Scrabble™ nous la joue « jeux interdits »

Capture-decran-2022-12-22-a-13.38.11-814x475

La Fédération Internationale de Scrabble™ francophone publie sa neuvième édition de L’Officiel du Scrabble™, le dictionnaire qui sert de référence dans les compétitions et dans les versions du jeu en ligne ou sur application. D’emblée, le ton est donné : le communiqué de la FISF annonce que soixante-deux mots et formes au féminin et au pluriel sont supprimés pour « raisons éthiques » :

Asiate(s), boche(s), chicano(s), enculeur-euse(s), femmelette(s), gogol-e(s), goudou(s), gouine(s), lope(s), lopette(s), nabot, e(s), nègre(s), négresse(s), négrillon-ne(s), pédé(s), pouf[f]iasse(s), romano(s), schleu-e(s), sidaïque(s), tafiole(s), tantouse(s), tantouze(s), tarlouse(s), tarlouze(s), travelo(s).

Même si la FIFS concède encore aux joueurs l’usage de chicana(s), enculé-e(s), grognasse(s) et salope(s), nous sommes en présence de la version woke du ad usum delphini, le hic étant que les joueurs de Scrabble™ (dont je suis, par goût et par tradition familiale) sont pour une bonne part des adultes. Cette infantilisation des joueurs par censure lexicographique, assumée par la FIFS (même si, semble-t-il, les bénévoles chargés du dictionnaire ont tenté de s’y opposer), est dictée par le distributeur du jeu, le puissant Mattel™. Ce n’est pas la première fois que Mattel™ censure la langue française : en 2019 avaient disparu de L’Officiel « chinetoque » et « négro ».

On lit, sur le site de Mattel™, cette profession de foi qui vaut pour les versions du Scrabble™ en toutes langues : « Au Scrabble™ – comme dans la vie –, les mots que nous choisissons comptent. Les mots ont le pouvoir de rendre plus fort, d'encourager et d'honorer, mais ils peuvent aussi être utilisés pour affaiblir, décourager et manquer de respect. Faire évoluer la manière dont nous soutenons les communautés historiquement exclues à travers nos marques et nos produits a toujours été une priorité absolue pour Mattel™, et nous avons appris des événements de l'année dernière [l’affaire George Floyd ?] que ce travail doit être permanent. » Il s’agit de « supprimer du jeu tout discours de haine » et de supprimer des dictionnaires, « pour les mots ayant plusieurs sens, les définitions relatives au discours de haine ». C’est, résume Ray Adler, vice-président de Mattel™ et directeur international des jeux, « une étape importante pour la progression inclusive du jeu ».

Par le passé, Ray Adler avait déjà associé un autre jeu populaire, le Uno™, au combat en faveur des Noirs et des Latinos (2020), des LGBTQ+ (2021)… Un jour, Mattel™ s’apercevra qu’Adler est un mâle blanc de plus de cinquante ans et le remplacera par une personne plus « appropriée ».

À d’autres époques, on s’est moqué des pudeurs verbales que pouvaient avoir le Larousse ou le Dictionnaire de l’Académie. Le linguiste et lexicographe Jean Pruvost écrivait, en 2009 : « On n’échappe pas à la lexiculture de son temps, et à ses valeurs que l’on imagine à tort presque toujours acquises de haute lutte dans un sentiment de modernité qui ne laisse pas supposer de retour en arrière, avec dans le même temps une grande cécité sur les ridicules du moment. » Moquons-nous dès maintenant de L’Officiel du Scrabble™ en ne nous y référant pas et en jouant en famille avec l’aide de bons vieux dicos non châtrés. Ne nous en laissons pas imposer par Mattel™, ce groupe capitaliste américain qui donne des leçons de wokisme tout en faisant fabriquer ses jeux en Chine au mépris des droits élémentaires des ouvriers. Quant à l’application Scrabble™ sur les téléphones, on peut la désinstaller et la remplacer par l’équivalent, à peu de choses près : Wordfeud. Le Scrabble™ veut se passer de mots ? On se passera de Scrabble™.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

11 commentaires

  1. J’aime beaucoup ce jeu et je vais prendre un malin plaisir à utiliser de préférence certains de ces mots interdits. Il y en a que de toutes façons il ne me serait pas venu à l’esprit d’utiliser. D’ailleurs interdire le mot « nègre » relève d’un grand manque de culture.

  2. Je continuerai à jouer au Scrabble comme bon me semble, sans aucune censure. Ce sera bien plus amusant. Pour qui se prennent ils Mattel et tous les autres? Ils peuvent se mettre leur wokisme et leur dictionnaire là où je pense……

  3. Dans ce cas précis, je trouve que c’est une bonne chose, les mots cotés étant d’une très grande vulgarité, et donc je ne partage pas le point de vue de l’auteur

  4. On s’en fout des règles. Quand on joue au scrabble, on met le dictionnaire sur la table et on exclut les abréviations

  5. Je n’aimais pas ce jeu ..je l’abandonne définitivement .Vive le Master Mind et les Echecs .

    • Excellente question, nous allons être obligés de prendre deux couleurs neutres et rendre aux autorités les jeux non conformes.

  6. Il fallait s’y attendre. La Scrabble est dérivé d’un jeu de mots fort ancien appelé Diamino et qui n’avait de règles que celles du Larousse . D’un côté mon pays est passé du Larousse au Robert (largement correct) d’autre part la Société américaine a introduit dans le jeu une dimension arithmétique qui change toutes les règles et en modifie l’esprit .

  7. Que les amateurs continuent à jouer à l’ancienne ! Mais je pense que le Scrabble va perdre des joueurs pour les compétitions. On n’a pas idée de régresser comme ça.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois