est sénateur du Val-d'Oise. Hier, il apportait officiellement son soutien au candidat Éric Zemmour. Explications au micro de Boulevard Voltaire.

Marc Eynaud. , êtes-vous encore officiellement un sénateur Les Républicains ?

Sébastien Meurant. Officiellement, oui. Si on n’écoute pas les tweets ou les déclarations des uns et des autres, je ne crois pas qu’il y ait une procédure d’expulsion à mon encontre. J’ai défendu la ligne que je défends depuis toujours, celle que j’appelle l’union des droites pour la France. Alors que je suis sénateur Les Républicains, membre de la commission nationale d’investiture des Républicains, je disais que je cherchais des candidats « Zemmour compatibles ». L’adversaire, c'est Emmanuel Macron, c'est sa politique depuis cinq ans. Éric Zemmour porte les valeurs que portent Les Républicains dans bien des secteurs. Pour preuve, il a été accueilli par Laurent Wauquiez en 2019, qui lui avait dit qu’il était ici chez lui. Lui et moi n'avons pas changé, contrairement à d’autres.

M. E. Valérie Pécresse est-elle une adversaire de cette droite qu’incarne Éric Zemmour ?

S. M. Non, l’adversaire politique, c'est véritablement Emmanuel Macron et surtout sa politique de destruction de la France. Encore aujourd’hui, nous avons appris qu’un ministre envisageait l’autonomie de la Corse. C’est la disparition de la France, alors pourquoi pas, demain, la Bretagne ou l’Alsace ?

Selon moi, le seul qui peut rassembler les droites et battre ce candidat nuisible pour les Français et pour la France est quelqu’un capable de bien parler aux LR. J’ai trouvé qu’Éric Zemmour était à l’écoute et agréable. Il est aussi capable de parler aux électeurs de Marine Le Pen, qui se bat depuis des années pour une France souveraine, qui défend les Français et qui est patriote. Il incarne cette synthèse.

Éric Zemmour a pour objectif politique de rassembler les différentes droites pour avoir un projet de reconstruire l’État, reconstruire la démocratie et reconstruire la nation française. Éric Zemmour parle du réel et de ce que nous voyons. Il qualifie ce réel et donne des noms. À plusieurs reprises, j’ai constaté le Grand Remplacement. On voit bien les difficultés de la candidate Valérie Pécresse à utiliser ces termes qui correspondent à la réalité.

Au deuxième tour, j'ai appelé à une primaire ouverte à d'autres candidats comme Éric Zemmour. Cela aurait clarifié énormément les choses. On a ouvert une primaire à des candidats qui avaient quitté le mouvement. Je parle de Xavier Bertrand et de Valérie Pécresse. S’il n’y avait pas eu de nouveaux adhérents Libres ! ou du parti de Xavier Bertrand, celui qui aurait gagné la primaire haut la main aurait été Éric Ciotti.

M. E.. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour prendre cette décision ?

S. M.. Cette décision était évidemment dure à prendre. J’ai toujours milité au RPR depuis l’âge de 18 ans. J’ai essayé d'œuvrer en interne pour convaincre d’autres collègues de partir avec moi. Aujourd’hui, je suis le premier et j’espère que d’autres me suivront avant le premier tour. J’espérais œuvrer pour que d’autres partent avec moi, mais à ce jour, je suis tout seul. Peut-être que, d'ici le premier tour, d'autres viendront ; je le souhaite.

6832 vues

16 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

79 commentaires

  1. Bienvenue dans le camp de la Reconquête, Mr le Sénateur. Une ère nouvelle doit s’ouvrir : plus que jamais l’avenir de la France en dépend. C’est une question de survie

  2. Faites confiance à la bande de nuls qui dirige LR pour vous expulser…Si des RPR type Paqua…Bernard Pons et j’en passe ces guignols seraient à Pol emploi !
    Suis un ancien cadre de la rue de Lille !!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter