Selon le professeur Alain Fischer, le passe vaccinal pourrait être levé « fin mars-début avril »

Selon Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, la situation sanitaire pourrait s’améliorer assez vite pour permettre, sous peu, une fin du dispositif du passe vaccinal très décrié par de nombreux Français pour « fin mars-début avril ». Au cours de son audition par la commission des affaires sociales du Sénat, il a précisé les conditions fixées par le Conseil d'orientation pour envisager la levée des restrictions : « Il faut un taux d'incidence réduit. Ça veut dire au moins 10 ou 20 fois moins élevé qu'aujourd'hui, et surtout que la surcharge hospitalière actuelle ait disparu. »

Il a ajouté que « l’incidence est en train de diminuer assez vite. Si les gens se vaccinent et suivent les consignes, d'ici la fin mars-avril, j'espère qu'on arrivera à cette situation. »

Une information confirmée par Gabriel Attal lors d'une conférence de presse.

 

Hasard du calendrier ?

Cette période de fin mars-début avril a de quoi interpeller : elle se situe, en effet, juste avant le premier tour de l'élection présidentielle. De quoi laisser penser à certains qu’il s’agirait d’une manœuvre électorale de la part du gouvernement, même si Emmanuel Macron, malgré ses plus de 900 parrainages, n’est pas officiellement candidat à sa propre succession.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois