Romain Espino : “Nous dénonçons un système tellement généreux avec les autres qu’il ne l’est plus avec les nôtres”

Ce vendredi matin, Génération identitaire occupe la CAF de Bobigny, en Seine-Saint-Denis (93), pour dénoncer, selon son porte-parole Romain Espino, “le pillage des aides sociales”.



Génération identitaire occupe ce matin la CAF de Bobigny.
Pourquoi avoir voulu mener cette action ?

Nous avons fait le choix avec Génération identitaire d’occuper la CAF de Bobigny en Seine-Saint-Denis pour dénoncer le pillage légal des aides sociales. Ces aides sociales sont à destination des Français. Mais il y a plusieurs catégories de Français. Il y a ceux qui en sont totalement exclus, ceux qui touchent une somme dérisoire et la population immigrée pour qui ces allocations sont un dû.
Ils bénéficient gracieusement de ce système. Nous dénonçons un système tellement généreux avec les autres qu’il ne l’est plus avec les nôtres. Nous souhaitons que cela soit revu. Nous souhaitons que ces aides soient stoppées pour les populations immigrées et que le choix soit fait pour les nôtres avant les autres.

Ceux que vous appelez les vôtres ne profitent-ils pas eux aussi de la sécurité sociale et du système social ?

Les gilets jaunes se révoltent depuis plusieurs mois pour des raisons à la fois fiscales et sociales. L’argent public est un peu gaspillé. Beaucoup de gens sont dans le besoin et n’ont pas forcément le droit à ces aides sociales. C’est la France périphérique, la France qu’on voit sur les ronds-points.
Il y a une autre partie de la France, celle issue de l’immigration. Cette France des banlieues, en plus d’investissements astronomiques au nom des politiques de la ville, bénéficie d’aides sociales massives. Voilà ce que nous condamnons.


Vos militants restent-ils encore en place devant la CAF ?

L’objectif premier est de faire passer notre message sur la question des allocations familiales attribuées en grande partie aux gens issus de l’immigration. Nous resterons sur place jusqu’à ce que notre message soit parfaitement entendu. Nous n’avons pas défini de délai, mais nous sommes sur place et nous tiendrons l’occupation le temps qu’il faudra.


Sentez-vous venir les accusations habituelles de racisme et de discrimination ?

Nous connaissons les critiques habituelles. Nous les aurons une fois de plus. Notre rôle est de défendre les nôtres, de défendre ces Français qui sont aujourd’hui dans le besoin et qui ne bénéficient pas forcément d’un système très généreux avec eux. Le système bénéficie à d’autres. Pour nous, c’est un combat important puisque ces aides sociales sont littéralement une pompe aspirante de l’immigration. Couper ces aides sociales serait déjà couper l’immigration.

À lire aussi

Romain Espino : « Génération identitaire est un aiguillon politique, nous avons vocation à défendre les nôtres »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleRomain Espino, porte parole de Génération iden…