Les archives de l'INA regorgent de pépites.Un twittos a exhumé une video étonnante, une video dans laquelle un auteur - une autrice, pardon - fait la promotion de son dernier bouquin : en 2007, pour illustrer l'histoire de son dernier livre, épluche des pommes de terre. Le reportage débute par cet exercice que pas une seule féministe eût cru possible. La traîtrise à la cause est manifeste. Un gros plan des mains confirme la maîtrise de la militante pour cette tâche ménagère. Aucune patate ne lui résiste. Frites, pommes sautés, pomme vapeur, gratin dauphinois, une carrière de femme au foyer semble à sa portée, hélas, vocation contrariée ou vertige de la page blanche, la future égérie du parti écolo s'est mis en tête d'écrire un polar. Le titre justifie la démonstration : Epluchures à la lilloise (Ed. Ravet-Anceau). Un séducteur invétéré est retrouvé mort, le torse en partie épluché. Le crime n'est pas commun.

L'écrivaine débutante explique s'être vengé par littérature interposée d'un chef de bureau épouvantable : "en fait, le soir c'était un peu comme une poupée vaudou, je lui plantais des aiguilles..." Pour retrouver l'assassin, un inspecteur incompétent, laid et complètement idiot entre en scène. Au dessus de la mêlée, dresse les prémices de sa conception de l'égalité homme femme. Les uns sont décédés, les autres n'ont aucun attrait. Plus tard, elle tentera de passer dans un robot mixer mais nous n'en sommes pas là.  En cette année 2007, la technologie culinaire n'est pas encore parvenue dans le laboratoire du docteur Jekyl de la gauche.

Après avoir exposé les tenants et aboutissants de son intrigue policière, la jeune avoue les difficultés qu'elle a rencontrées pour parvenir à résoudre l'énigme. "C'est difficile de terminer un polar avec un inspecteur tellement bête..." Désespoir de l'auteur aux prises avec l’imbécillité masculine. Le héros lui échappe, devient incontrôlable. Il bute, il trébuche, ne comprend rien. Toutes les pistes mènent au fou de l'auteur... Injustice de l'épilogue, ce sont les lecteurs qui en prennent pour 20 ans de délires inclusifs. Et tant de questions en suspens... L'assassin a-t-il jeté les épluchures dans le bac à compost mis à disposition par la municipalité ? Dans la négative, sa faute serait impardonnable.

7384 vues

2 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter