elle n’a aucune légitimité à distribuer les bons points aux Etats de l’Union.

  12. « De quoi fragiliser encore davantage le lien de confiance entre les Français et ces institutions européennes, dont le fonctionnement opaque n’est pas pour rassurer. »

    Ca pue la corruption à plein nez, cette affaire, non ? Alors la confiance en ces gens-là, permettez !!!

    1. Il y en a qui avaient confiance en l’honnêteté et le dévouement d’Al Capone. Depuis cette époque, les choses n’ont fait que croître et embellir. Et surtout elles ont contaminé la quasi-totalité des gouvernements dans le monde.

  13. Mme Von der Leyen n’en est pas à son coup d’essai. Ministre de la Défense de Mme Merkel de fin 2013 à juillet 2019 son manque de rigueur dans la gestion de son ministère a fait l’objet en Allemagne d’un rapport d’enquête parlementaire dont les conclusions pointent clairement un défaut de contrôle et de transparence dans l’attribution de plusieurs marchés publics

    1. Cette compromission ne l’a pas empeché d’empocher la main mise sur les destinées de l’Europe.
      Nous nous apercevons que toute cette tribu à la botte des lobbies, tous plus néfastes les uns que les autres, ne tient absolument pas compte des volontés des peuples…

    2. marchés publics attribués à qui ?
      McKinsey ! Et qui travaille pour McKinsey ? c’est le fiston. Quelle coïncidence !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter