Ce mercredi 14 septembre, deux lanceurs d'alerte patriotes, Thaïs Descufon et Jérémie Piano, ont été relaxés en appel pour « provocation à la haine raciale » et « injures raciales ».

Les faits remontent à janvier 2021. Alors porte-parole de Génération identitaire, Jérémie Piano avait été poursuivi à la suite de l'opération Defend Pyrénées pour « incitation à la haine, à la et à la discrimination envers les non européens ». Le jeune homme avait entre autres déclaré que, parmi les clandestins qui traversent le col du Portillon, « se trouvaient probablement des voleurs, des violeurs et des terroristes en puissance ». Il avait été condamné à 4.000 euros d'amende et quatre mois de prison avec sursis, rapporte ASLA [Association de soutien aux lanceurs d'alerte, NDLR].

De son côté, Thaïs Descufon était poursuivie dans cette même affaire et avait été condamnée en première instance pour « incitation à la haine » à 3.000 euros d'amende et deux mois de prison avec sursis. La jeune fille avait déclaré qu'il était « scandaleux qu’un migrant clandestin puisse traverser la frontière au col du Portillon dans les Pyrénées et que ce danger soit à ce point pris à la légère ». Elle a fait part du soulagement que lui procure cette victoire judiciaire dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux, rappelant néanmoins que « tout n'est pas terminé. J'ai encore d'autres procès sur le dos, notamment prochainement le 10 octobre, pour l'occupation pacifique des locaux de SOS Méditerranée à en 2018 ».

4718 vues

15 septembre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter