Richard Haddad témoigne, depuis le , sur la situation après la catastrophe de Beyrouth, la semaine dernière. Sa vision de l’avenir sur le pays du Cèdre est « pessimiste mais réaliste », selon ses propres mots. Au plan politique, le nœud du problème, selon lui, c’est le Hezbollah et ses alliés.

Partager

À lire aussi

L’ombre du Hezbollah au Liban

Pourquoi 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, matière hautement dangereuse, sont-elles stoc…