Remaniement ministériel : l’Énergie retourne à l’Économie. Une bonne nouvelle !

800px-Centrale-nucleaire-Saint-Laurent-des-Eaux

Le débat autour du dernier remaniement ministériel s’est, comme souvent, focalisé sur quelques personnalités et quelques déclarations maladroites. En revanche, il a passé sous silence une décision essentielle : la séparation de l’Écologie et de l’Énergie. Si l’Écologie relève d’un ministère plénipotentiaire, en revanche, l’Énergie est passée sous la tutelle du ministère de l’Économie. Anodine pour beaucoup, cette décision représente pourtant un revirement complet quant à la politique énergétique du pays.

Développement durable

Rappelons que les trois piliers du développement durable sont l’environnement, l’économie et le sociétal. L’énergie n’y échappe pas : elle doit être à la fois propre (environnement), abordable (économique) et disponible (sociétal). Ce schéma, où le pilier environnemental contraint les piliers économique (prix de l’énergie) et sociétal (limitation de la consommation) à assurer à la fois préservation de l’environnement, croissance économique et sécurité énergétique, relève de la quadrature du cercle. Et c’est là que le positionnement de l’Énergie prend toute son importance.

Avant la prise de conscience climatique, l’autorité de tutelle de l’Énergie était le ministère de l’Industrie. En d’autres termes, les piliers économique et sociétal l’emportaient largement sur le pilier environnemental. Pour donner davantage de poids aux politiques environnementales, la plupart des pays européens ont alors souhaité rapprocher Énergie et Environnement. En 2007, faisant suite au Grenelle de l’environnement, Nicolas Sarkozy a ainsi créé un grand ministère de l’Environnement et du Développement durable incluant énergie et environnement, mais aussi aménagement du territoire, logement, transports, mer et négociations climatiques. On attendait de ce mariage des progrès rapides en termes d’isolation des bâtiments, d’amélioration de l’efficacité énergétique dans les transports et de mise en œuvre des énergies renouvelables.

L’impossible mariage de la carpe et du lapin

Pourtant, il est rapidement apparu que ce rapprochement était un peu « l’impossible mariage de la carpe et du lapin », inversant la tendance précédente en hypertrophiant cette fois le pilier environnemental. Privilégiant le récit et l’incantation aux réalités économiques et sociétales, il a renforcé l’influence des associations écologiques au détriment des acteurs industriels et conduit à des politiques plus « militantes » que « rationnelles ». Le nucléaire a notamment été la grande victime de ce choix.

Si le début du premier quinquennat Macron s’inscrit, avec la nomination de Nicolas Hulot, dans la « supériorité » de l’environnement sur l’énergie (fermeture de Fessenheim, arrêt d’Astrid, décision de fermer 14 réacteurs nucléaires à l’horizon 2035), le mouvement des gilets jaunes, la crise énergétique et inflationniste de 2021 puis le conflit russo-ukrainien vont provoquer le revirement à 180° d’un exécutif prenant enfin conscience que l’énergie est l’incontournable aliment de la croissance économique et du développement social.

Après une première déclaration indicative, en septembre 2021, sur les SMR (Small Modular Reactor, petits réacteurs nucléaires, NDLR), le discours fondateur de Belfort, la séparation de l’Énergie et de l’Environnement sous la tutelle du Premier ministre dans le gouvernement Borne, le lobbying efficace pronucléaire d’Agnès Pannier-Runacher à Bruxelles puis à la COP28 et le refus de satisfaire l’objectif européen 2030 en termes d’ENR, la décision courageuse du président de la République de remettre l’Énergie à l’Économie parachève sa rassurante reconversion énergétique. Espérons que cette décision organisationnelle se concrétisera dans le nouveau Plan pluriannuel pour l’énergie attendu au printemps prochain.

Philippe Charlez
Philippe Charlez
Chroniqueur à BV, ingénieur des Mines de l'École polytechnique de Mons (Belgique), docteur en physique de l'Institut de physique du globe de Paris, enseignant, expert énergies à l’institut Sapiens

Vos commentaires

16 commentaires

  1. Personne ne semble informé (ou très peu de monde) sur le procédé d’énergie ASTRID français et le recyclage de déchets nucléaires et Super Phénix (réacteur à neutrons rapide) qui permettrait de produire de l’électricité pendant 2000 ans tout en recyclant les déchets nucléaires des autres centrales ? Résultat : zéro pollution et autonomie de la France ! Pas plus que le thorium, présent en France, découvert il y a nombre d’années…Mais évidemment, pas bon pour le business, que dis-je, pour les affaires ! Personne n’en parle et c’est pourtant un vrai scandale ! Macron courageux ? Je ris (jaune)….

