[Satire à vue] Aurore Bergé annonce la couleur : des drapeaux européens et rien d’autre

drapeau européen arc de triomphe

Coucou, le revoilou ! Décroché sous les réprobations, le 2 janvier, après seulement deux jours passés sous la voûte de l'Arc de Triomphe, revoici le drapeau européen flottant gaiement au plafond du monument. Ursula est là. Sonnez trompette et roulez tambour. Le jour de foire est arrivé. 27 chefs d'État et de gouvernement, 1.500 policiers déployés, quartiers interdits à toute forme de vie, le très haut sommet de l'Union européenne se tient à Versailles. Étoiles et parures bleutées exigées.

Devant l'étendard à nouveau suspendu en ce lieu symbolique, les mêmes réactions d'hostilité se font entendre. Entre autres messages d'indignation, celui d'Éric Zemmour : « Emmanuel Macron aime humilier la nation française. La preuve : il récidive. »

Si en ce début d'année, le décrochage du machin s'en était suivi au prétexte plus ou moins bidon que le « timing » avait été respecté, à l'approche d'un premier tour avec 30 % d'intentions de vote, le Macronien change de braquet. Bas les masques et assez de faux-semblants, Aurore Bergé défie le paltoquet patriote en dévoilant le plan de défrancisation du pays sans aucun complexe : « Et on va même continuer », lui répond-elle. Ne manque à cet aveu qu'un point d'exclamation que nous lui pardonnerons d'avoir omis. Une image de bras d'honneur eût été également de bon aloi. Pas le moindre « et je vous emmerde » pour résumer sa pensée... Que de manquements à la ligne élyséenne ! La flagellation sied à l'électeur. Avec un litre d'essence à 5 euros, la présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée sait qu'Emmanuel Macron peut être réélu dès le premier tour. Un jambon de pays suspendu sous l'Arc de Triomphe et les sondages explosent.


Aurore Bergé danse au pied du lit de l'opinion plongée dans un coma profond. Et on va même continuer, tralalère... À la batterie, Gabriel Attal rythme la cadence. Le bal des triomphalistes est ouvert. Après le « quoi qu'il en coûte » est venu le temps du « quoi qu'il fasse ». Aucune annonce insensée, aucune aberration ne semble en mesure de réveiller l'électeur assoupi.

La petite faiblesse de ce sommet versaillais réside, néanmoins, dans cette absence bouleversante de drapeau ukrainien aux côtés du bleu étoilé européen. En signe de solidarité avec ce pays et de bienvenue aux chefs d'État européens, il est également étrange que les autorités organisatrices n'aient pas pensé à sacrifier un citoyen russe au centre de la place de l'Étoile. Pas le moindre Moscovite brûlé vif sur la flamme du Soldat inconnu. Ursula von der Leyen eût applaudi cette volonté manifeste de pacifier la région. Y aurait-il une petite baisse de régime dans la campagne d'Emmanuel Macron ? Pas d'avantage de drapeau bleu blanc rouge incendié par Aurore Bergé devant les grilles du château de Versailles. Attention ! 30 % des votants pourraient le prendre mal.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

59 commentaires

  1. Cette nana est une véritable « tare » … mais inquiétons-nous surtout de la disparition souhaitée par de nombreux politiques, du drapeau tricolore, telle : Mme ROUSSEAU, elle est chez MÉLENCHON, tant mieux, le ridicule ne tue pas et laissons-là s’auto-ridiculiser toute seule, comme une grande.Intéressons-nous surtout au cas MACRON, s’il y est réélu, qu’il ne puisse pas gouverner ! Sans être oracle, je pense qu’on est sur le bon chemin, les amis.
    N’oublions pas les législatives …. à suivre

  2. Il est étonnant que Laurent Fabius n’ait jamais manifesté une quelconque réprobation quant à l’installation du drapeau des 27 sous l’Arc de triomphe, normal Fabius doit sa place à Macron tout comme récemment Gourault. Et si l’on remplaçait les étoiles européennes par des fleurs de lis ?

  3. J’ajouterais même, ce qui nous reste d’armée anéantie en Ukraine. Un ou deux missiles russes sur Paris, un retour au rationnement.  » Du sang et des larmes » à la Churchill et là, c’est le plébiscite de Jupiter.

  4. C’est tout à fait ça 40% dans les sondages et Macron modifie la constitution pour en retirer le drapeau tricolore..

  5. Vous croyez vraiment aux sondages ?
    C’est encore et toujours une façon d’ embobiner le peuple pour l’empêcher de réfléchir ! J’espère que les français, qui ont l’air en léthargie, vont prouver dans les urnes que la vengeance est un plat qui se mange froid ! Aux urnes, citoyens

  6. Peut être enfin les français comprendront ce que signifie perte de souveraineté. En voilà le symbole et le plus parfait exemple ! Le remplacement du drapeau national sous l’arc de triomphe. A tout hasard je rappelle qu’il y est enterré un soldat mort pour défendre notre drapeau justement. Un soldat mort pour que L’Alsace et la Lorraine redeviennent françaises. Un drapeau pour lesquels 19 millions de français sont morts

  7. Ce n’est pas une campagne pour sa réélection en France qu’il entame mais pour devenir le président à vie de cet Europe mondialisée à la botte de l’Amérique et de ses banquiers.

  8. Français patriotes décrochez cet emblème sans valeur du haut lieux de recueillement dédié à ceux qui ont versé leur sang pour la France. Il est bien dommage que je sois trop vieux pour le faire.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois