Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 20 septembre 2019

Sébastien Meurant : « La candidature de Xavier Bertrand à la présidentielle est un non-sujet ! »

Lors d’une émission politique sur France 2, Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, a évoqué la possibilité d’être candidat à l’élection présidentielle en 2022.

Au micro de Boulevard Voltaire, réaction de Sébastien Meurant, qui revient également sur l’actualité qui occupe les LR : l’élection du président de leur parti et la préparation des élections municipales.

Le président du Conseil régional des Hauts de France a déclaré sur France 2 être candidat aux élections régionales de 2021. Il a aussi avoué penser à la prochaine Présidentielle.
Est-ce une bonne nouvelle pour votre famille politique ?

Ma famille politique est les LR. Xavier Bertrand s’est éloigné de la famille. Ce n’est absolument pas mon sujet. Ces dernières années, on a bien vu la volatilité du monde politique et notamment des candidatures à la Présidentielle. Que Xavier Bertrand intéresse les médias et le pouvoir en place est un non-sujet. L’objectif premier des LR est la compétition interne de nos trois candidats. Cette compétition est saine. Nous sommes un parti démocratique. Il n’est pas désigné par le président.
Je compte sur le prochain président de la famille LR pour remettre le mouvement en fonctionnement.
Le moment venu, nous désignerons un candidat pour la Présidentielle. Dans une équipe, on ne peut pas jouer contre son camp. À un moment ou un autre, ceux qui sont sortis de notre mouvement ont joué contre le mouvement. C’est un non-sujet pour moi. On n’en est pas là. L’objectif est de reconstruire le mouvement, les élections municipales à venir et la Présidentielle.
Malheureusement le pays va de plus en plus mal. Nous sommes le 19e pays sur le plan des finances. Le FMI déclare que la France est le 19e pays de la zone euro.
Pourtant, les médias français disent que tout va bien en France.

Votre famille politique va bientôt choisir son président.
Quelle est l’urgence dans le mouvement ?

L’urgence est de choisir un président qui va remettre le mouvement en fonctionnement.
On a des dysfonctionnements internes très importants.
On a également un fonctionnement à rebâtir sur le plan purement administratif, un mariage à reformer et une colonne vertébrale à rétablir.
Il faut que les choses soient dites, assumées et portées. En Marche va descendre de son piédestal.
La première chose c’est rebâtir le mouvement, la colonne vertébrale, les élections municipales, les prochaines élections départementales et régionales le même jour. Ce sont des élections politiques.
Je ne vois pas le parti du pouvoir en place ne pas présenter une liste contre monsieur Bertrand et de la même façon contre Valérie Pecresse. Tous ceux qui ont quitté le mouvement LR vont être obligés de revenir.
Xavier Bertrand a fait tout son parcours politique chez notre famille politique. Ce n’est pas très sein d’être élu avec une famille politique, de la quitter et de dire après « on n’a plus besoin de vous ».
On a besoin d’aller au combat politique avec la sincérité de l’engagement vis-à-vis des citoyens. Il faut savoir pour qui et pour quoi on vote. Ce n’est vraiment pas le sujet aujourd’hui.

La République En Marche commence à ratisser large. Énormément de maires de villes moyennes ont rallié officiellement Emmanuel Macron. Emmanuel Lefèvre a officiellement rejoint La République En Marche.
Comment se protéger de la pression électorale que La République En Marche fait peser sur vos élus ?

Emmanuel Macron ne mène pas la politique que nous aurions menée si nous avions été au pouvoir. On sent bien que les personnes qui ont signé ou soutenu simplement étaient dans un objectif de garder le pouvoir sortant local et d’éviter d’avoir une liste En Marche. Cette attitude n’est pas très noble. Si ces gens-là ont trahi une fois, ils trahiront deux fois.
C’est difficile de se présenter devant les citoyens en disant « on est multicarte ».
On ne peut pas être LR, En Marche et Rassemblement national.
Notre objectif est de reconstruire un mouvement aux Républicains.
Ce n’est pas d’être une fois au Rassemblement national et une fois En Marche. On a une vraie ligne politique différente à mener.

À lire aussi

Sébastien Meurant : « Discuter avec Marion Maréchal sur des sujets d’intérêt général m’intéresse »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLe sénateur Sébastien Meurant fait partie des …