  2. Après un Sarkozy totalement incompétent, un macron qui ne sait sur quel pieds danser. Voià le quoi assurer un bel avenir à la France. Ceci dit, que l’énergie soit sous la tutelle de l’un ou de l’autrene change pas grand chose à la facture des Français. Plus 8,5% sur l’électricité, pour le moment, mais pas de sortie du marché européen en vue. Pas plus que la vente au prix réel du KWh aux sociétés, prétendument, concurrente d’EDF.

  3. J’admire ceux qui sont encore capables d’objectivité vis à vis de la macronie et même de lui distribuer des bons points à l’occasion. Pour ma part, le totalitarisme de la gauche a épuisé ma bonne foi et mes convictions démocratiques, alors que j’avais la république chevillée au corps.

  4. Ca n’est pas du tout une bonne nouvelle ! Pourquoi ? Parce que Bruno Lemaire va pouvoir nous imposer sa vision de sa politique énergétique et économique ! Je ne pense pas que Bruno Lemaire est une bonne vision, ni même une bonne stratégie en matière de développement économique ! En tout cas je préfère faire confiance à des gens comme Charles Gave, où Olivier Delamarche qu’à Bruno Lemaire ! C’est un Technocrate ca n’est pas un économiste ! Amitiés à tous Hervé de Néoules !

    • Bruno Lemaire n’est là que pour détruire l’économie de la France, et écrire des livres érotiques à l’occasion !

  5. Ils ne sont pas fondamentalement bêtes, sans quoi ils seraient pauvres, ils sont seulement hors sol en ce qui concerne les « sans dents » dont ils se moquent ouvertement. La société qu’ils se sont fixés de créer, est celle qui leur est déjà en partie acquise et qu’ils veulent encore renforcer. Il faut les virer et vite sans quoi nous sommes fichus.

  6. La France à des sérieux handicapes en premier ses gouvernements dont les orientations dictées par un chef de l’état mais aussi dont l’obsession première c’est les élections assurés par les complaisances à des lobbies tels la gauche avec les verts. Quant on écoute S. Rousseau on a tout compris personnage à éviter.

  7. Je voudrais bien que monsieur Charlez ait raison mais je crains qu’il ne minimise le pouvoir de nuisance des budgétaires de Bercy soumis aux lobbies ecolos.

  8. Ne pas croire les paroles de ceux qui passent leur temps à tourner leur veste et vivent dans le en même temps continuel .

  9. Ce serait une bonne nouvelle si ce n’était pas Bruno Le Maire qui avait hérité de cette responsabilité.
    Après avoir endetté la France de 1000 milliards supplémentaires, que peut-il faire de bien dans le secteur énergétique ?
    On peut toutefois remarquer que notre président est doué d’une grande souplesse quant à ses convictions.

    • Bruno Le Maire, ce n’est pas ce ministre dit de l’économie qui a décidé de mettre a genoux l’économie de la Russie, peut être ai je mal entendu et c’est surement celle de la France qu’il a décidé.

  10. c’est vrai quelle richesse, l’énergie sous le ministère de l’économie, résultat un impôt de plus 9.6% de taxes, quelle aubaine, plus 0.5€ sur chaque boite de médicaments + 2€ sur chaque consultation, et sur ces dernières « pour responsabiliser les français » dit le président, je ne pensais pas que nous allions à la pharmacie comme on va a la boulangerie, en clair nous bouffons des médicaments au petit déjeuner et toute la journée, quand à se faire soigner il faut habiter l’Elysées pour croire qu’on a un médecin à chaque coin de rue, et même en traversant, pas de dentiste, pas d’ophtalmo, pas de cardiologue, pas de maternité, pas d’hôpitaux, et pas de service d’urgence, français vous payez mais soyez tranquille, où que vous soyez mourrez on ne viendra pas vous déranger.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois