Voilà qui va encore alimenter le débat sur l’immigration. En Autriche, certains habitants d’origine immigrée se sont vu refuser une aide au logement parce qu’ils ne maîtrisaient pas bien la langue allemande. Cette mesure, instaurée en 2018 par la coalition entre la droite (ÖVP) et la nationaliste (FPÖ), ne s’applique actuellement que dans le Land de Haute-Autriche, mais pourrait être généralisée d’ici 2020. Les organisations humanitaires crient au scandale.

Selon la presse, 3.000 immigrés pourraient être concernés. L’association Migrare aurait aidé une dizaine d’entre eux à porter l’affaire en justice. Le Figaro cite l’exemple d’un père de famille d’origine turque qui a obtenu gain de cause en expliquant qu’il lui était impossible de suivre des cours à cause de ses horaires de travail décalés. La Croix donne le témoignage d’une ancienne femme de ménage d’origine serbe, reconnue invalide : « J’ai travaillé dur, j’ai nettoyé partout », constate-t-elle avec amertume, se plaignant que son revenu ait été amputé de près de 150 euros d’allocation logement. Elle a décidé de porter plainte pour discrimination fondée sur l’origine ethnique et le handicap.

Ce n’est sans doute pas un hasard si cette information sort dans les huit jours avant les anticipées du 29 septembre, où les conservateurs sont donnés largement en tête et pourraient reconduire leur alliance avec les nationalistes. On peut trouver cette mesure injuste, surtout pour les travailleurs légaux qui sont installés en Autriche depuis plusieurs années. La région de Haute-Autriche réfléchirait, d’ailleurs, à des exemptions. Mais si l’on pense à la situation française, cette affaire pose la question de l’attrait que peuvent représenter, pour les immigrés, les diverses allocations auxquelles ils ont droit.

Selon Le Monde du 9 mars 2019, les demandeurs d’asile peuvent bénéficier d’une allocation de demandeur d’asile (ADA), d’un montant de 207 euros, pendant toute la durée du traitement de leur dossier. Les étrangers réguliers peuvent, à partir de 25 ans, prétendre au revenu de solidarité active (RSA), d’un montant mensuel de 551 euros, après cinq ans de détention d’un titre de séjour. Les clandestins ont droit à la prise en charge gratuite des principaux soins médicaux au titre de l’AME. Les demandeurs d’asile bénéficient de la protection universelle maladie (PUMA), qui s’est substituée à la CMU.

Il faut savoir aussi qu’en matière de logement, les clandestins peuvent théoriquement bénéficier d’un hébergement d’urgence, tandis que les demandeurs d’asile, à défaut d’être logés, touchent une allocation de 225 euros par mois. Enfin, si les clandestins ne perçoivent aucune prestation spécifique à la taille de leur famille, les demandeurs d’asile touchent, en plus de l’ADA, une allocation mensuelle d’environ 100 euros par personne supplémentaire dans leur foyer. Et que dire des « mineurs non accompagnés » qui se multiplient, dont la protection aurait coûté 2 milliards d’euros en 2018 ?

Il ne s’agit pas de juger si toutes ces prestations sociales sont ou non justifiées. Mais il paraît évident qu’elles peuvent attirer un certain nombre de économiques, qui y trouvent des revenus plus importants que dans leur pays. Faut-il s’étonner si les Français sont de plus en plus nombreux à penser que l’État en fait beaucoup pour les et peu pour leurs compatriotes qui sont le plus dans le besoin ? Finalement, l’Autriche n’a peut-être pas tort d’exiger la maîtrise de l’allemand. Elle cherche, ainsi, à dissuader ceux qui n’ont pas la volonté de s’intégrer. C’est, en tout cas, plus efficace que de verser sans discernement des allocations.

20 septembre 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.