Ce week-end inaugurait le joli mois de mai, truffé de ponts, et cette semaine qui commence est prometteuse : 8 Mai, Ascension. Pont, pont, pont… Malgré cette musique, l’actualité politique était chargée : la “fête à Macron” organisée par La France insoumise, la démission du PDG d’Air France, le Président en visite en Nouvelle-Calédonie pour apaiser les esprits et le Premier ministre Philippe en une du Point sous ce titre : Et si c’était lui le patron ?”

C’était donc un vrai week-end politique. Et puisque la France a un Président capable de s’indigner des violences du 1er mai depuis l’Australie, puisqu’elle a en même temps un second patron en la personne du Premier ministre, je ne comprends toujours pas leur silence depuis 48 heures. J’ai beau faire le guet au bas des marches des palais ou des comptes Twitter, je n’entends aucune condamnation, aucun message de solidarité. Silence sur les ondes.

Un élu de la République, maire d’une grande ville, accessoirement époux d’une députée, accessoirement encore fondateur de Reporters sans frontière, a été agressé, projeté au sol par des militants, et les plus hautes autorités de l’État sont muettes. Si nous descendons d’un cran, par exemple au niveau de M. Collomb (un petit peu concerné, non, en tant que ministre de l’Intérieur ?), même silence. Et je ne descendrai pas jusqu’au niveau de certains élus locaux se réjouissant même de cette agression…

Le problème, avec les silences, c’est qu’on ne sait comment les interpréter, et ils laissent la porte ouverte à des tas d’hypothèses, et même au complotisme ! Que signifie donc le silence de MM. Macron et Philippe ?

Ignorance ? L’information n’est pas remontée de Bordeaux à . Tiens, au fait, en parlant de Bordeaux, M. Juppé a-t-il lui-même réagi ? Indifférence ? Vous pensez, quand c’est la fête à Macron et que le Président est aux antipodes, traîné dans la poussière, pftt ! Complaisance ? On n’ose le croire. Nouvelle jurisprudence ? Président et Premier ministre ne réagiront plus en cas d’agressions d’élus ? Il ne me souvient pas d’avoir lu cela dans leur programme… Gêne ? Peut-être et, finalement, on aimerait que ce soit ça… Car c’est tout de même gênant, cette agression, surtout au cours d’un rassemblement de militants convoqués par des responsables de gauche et du parti de M. Macron…

C’est gênant, certes. Mais c’est surtout très grave, scandaleux, inadmissible. Et demeurer silencieux devant une telle agression laisse mal augurer de l’évolution du débat et des mœurs politiques dans notre pays.

Mais le mieux, pour éviter tout complotisme, toute interprétation hasardeuse, ce serait de rompre le silence. Et de condamner, fortement. Même avec 48 heures de retard. Les choses seraient plus claires pour tout le monde, élus irresponsables incitant à la manifestation contre un élu de la République et militants agressifs et violents. On pensait MM. Macron et Philippe soucieux de cela. Il est grand temps qu’ils rappellent certaines lignes rouges à ne pas franchir.

À lire aussi

Livre : Les Philo-cognitifs, de Fanny Nusbaum, Olivier Revol et Dominic Sappey-Marinier

Vous lirez avec délectation les portraits chinois et les pages riches et denses consacrées…