[Satire à vue] Gérard Depardieu licencié du musée Grévin

©Shutterstock
©Shutterstock

Nous le savions, malgré la présomption d’innocence, banni de France Télévisions, sous procédure disciplinaire engagée par la grande chancellerie de la Légion d'honneur, radié de l'Ordre national du Québec. Le voilà désormais licencié du musée Grévin. En poste depuis 42 ans, Gérard Depardieu se tenait à carreau entre Line Renaud et Laurent Gerra. Pas un geste déplacé, pas un mot plus haut que l'autre... Et pourtant. Des visiteurs se seraient plaints de sa présence, les inévitables réseaux sociaux grondaient... Comment pouvait-on laisser pareil malotru pérorer aux côtés des grands de ce monde ?

Les dames patronnesses woke poussaient des cris d'effroi à la vue du goujat. Un frôlement, une bousculade et les soupçons se portaient vers l'ogre du Berry. Des gardiens auraient été pris à partie par quelques froissés. Le musée Grévin était en pleine dérive machiste. Sur ordre de la direction, deux employés emportèrent la statue vers les sous-sols du lieu. Moyennant un billet spécial, les plus téméraires pourront voir la bête. En catimini. Sans le dire à personne. Sorti indemnes du face à face, ils témoigneront auprès de leur famille de l'horreur du personnage. De la cire nauséabonde, des mains d'étrangleur. Brrr...

Le plus amusant de l'affaire est l'emplacement de Gérard Depardieu aux côtés de Laurent Gerra dont les sketchs sur RTL n'ont jamais manqué de blagues graveleuses sur les femmes. Jusqu'ici, Line Renaud faisait la sourde oreille. À quand des visiteurs effarouchés par son indifférence ? Comment la version originale ne s'est-elle pas plainte de sa promiscuité avec cet affreux tandem ? Virer l'ex-meneuse de revue et son voisin imitateur serait la moindre des voluptés en période wokiste.

« Appelez-moi cire »

Les dirigeants de l'établissement ont longuement hésité. L'éventualité de distribuer des aiguilles à planter dans la statue a été examinée. La découper en rondelles pour en distribuer les morceaux aux touristes les plus revanchards fut aussi à l'ordre du jour. Sandrine Rousseau en eût fait des bougies. En période de Noël, s'éclairer au Depardieu est un must dans les milieux féministes. Sur le sapin, sur le gâteau... en toutes occasions... jusqu'à épuisement du stock. Le gabarit du bonhomme permettait de tenir quelques années sans électricité.

 

La liste des personnalités encore présentes au musée Grévin donne le tournis. Patrick Sébastien, Serge Gainsbourg... Sans commentaire. Les mères de famille font ce qu'elles peuvent pour éloigner leurs enfants... John Lennon qui reconnaissait avoir battu sa première épouse a survécu à l'Inquisition woke. Pour combien de temps ? Seuls témoins d'une quelconque survivance morale, BHL, Emmanuel Macron et Justin Trudeau garantissent la pureté du lieu. « Appelez-moi cire... » La phrase du Président diffusée en boucle en impose au visiteur. Dans les oubliettes du musée Grévin, Gérard Depardieu s'en fout. Excès d'honneur ou de déshonneur. Il n'est pas l'homme de la moyenne.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

51 commentaires

  1. Il est intéressant d’observer les prises de positions politiques sur Gérard Depardieu. Si à gauche on condamne et qu’à droite on ne condamne pas, chacun est en cohérence avec ses idées. En revanche silence radio chez les élus LFI de banlieue. Étrange ? Pas tant que ça. Car une partie de l’électorat banlieusarde est en adéquation avec les pulsions virilistes, la puissance masculiniste et les propos sexistes. LFI le sait très bien et sait que cette frange de son électorat va se vouer d’administration pour Depardieu, non pas pour sa filmographie qu’ils ignorent en réalité, mais précisément en raison de l’obscénité des propos rapportés par France 2. C’est une des limites de l’islamogauchisme on le voit.

  2. À Grévin, il remplaceront Monsieur Depardieu par la poupée de cire de Tariq Ramadan… ils en sont bien capables, nouvelle loi ou pas nouvelle immigration.

  3. Décidément, on aime bien les symboles, en France. Ou plutôt, on aime bien avoir des symboles à haïr, nonobstant les actes positifs du sujet par le passé… On conserve le négatif, comme en argentique!

  4. Il est drôle que ces hétaïres féministes ne s’attaquent qu’aux mâles blancs friqués (Berry, Allen, Abittan, Polanski, DSK,…..). Leur but n’est QUE d’obtenir des compensations sonnantes et trébuchantes par des victimes qui voudront avoir la paix et préfèreront « payer la rançon » (comme DSK).

  5. Depardieu, l’idole de la gauche, est devenu son ennemi dès qu’il a opté pour la nationalité russe. Coïncidence, sans doute.

  6. Depardieu, Poivre d’Arvor, Nicolas Hulot, ça va, ça suffit ? Jospin, Mélenchon, Johnny, non ? Il vous en faut d’autres ? ça va durer longtemps cette mascarade de l’imbécilité ? Delon, Polnareff, Moi-Même, oh ! ça va ! on s’arrête, oui ?

  7. Les idoles d’hier deviennent les procureurs d’aujourd’hui ce wokisme déconstructeur porte sur l’homme et sa vie Privée des jugements de valeur et donne des bons et mauvais points en fonction de leurs convenances . Ils déboulonnent renomment effacent dissimulent invectivent car ils ont une parcelle d’un pouvoir éphémère. Le Talent l’oeuvre restent dans le cœur de ceux qui ont cette faculté de discerner et de ne pas juger

  8. Pour les nombreux violeurs étrangers sous OQTF,ces fausses pudibondes ne s’offusquent nullement !
    Mais le mâle blanc de plus de 50 ans ayant eu des propos graveleux, alors la, haro sur le baudet !
    C’est l’indignation à géométrie variable. Les paroles deviennent infiniment plus graves que les actes.
    Enfin, ça dépend pour qui…

  9. Sans parler de la présomption d’innocence bafouée, soit ce gars est un monstre donc doit être jugé rapidement et alors de nombreuses personnes devraient aussi être jugées car elles n’ont pas dénoncé ces faits ou alors que penser de victimes qui retrouvent la mémoire 20 ans après ??

    • Depardieu est la vache à traire , pour certaines amnésiques … plumer financièrement ce grossier personnage est un objectif .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois