Maintenant que les péripéties Benalla, campagnes jaunes, itinérances mémorielles, « open » russe et grand show G7 avec ses spectacles parallèles sont derrière nous – sinon du passé -, le devoir constitutionnel, laissé en plan il y a un an, va pouvoir enfin reprendre. Le sujet est d’importance qui doit dynamiser et populariser la tricolore. Moins d’élus, mais davantage d’écoute, tel est le grand défi à relever ! 

L’alchimie est complexe. Le « grand œuvre » consiste en la transmutation d’une société multicellulaire, menacée de nombreuses tumeurs très malignes et agitées, en exemplaire, apaisée, berceau d’un vivre – enfin – ensemble sincère et serein…

Les tubes du grand laborantin sont alignés et contiennent :
– 25 % de moins de parlementaires ;
– 20 % de proportionnelle ;
– 150 citoyens tirés au sort au sein du CESE ;
– 10 % des électeurs pour déclencher un RIP ;
à quatre consécutifs ;
– Réforme du Conseil supérieur de la magistrature ;
– Suppression de la Cour de justice de la République.

Peut-être quelques fioles sont-elles cachées dans une armoire, qui contiennent d’autres bouillons de culture sociologiques ? On le saura lorsque les délicates manipulations seront lancées dans les amphis…

Je m’interrogeais, avant l’échéance prévue précédemment sur les conditions de sélection de ces 150 citoyens sortis à leur insu de l’anonymat pour concourir à ces nouvelles expériences. La question demeure ouverte ?

Étonné, par ailleurs, de l’exception française qui ne soumet pas le nouveau Président élu à un serment lors de son investiture, j’avais lancé, il y a un an, une pétition dans ce sens – https://chn.ge/2vgvcR8-. Las, le peu de succès de cette consultation montre le désintérêt de la population ! Cependant, la suppression de la Cour de justice de la République, si elle est adoptée, milite encore davantage pour cette disposition, me semble-t-il !

Rentrées scolaire et constitutionnelle : du pain sur la planche avec une puissante levure et des pétrissages douloureux en vue…

31 août 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.