« À votre bon cœur, m'sieurs dames ! » L'appel à générosité n'émane pas d'un quelconque sans-abri assis dans un couloir du métro. Il ne provient pas, non plus, d'une association d'aide aux plus démunis... Mais qui peut, en cette période de Noël, lancer ce cri déchirant à l'attention des bonnes âmes ? Les regards se tournent vers l'hôpital Georges-Pompidou - hôpital public - d'où semble venir cette supplique. « Quelques sous pour un scanner dernière génération, à votre bon cœur, cliquez sur notre cagnotte... »

L'appareil en question est un scanner à comptage photonique qui représenterait, selon les spécialistes du lieu, « une avancée scientifique majeure » permettant « une meilleure précision du diagnostic » et « un meilleur suivi des cancers ». Pour finaliser l'acquisition de cet outil de pointe d'une valeur de deux millions d'euros, l'argent manque. D'où la cagnotte mise en place avec multiples options de montants. De 30 euros à 5.000... Le donateur habitué à offrir un ticket restaurant cherchera en vain la case prévue à cet effet. Elle n'existe pas encore. Des vêtements chauds non plus. Pas la moindre rubrique permettant de donner un vieux canapé. L'Emmaüs de la santé n'en est encore qu'à ses balbutiements.

À son entrée dans le service concerné, le malade pensera, entre autres largesses élyséennes, au milliard envoyé à l'Afrique du Sud pour l'aider à sortir du charbon. Mourir du cancer sur une planète enfin sauvée du réchauffement est un luxe que seul le Français peut se permettre. L'appel au don de sa personne sera le prochain effort demandé au contribuable. Opéré sans anesthésie, le patient comprendra qu'il œuvre pour l'Afrique et l'Ukraine réunies.

Des voix d'opposition de droite et de gauche s'élèvent pour dénoncer cette démarche de charité hospitalière. La direction de l'hôpital Georges-Pompidou se défend d'entamer un nouveau processus et rappelle que les appels à la générosité des citoyens sont fréquents, particulièrement en fin d'année. Selon les instances soignantes, une première demande d'offrandes en vue de l'achat du fameux scanner était déjà intervenue en novembre dernier sans susciter la moindre indignation.

Prétendre que la machine est à la fois destinée à soigner Zelensky et réduire les émanations de CO2 amènerait Anne Hidalgo à réunir les fonds. Emmanuel Macron veillerait à la confection d'un paquet cadeau. Comme nous le voyons dans cet exemple, des moyens astucieux de financer l'achat de nouvelles technologies médicales existent. De véritables professionnels de la com' manquent cruellement au système de santé français.

8092 vues

29 décembre 2023 à 17:41

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

93 commentaires

  1. La France est devenue une immense foire à la charité !
    On ne compte plus les demandeurs tous azimuts, alors que la France était un pays riche : les commentaires qui précédent expriment très bien quelles sont les raisons de cette faillite, mais j’ajoute que ce sont les électeurs qui sont assez stupides pour mettre au pouvoir les splendides nullités que nous avons !

  2. Et nos politiques qui ont ordonné la suppression des lits obligé la diminution du personnel on ne leur réclame aucun compte.??. Les allocations pour l’hôpital ont été détournées pour qui.? Les Hirch Touraine Buzyn Veran Rousseau Salomon qu’ont ils fait.? On est dirigé par des incapables corrompus comme dans un pays africain. Nos politiciens s’occupent que de leurs intérêts politiques, Ils pillent les richesses et détournent les fonds pour leurs avantages. Voilà où nous conduit notre générosité aveugle Le montant de L’AME suffirait pour acheter cet appareil mais on préfère mettre en péril les français que de d’empêcher l’immigration débridée commandée par Bruxelles. Exigeons et réclamons le remboursement des frais de soins des hommes politiques étrangers ( Algérie Maroc Tunisie etc..) Tout est foutu il faut renverser la cocotte avant qu’elle soit en surchauffe

  3. Alors que les délais pour avoir un rendez-vous chez un médecin généraliste sont de plusieurs mois voire presque une année pour les spécialistes pourquoi les contribuables de la ruralité devraient ils participer à ‘achat d’un matériel qu’ils n’auront jamais le loisir de tester ? il doit être possible de trouver deux millions d’euros dans le budget de 54 milliards d’euros du coût de l’immigration.

  4. Il faut bien que les hôpitaux soignent tous les malades du monde , qui n’ont jamais cotisés à notre Sécu avec son trou .

  5. Et pendant ce temps des associations gavées de subventions publiques dirigent notre politique migratoire et travaillent avec les passeurs maffieux pour envahir notre pays.

Les commentaires sont fermés.