[Satire à vue] Léa Salamé invite un modérateur de modération

Juppé (1)

Il est l'un des bouddhas du Conseil constitutionnel. Pilier de la Ve République, icône du chiraquisme révolutionnaire, chauve par conviction technocratique, Alain Juppé est venu au micro de France Inter parler de son livre à sortir le 14 septembre dans tous les bons dortoirs : Une histoire française (Tallandier). À Madame Figaro, l'homme a déjà dévoilé le versant romantique de son ouvrage. Ses batifolages tardifs, ses amours, ses emmerdes. Sous la cravate bat un cœur, un vrai. Marié trop jeune, l'époux fut infidèle. Un peu. Pas trop, quand même.

Juste ce qu'il faut pour justifier une réputation de modéré. À ce propos, l'écrivain profite de son passage à la radio pour prêcher le sens de la mesure. « Quand vous dites, je suis un modéré, immédiatement, vous êtes un mou » ; « Ou vous êtes chiant », renchérit la journaliste. Voilà. L'activité politique devient un combat contre ce préjugé infamant. Il faut alors raconter des blagues désopilantes pour échapper à cette réputation. « Tu connais l'histoire du gars qui s'est fait élire à ma place ? »

La radicalité dans la modération

Selon le sage bordelais, le débat politique est entré dans une « sorte d'hystérisation ». Au travers des vitres du Conseil constitutionnel parviennent des cris de rage qui troublent le recueillement des membres face aux propositions du père Macron. « Une de mes idées chères [....] c'est l'idée de modération. » Ennuyeux, certainement pas. « Je crois qu'au contraire, il y a une forme de radicalité dans la modération. » Mou, mais avec force. Extrémiste du consensus, modéré jusqu'au-boutiste et autres appellations qui font trembler les plus téméraires… « C'est une discipline qu'il faut s'imposer », ajoute le yogi de la politique. Sur un tapis, position du lotus. Oooohhmmmmacron. Expiration... Puis reprendre le son intérieur qui amène à la zénitude. Oooohhhmmmmadame Borne. Inspiration. « C'est tellement facile de monter aux extrêmes, de vitupérer », continue l'ex-Premier ministre. Éric Zemmour poursuivi, Génération identitaire et bien d'autres voix discordantes ont expérimenté cette facilité à ce qu'Alain Juppé appelle « monter aux extrêmes ». Un jeu d'enfant. De tout repos. Tandis que la sensibilité juppéiste tempête et se bat pour une modération intensive, la mouvance dite d'« extrême droite » se prélasse dans les tribunaux où des juges « aux petits soins » leur préparent le thé. « La nuance n'imprime pâââs... Pourquoâââ », déplore Léa Salamé, aux prises avec une éruption d'accents circonflexes.

Allons, allons. Les Français sont plus raisonnables qu'ils n'en ont l'air. Selon les sondages cités par « Modérator », deux tiers d'entre eux estiment que « ça va bien pour eux personnellement ». En revanche, « à la question est-ce que la France va bien ? Réponse non aux trois quarts. » Il y a, pour Alain Juppé, un paradoxe. Un catastrophisme qui ne se traduit pas dans le quotidien des Français. L'idée que le premier résultat ne vienne en rien invalider le second ne lui traverse pas l'esprit. Son mécontentement face à l'insatisfaction générale est au bord de le faire sortir de ses gonds bien huilés. Léa Salamé réussit à sortir du studio avant que « Modérator » ne monte sur ses grands poneys. Elle a échappé à un débordement d'eau tiède.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

27 commentaires

  1. Son interminable (mais très lucrative) carrière politique a amplement démontré l’étendue de sa nullité crasse : il n’y a rien, je dis rien, à sauver dans son pauvre bilan.

  2. Monsieur Alain Juppé…
    Pour continuer dans lite des mous, c’était le ministre qu’on accrochait à un cintre le soir, pour le décrocher sans un pli le lendemain matin.
    Tout était à l’avenant, y compris la dissolution, sans surprise !

  3. Que penser de ce sujet qui s’est toujours revendiqué de droite alors qu’il n’en a pas un gramme à vendre , étant centre gauche , il a constamment trahi la droite et ses électeurs qui y croyaient .

  4. Juppé est le Bayrou de la Droite. Il aura tout raté, à peu près rien produit. Un fruit sec au pied de son arbre. Et il nous la joue « modéré » au Conseil Constitutionnel, veillant à ce que rien ne change. Sans se rendre compte que le non changement, le froid polaire givré, est le vrai cauchemar dans toute société.

  5. Qu’avez vous donc à nous ramener ces anciens élus qui je le rapelle sont encore à charge des contribuables et n’ont pas épargné ce pays . Juppé fait parti de ces fossoyeurs .

  6. L’inversion des valeurs fait que ce sont des condamnés par la justice qui jugent du bien fondé des décisions prises ou rejetées pour le bien du peuple. Pour faire simple c’est le monde à l’envers dirigé par une élite malade, irresponsable et destructrice. Alain Juppé n’a jamais été un homme de décisions rapides et consensuelles, il a été placé par macron afin de suivre les directives de ce dernier.

  7. Que ne reste t il pas dans sa campagne aquitaine .; non seulement il est toujours à charge de la République en étant rémunéré au poste de Conseiller et bénéficiant de ses nombreuses retraites mais en plus il vient faire le beau sur les ondes nationales . Oubliées toutes ses malversations ! , maintenant c’est un Sage, .. « Un sage mon c..  » comme on dit.

    • Un livre par ci une conférence par la sage politique aujourd’hui fin stratège hier nous en sommes a nous demander mais pourquoi donc la France en est arrivée la avec de tels talents

  8. La mollesse autorise toutes les compromissions, c’est Juppé et ses collègues du Conseil Constitutionnel. La fermeté en est l’antithèse . La France est en chute libre avant d’exploser à l’atterrissage.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois