Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 12 juin 2019

Sébastien Chenu : « L’acte II, c’est la continuité de l’acte I en pire, avec une réforme des retraites douloureuse ! »

Le député RN réagit au discours de politique générale d’Édouard Philippe censé engager l’acte II du quinquennat. Il dénonce un « habillage de com’ » et un « bla-bla » hypocrite sur l’immigration.

Edouard Philippe a tenu aujourd’hui son discours de politique général. Il était censé inaugurer l’acte II du mandat d’Emmanuel Macron.
Qu’avez-vous retenu de son discours ?

Nous retenons que c’est la continuité de l’acte I, mais en pire. En réalité, ce que le Premier ministre racontait n’est que la feuille de route déjà annoncée et connue depuis bien longtemps : une réforme des retraites, l’assurance chômage douloureuse pour les Français, et surtout rien en ce qui concerne les grands sujets du quotidien que sont l’immigration, la santé et la sécurité.
Le Premier ministre a simplement habillé tout cela en disant qu’ils allaient être beaucoup plus gentils et sympathiques et peut-être même qu’ils allaient arrêter d’insulter les Français. Pour le reste, c’est la continuité.

Emmanuel Macron a déclaré que son mandat serait davantage humain.
Pouvez-vous analyser cette phrase ?

Je ne sais pas bien ce que cela veut dire. Il me semble hors de propos qu’un président de la République vienne nous parler d’humanité, alors qu’il passe son temps à insulter les Français et les laisse se battre pendant des mois pendant la crise des Gilets jaunes avec une certaine délectation en les divisant. Qu’un président de la République vienne nous parler d’humanisme, alors qu’il a tant fait pour impacter négativement les classes populaires et tant agi pour appauvrir un certain nombre de Français en difficultés n’a pas beaucoup d’importance. C’est un peu la tirade de l’hypocrite et de Don Juan de Molière. Tout cela est uniquement de la Com’. Il essaye de faire passer sa potion la plus douloureuse qui soit avec sourire et quelques mea culpa qui n’ont aucune chance de sincérité.

Edouard Philippe a évoqué l’immigration qui est un sujet cher au Rassemblement national.
Il a évoqué une pression migratoire et a annoncé vouloir tout mettre en œuvre pour faciliter l’intégration et gérer ces flux migratoires.
Qu’avez-vous retenu de positif ?

C’est le bla-bla habituel. Cela fait des années qu’on entend ‘’attention c’est un problème, nous allons prendre les mesures’’. Edouard Philippe ne présente aucun calendrier. Il n’y a pas un seul financement détaillé. On nous promet simplement un grand débat. Un grand bla-bla sur l’immigration puisque la mode est au grand débat.
En matière de sécurité, le Premier ministre demande que la rédaction d’un livre blanc soit confiée à Christophe Castaner. C’est peut-être cela la seule annonce de ce discours. Le ministre de l’Intérieur va écrire un livre blanc et on le verra désormais dans une bibliothèque.

À lire aussi

Sébastien Chenu : « Je n’irai pas me prosterner »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleSébastien Chenu dénonce la venue de Greta Thun…